Accéder au contenu principal

Curieuses découvertes au pied de la Pyramide de la Lune à Teotihuacan

Dans un bulletin publié hier sur le site de l'INAH, Verónica Ortega, sous-directrice de la zone archéologique de Teotihuacan, a annoncé une série de découvertes troublantes reprises dans différents médias mexicains comme la Jornada, Milenio ou El Universal. Cette partie du site est d’ailleurs le pré carré de la chercheuse mexicaine, elle qui fut notamment en charge de la supervision du Palais de Quetzalpapalotl.




“La nature a horreur du vide”, disait Aristote. Force est de constater que le vide était abhorré dans la cosmovision mésoaméricaine. En plus de cent années d’exploration à Teotihuacan, la place située au pied de la Pyramide de la Lune n’a été sondée et fouillée superficiellement que dans les années 1960 ! La Structure A qui la ferme au nord est pourtant en train de révéler des secrets trop longtemps gardés. Mesurant 25 m de côté, cette structure continue de générer de nombreuses interprétations et de polémiques entre spécialiste. Elle est composée en surface d’une dizaine d’autels disposés en forme de quinconce appelé parfois et improprement “croix teotihuacaine”.


Au terme d’une deuxième campagne de fouilles entreprises l’année dernière et dirigées par Verónica Ortega, la structure A a commencé à révéler certains secrets conservés dans son sous-sol. Ortega rappelle que les éléments retrouvés nous donnent un paysage urbain très différent à celui que le visiteur peut observer actuellement. En l’occurrence, la Pyramide de la Lune avait des dimensions moindres et la partie adossée à la Pyramide n'existait pas.


Wikimania temple of the moon 7209566.jpg
Fouilles de la structure 9, Teotihuacan,
Crédit photo : slowking4, prise le 20 juin 2015.
Disponible le 07/05/2015 : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/a/a5/Wikimania_temple_of_the_moon_7209566.jpg/800px-Wikimania_temple_of_the_moon_7209566.jpg


La place était probablement entièrement recouverte de petites cavités. Pour l’heure 400 ont été enregistrées dans la Structure A, mesurant de 20 à 25 cm de diamètre et jusqu’à 30 cm de profondeur. Les Teotihuacains avaient pris soin d’avoir déposé des pierres et des graviers de rivière au fond de chacune. Quel était leur signification ? Pourquoi cette disposition a priori aléatoire de ces cavités ? Quels outils ont été utilisés pour préparer ainsi le sol ?




Cavités retrouvées au coin sud-ouest de la Structure A, Teotihuacan.
Crédit photo : Proyecto Estructura A / INAH.
Disponible le 07/05/2016 :


Le sous-sol de la Structure A a révélé la présence de cinq fosses, détectées préalablement par des puits de sondages et des géoradars. Il révèle notamment la séquence de construction de cette section de la place de la Lune. Le plus surprenant est la présence de cinq stèles en pierre verte, dont deux avaient mises côte à côte dans une fosse. Il s’agit d’espace atteignant 60 cm de large pour une profondeur de 3,5 m à 4 m. Leurs hauteurs varient entre 1,5 m et 1,8 m et leurs masses entre 500 et 800 kgs. La profondeur est un indicateur chronologique. Ces dépôts ont probablement été effectués au vers 100 de notre ère, avant même la construction de la Pyramide du soleil, et sont contemporains de la première phase de construction de la Pyramide de la Lune. La responsable du Proyecto Estructura A explique que ce système de fosses a connu de nombreuses phases d’utilisation pendant pas moins de 500 ans ! Les vestiges de céramiques retrouvés au fur et à mesure de la fouille de ces fosses témoignent d’une grande diversité qui reflète cette chronologie.


Emiliano Melgar, collaborateur du Musée du Grand Temple, a été sollicité pour établir l’origine géographique de la carrière d’où elles furent extraites. Là encore, on ne peut être que surpris et circonspect sur les méthodes et outils employés pour acheter des blocs depuis l’actuel état de Puebla !


Un des derniers aspects spectaculaires de ces fouilles sous la Place de la Lune donsiste en la découverte de deux canaux artificielles au nord et au sud de l’autel central. Situés à peine à 10 cm de profondeur, ces deux canaux ne servaient, selon Ortega, en aucune manière de canalisations pour l’écoulement des eaux de pluies. Tous deux mesuraient 25 m de long, 3 à 5 m de large et jusqu’à 3 m de profondeur.


Vue du canal sud depuis l’escalier sud de l’autel central, Place de la Lune, Teotihuacan.
Crédit photo : Proyecto Estructura A / INAH.


Étant donné le contexte partiel fouillé et enregistré, les hypothèses d’interprétation sont multiples et piégeuses. Mais la présence de pierre verte, de graviers de rivière et des canalisations semble nous orienter vers un lien avec la fertilité et les divinités aquatiques, comme le propose Ortega. Pour l’heure, il nous faudra attendre que la deuxième et dernière saison de fouilles s’achève en juillet prochain et que le long et patient travail de laboratoire nous offrent ces premiers résultats.


Pour en savoir plus sur cette découverte, nous vous invitons à consulter ce diaporama et ce reportage.



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Découverte d'une structure sous le temple double de Teopanzolco, Morelos

Les séismes qui frappent l'axe volcanique le centre du Mexique font partie de la vie quotidienne de ses habitants depuis que l'homme parcourt cette partie du pays. Pleinement intégrés à la conception du monde et de l'univers par les anciens aztèques sous la forme du glyphe ollin, les séismes comme ceux qui causèrent mort et destruction le 19 septembre 1985 et le 19 septembre 2017 font aussi ressurgir le passé de manière imprévue. Ce fut le cas en 2006 avec la découverte du monolithe de Tlaltecuhtli et des dizaines d'offrandes qui l'accompagnaient sous l'édifice des Ajauracas, dans le centre de México.



Ce fut le cas également il y a quelques mois, suite au profond séisme l'automne dernier dont l'épicentre se trouvait à la frontière des états de Morelos, Puebla et Oaxaca. Lors d'une conférence de presse organisée par la déléguée du Centre INAH Morelos sur le site, Campos Goenaga, les archéologues Bárbara Konieczna, responsable de la zone archéologique …

Quand un projet de restauration devient un projet de fouilles à Palenque

Après le séisme révélateur d'une structure antérieure à Teopanzolco, c'est un chantier de restauration qui permet de nouvelles découvertes à Palenque, Chiapas. Inutile de décrire longuement ce site chiapanèque inscrit sur la liste du patrimoine de l'humanité de l'UNESCO. Nous vous invitons d'ailleurs à consulter nos billets avec l'étiquette correspondante et à écouter les prochains programmes de Raíces sur Radio UDEM pour en savoir plus pour vous en faire une idée plus complète.

Revenons pour l'heure à cette annonce faite personnellement par le directeur général de l'INAH, Diego Prieto, qui aura pu se mettre du baume au cœur après les critiques persistantes sur sa continuité à la tête de l'institution octogénaire. 

Résumons dans un premier le contexte des restaurations entreprises à Palenque. Le Palais du Gouverneur et les maisons qui le composent sont actuellement dans une première phase de restaurations payées par l'ambassade des États-Unis au M…

Les 80 ans de l'INAH : un anniversaire en pointillés

L'Institut National d'Anthropologie et d'Histoire (INAH) fêtait le 3 février dernier ses 80 ans. Un âge pour le moins respectable puisque le CRNS est né la même année. Pourtant dans les deux institutions, la crise est bien présente et pour des raisons relativement semblables.



Malheureusement les correspondants des médias européens et francophones ont oublié d'évoquer les conséquences désastreuses du budget voté par les députés de son parti MORENA, Mouvement de Régénération Nationale, créé de toute pièce pour lui permettre de récupérer un siège présidentielle qui lui échappait depuis 2006. À deux mois de sa prise de fonction, alors que la majorité de MORENA siège au parlement mexicain depuis le mois d'août, le président López Obrador ne semble pas clairement avoir mesuré les conséquences dramatiques de l'autorité républicaine qu'il s'est certes appliqué à lui-même, mais en entraînant avec lui celles et ceux dont les conditions de vie étaient déjà précaire…