Accéder au contenu principal

L'archéologie mexicaine au TACquet

Comment effectuer un enregistrement suffisamment précis de contextes quand on découvre une quarantaine d’urnes funéraires sur un terrain de 30 m² de surface ? C’est le cas épineux auquel a été confronté José Luis Punzo Díaz, archéologue du Centre INAH Michoacan, à l’ouest du Michoacan. Appelés à effectuer un sauvetage archéologique sur le futur d’un petit barrage dans la vallée du fleuve Balsas, au nord du hameau de Huetamo, Punzo Díaz et son équipe ont très vite dû renoncer à effectuer la procédure qui prévaut dans ce genre de contexte: la microstratigraphie.

Cette dernière est une très patiente et minutieuse fouille contrôlée des urnes pouvant contenir différentes couches de matériaux et restes déposés les uns sur les autres. Les urnes de Huetamo posaient problème en raison de l’espace fortement restreint pour les fouiller in situ : elles avaient été placées directement dans la roche mère et simplement recouverte d’un plateau., En raison de la complexité de leur contenu. Il fallait aussi résoudre de gros problèmes de précision des relevés.

La solution a priori osée à ce problème allait pourtant se révéler. En collaboration avec Gastélum Strozzi, chercheur à l’UNAM, et de Peláez Ballestas, collaboratrice à l’Hôpital général de Mexico, huit urnes furent dégagées complètement et soumis à une TAC (Tomographie axiale computérisée) comme on le ferait avec certains patients dans les hôpitaux. Non invasive et extrêmement précise, la TAC a permis un relevé tridimensionnel et complet de tous les éléments présents dans chaque urne.

Dès lors, les archéologues ont pu déterminer des patrons dans l’agencement des éléments (osseux, lithiques, céramiques, métalliques, végétaux) déposés avec les cendres des défunts. Chaque urne et son contenu ont pu être reconstruits virtuellement en trois dimensions, permettant une manipulation aisée et sans risque pour le matériel..

Pour  en savoir plus sur cette recherche passionnante qui démontre, si besoin est, comment l’archéologie est une science toujours plus exacte en termes méthodologique, vous pouvez lire le papier présenté par Punzo Díaz, Gastélum Strozzi et Peláez Ballestas sur le site de la Coordination Nationale d’Archéologie de l’INAH. Reste à savoir si la même technique sera appliqué aux 34 autres urnes détectées.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Découverte d'une structure sous le temple double de Teopanzolco, Morelos

Les séismes qui frappent l'axe volcanique le centre du Mexique font partie de la vie quotidienne de ses habitants depuis que l'homme parcourt cette partie du pays. Pleinement intégrés à la conception du monde et de l'univers par les anciens aztèques sous la forme du glyphe ollin, les séismes comme ceux qui causèrent mort et destruction le 19 septembre 1985 et le 19 septembre 2017 font aussi ressurgir le passé de manière imprévue. Ce fut le cas en 2006 avec la découverte du monolithe de Tlaltecuhtli et des dizaines d'offrandes qui l'accompagnaient sous l'édifice des Ajauracas, dans le centre de México.



Ce fut le cas également il y a quelques mois, suite au profond séisme l'automne dernier dont l'épicentre se trouvait à la frontière des états de Morelos, Puebla et Oaxaca. Lors d'une conférence de presse organisée par la déléguée du Centre INAH Morelos sur le site, Campos Goenaga, les archéologues Bárbara Konieczna, responsable de la zone archéologique …

Découverte de vestiges teotihuacains dans le Bois de Chapultepec

Si vous visitez le Musée National d'Anthropologie, vous traverserez l'avenue Reforma pour vous promener dans le Bois de Chapultepec. C'est là que vous pourrez connaître le château homonyme, qui fut la résidence de l'empereur Maximilien et de son épouse Charlotte. Mais Chapultepec abrite une longue histoire qui se matérialise par une zone archéologique polygonale. Un bulletin de l'INAH fait le point sur des fouilles en cours depuis 2009. Lourdes Camacho López, en charge du projet Bosque, cerro y castillo de Chapultepec a donc présenté les restes d'un hameau teotihuacain au pied du château, dont les signes d'une double occupation remontant entre 220 et 650 de notre ère. 

Trois fronts de fouilles ont été ouverts desquels deux ont révélé des vestiges de singulière importance à moins de 30 cms de la surface actuelle du sol. C'est au nord-ouest de ce la zone archéologique qu'un mur double a été découvert sous une plateforme rectangulaire. Des fragments de …

Quand un projet de restauration devient un projet de fouilles à Palenque

Après le séisme révélateur d'une structure antérieure à Teopanzolco, c'est un chantier de restauration qui permet de nouvelles découvertes à Palenque, Chiapas. Inutile de décrire longuement ce site chiapanèque inscrit sur la liste du patrimoine de l'humanité de l'UNESCO. Nous vous invitons d'ailleurs à consulter nos billets avec l'étiquette correspondante et à écouter les prochains programmes de Raíces sur Radio UDEM pour en savoir plus pour vous en faire une idée plus complète.

Revenons pour l'heure à cette annonce faite personnellement par le directeur général de l'INAH, Diego Prieto, qui aura pu se mettre du baume au cœur après les critiques persistantes sur sa continuité à la tête de l'institution octogénaire. 

Résumons dans un premier le contexte des restaurations entreprises à Palenque. Le Palais du Gouverneur et les maisons qui le composent sont actuellement dans une première phase de restaurations payées par l'ambassade des États-Unis au M…