Accéder au contenu principal

Une trentaine d'encensoirs retrouvés dans une série de sépultures à Cuautitlan

Dans un billet récemment publié sur son site, l’INAH présente les résultats préliminaires de fouilles de sauvetage dirigées par l’archéologue mexicain Francisco Antonio Osorio Dávila à Cuautitlan, près du Parc Juárez et face au marché municipal.

En mai dernier, les fouilles ont mises au jour les fragments de vingt-sept encensoirs complets. Ce chiffre pourrait évoluer dans la mesure où différents fragments d’encensoirs pourraient être ajoutés à la liste, permettant ainsi d’en reformer quatre. Le seul ensemble de pièces semblable connu jusqu’à ce jour est l’Offrande 130 du Grand Temple de Tenochtitlan, déposée sous le monolithe de Tlaltecuhtli. Curieusement, l’équipe de López Luján a compté également trente et un encensoirs, qui appartiennent à la Phase VI de construction du Grand Temple (García González, 2015).

Les contextes des deux découvertes présentent pourtant de nombreuses différences. Occupons-nous du cas qui nous intéresse, Cuautitlán jouissait d’un certain pouvoir sur le nord-ouest de la vallée de Mexico. De filiation tépanèque, la ville s’est développée tout au long du Postclassique. Les encensoirs faisaient partie d’une offrande déposé à proximité d’un édicule, probablement un temple, aux dimensions modestes : 15 m de longueur sur 8 m de largeur. Des tenons et des almenas (décorations du toit) ont également été mis au jour. Le sol était composé de grandes dalles juxtaposées et des vestiges de stuc peint.

Restes architecturaux, Cuautitlan, Postclassique.
Photo : Francisco Osorio-INAH.
Disponible le 20/07/2016 sur : http://goo.gl/rEnWUg
Les objets retrouvés mesurent entre 50 et 70 cm de longueur. Des pigments polychromes (bleu, blanc, jaune et rouge), des représentations du serpent de feu, xiuhcoatl par pastillage et des perforations triangulaires sur le fond et les parois sont également observables. Ils possèdent des manches creux où de petites sphères en terre crue qui imitaient probablement le bruit de la pluie lorsque le tlémaitl , “main de feu” en nahuatl, était manipulé.

Offrande des encensoirs à main. Cuautitlan, Postclassique récent.
Photo : Francisco Osorio-INAH.
Disponible le 20/07/2016 sur : http://goo.gl/Xeg8KY.
Osorio Dávila présente quelques exemplaires de ces précieux encensoirs dans la vidéo mise en ligne sur la chaîne de l’INAH sur Youtube: https://youtu.be/z3WaUvgpHEM .


Les enterrements fouillés à proximité du Parc Juárez dénotent plusieurs configurations. La première correspond à trois crânes orientés vers le couchant. Le reste des ossements était déposé sous et derrière et derrière eux, accompagnés d’un jeu de trois jarres datées de la phase Azteca II, située entre 1200 et 1400 de notre ère, comportant encore des pigments bleus, et des lames prismatiques en obsidienne. Un second groupe comportait les restes de deux individus, l’un enterré vers le nord et dont le sexe n’a pu être déterminé en raison du caractère incomplet de son squelette. Il était accompagné de lamelles en obsidienne et d’une figurine fragmentaire en céramique. Le second, déposé en position assise et correspond à une jeune femme âgée entre 13 et 15 ans. Orientée vers le Nord, il n’est dès lors pas surprenant de la voir associée à un petit masque de Mictlantecuhtli, deux petites assiettes et deux sifflets.

Il est remarquable qu’à moins d’un mètre du premier individu ait été déposé un jeu de seize vaisselles tripodes, peintes en rouge et noir, oscillant entre 8 et 12 cm de hauteur et répétant l’image grossièrement modelée de Tlaloc.

En conclusion, selon Osorio, il semblerait que les différents vestiges semblent corroborer une lointaine présence ou pour le moins influence de la culture toltèque de laquelle se revendiquaient les cuauhtitlancalques au moment de la Conquête.

Pour en savoir plus sur cette découverte, nous vous invitons à consulter le bulletin en espagnol mis en ligne sur le site de l’INAH.

Références bibliographiques
García González, M. (2015). Efluvios mensajeros: el copal y el yauhtli en los sahumadores del Templo Mayor. Arqueología mexicana, 23(135), 44-49.

Lobjois, B. (201)

López Luján, L. (coord.) (2011). Humo aromático para los dioses: una ofrenda de sahumadores al pie del Templo Mayor de Tenochtitlan. Ciudad de Mexico, Museo del Templo Mayor-INAH.

Seminario–Taller de Restauración de Cerámica. (2012). La restauración de los sahumadores de la ofrenda 130 del Templo Mayor: una puerta al conocimiento de la técnica de manufactura. Intervención, Revista Internacional de Conservación, Restauración y Museología, 3(6), 44-47.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Curieuses découvertes au pied de la Pyramide de la Lune à Teotihuacan

Dans un bulletin publié hier sur le site de l'INAH, Verónica Ortega, sous-directrice de la zone archéologique de Teotihuacan, a annoncé une série de découvertes troublantes reprises dans différents médias mexicains comme la Jornada, Milenio ou El Universal. Cette partie du site est d’ailleurs le pré carré de la chercheuse mexicaine, elle qui fut notamment en charge de la supervision du Palais de Quetzalpapalotl.



“La nature a horreur du vide”, disait Aristote. Force est de constater que le vide était abhorré dans la cosmovision mésoaméricaine. En plus de cent années d’exploration à Teotihuacan, la place située au pied de la Pyramide de la Lune n’a été sondée et fouillée superficiellement que dans les années 1960 ! La Structure A qui la ferme au nord est pourtant en train de révéler des secrets trop longtemps gardés. Mesurant 25 m de côté, cette structure continue de générer de nombreuses interprétations et de polémiques entre spécialiste. Elle est composée en surface d’une dizaine …

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…