Accéder au contenu principal

Arqueología Mexicana 114

Voilà un numéro qui ne manquera pas d'attirer les amateurs de paradis artificiels. Dans cette publication, la part belle est faite aux boissons enivrantes et aux alcools consommés dans le passé et dans le présent par les peuples mésoaméricains.


Mais avant d'arriver à ce dossier central, la revue publiée par l'INAH nous propose une très longue section d'informations que nous avons couverte sur ce carnet. Vient ensuite une double page propose de courtes critiques sur différentes publications éditées l'année dernière. Suit une présentation du Códice en Cruz par le chercheur Xavier Noguez.

Un premier article signé par Emily McClung de Tapia et Nawa Sugiyama (fille de l'archéologue japonais Saburo Sugiyama) étudie sur l'utilisation (parfois la surexploitation) des ressources végétales et animales par les peuples indigènes passés et présents et propose une perspective différente pour la gestion de la biodiversité mexicaine. Il convient de rappeler que le Mexique figure parmi les pays à la biodiversité nombreuse mais menacée. Les deux auteures estiment notamment qu'il est nécessaire d'adopter des principes aussi simples que l'utilisation diversifiée des espèces animales, la rotation des cultures afin de "garantir la subsistance et minimiser le manque d'approvisionnement".

Le dossier central d'Arqueología Mexicana propose une analyse pluridisciplinaire sur les alcools en Mésoamérique. Avec l'article de Guilhem Olivier, on dispose d'une introduction idéale sur l'importance de l'alcool dans la mythologie et la religion mexica. Les figures centrales que sont Tezcatlipoca et Quetzalcoatl sont parfaitement présentées et on comprend les rôles complémentaires que ces deux divinités avaient dans l'apparition des boissons alcoolisés et ses conséquences. Il est notamment intéressant d'observer notamment chez les Mexicas comment la consommation d'alcool et l'enivrement étaient strictement réglementés. Cela n'était pas forcément chez d'autres peuples.

L'archéologue canadien Michael Blake s'est pour sa part intéressé à un usage alternatif mais complémentaire à celles que l'archéologie et la botanique semble avoir assigné au maïs. Car si la domestication du teocinte (maïs sauvage) a commencé il y a 9000 ou 10000 ans, certains éléments sembleraient indiquer qu'un usage relativement ancien de sa tige et de ses grains ait permis l'élaboration de vin de tige de maïs. La bibliographie de cet article est consultable en ligne sur : http://arqueomex.com/biblioBlake114.html.

Suit un très court papier de Gabriela Urñuela y Ladrón de Guevara et sa collègue de la Faculté d'Anthropologie de l'Universidad de las Américas de Puebla. Les deux chercheuses, rompues aux travaux et fouilles sur le site de Cholula, présentent beaucoup trop rapidement la grande peinture murale (56 m de long pour de 2,5 m de haut) dite des Bebedores de Cholula. Cette oeuvre presque sans équivalent en Mésoamérique aurait d'être plus détaillée.

Tout près de Cholula se situe le site de Xochitecatl-Cacaxtla. L'anthropologue Mari Carmen Serra Puche et l'archéologue Jesús Carlos Lazcano Arce nous explique comment des fouilles montre la fonction de chaque partie de ce site, parmi elles l'élaboration de mezcal. Ce sont des fours qui ont été soumis à des analyses chimiques comparées qui ont permis de comprendre l'utilisation de différents espaces fermés datant de l'époque préhispanique.

L'ethnoarchéologue Patricia Fournier et l'ethnohistorienne reviennent sur l'élaboration de trois boissons alcoloolísées que sont le pulque, le mezcal et le tesgüino. On pourra regretter une certaine redondance d'articles précédents, gâchant quelque peu l'intérêt de cette présentation.

Le dossier se clôt sur 6 pages résumant l'ouvrage d'Augusto Filloy, Teófilo Herrera et Miguel Ulloa.  Intitulé Más allá del pulque y del tepache. Las bebidas alcohólicas no destiladas indígenas de México, il a été publié par l'UNAM en 2003. Il s'agit d'un catalogue des boissons alcoolisées selon la matière première qui les compose. On notera la présence de sept types de boissons faites à partir :
  • de fruits,
  • d'écorces,
  • de pulpe,
  • de racines,
  • de sève,
  • de graines.
Refermons ce dossier passionnant et attardons-nous un instant sur un article rédigé à quatre mains sur les aventures d'un petit peintre français, receleur et marchand d'art préhispanique : Edouard Pingret. Leonardo López Luján nous avait déjà parlé de cet individu dans le numéro 107 : on y apprenait alors que Pingret avait formé le dessein de transporter la Pierre du soleil, actuellement au Museo Nacional de Antropología, au musée du Louvre. Une nouvelle fois accompagné de Marie-France Fauvet-Berthelot, l'archéologue mexicain revient sur la formation et la vente d'une collection de pièces qui aura 3000 pièces (parmi lesquelles figurent de nombreux faux). Pingret a très bien su faire jouer de ses influences au Mexique, surtout on considère la difficile application de la loi sur les monuments historiques. Personnellement j'ai pu connaître un nouveau serpent à plumes enroulé à ajouter à mon analyse : conservée actuellement a George Gustav Heye Center of the National Museum of the American Indian, à New York, cette pièce témoigne d'une histoire et d'un parcours pour le moins rocambolesque sur laquelle nous reviendrons une autre fois.

En ce qui concerne la partie archéologique de la revue, il convient de lire le très intéressant article de Rafael Burgos Villanueva, Miguel Covarrubias Reyna et Yoly Palomo Carrillo. Ils reviennent longuement sur la ville d'Izamal et montrent que le territoire directement contrôlé par cette cité yucatèque était bien plus vaste qu'on ne l'imagine. Izamal est pour l'heure plus connue pour son architecture coloniale. Mais les vestiges préhispaniques sont absolument impressionnants et sont pleins de promesses pour de futures fouilles. La bibliographie correspondante est disponible ici.


Pyramide de Kin'ich K'ak Mo, Izamal, Yucatan.
Photo disponible de Yodigo le 20 mars 2012 sur : 

L'histoire Carmen Aguilera explique l'histoire et le contenu du Lienzo de Tepeticpac. Enfin il semblerait qu'Eduardo Matos Moctezuuma ait commencé une série de courts articles sur certains mythes propagés par l'histoire officielle. Dans ce numéro, il revient sur l'image d'Epinal présentant les Mexicas s'arrêtant à proximité du cactus où se dresse un aigle dévorant un serpent...



Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Compte-rendu Arqueología mexicana 142

Arqueología mexicana nous propose une réflexion très complète et bien ficelée dans son numéro de novembre-décembre. A première vue, parler de législation pourrait paraître peu lié à ce qui constitue la raison même de la revue co-éditée par l’INAH et l’éditeur Raíces. Cependant il s’agit d’un thème qui nous plonge au coeur du mode de vie des peuples préhispaniques et l’adaptation de ces systèmes à celui importé du royaume de Castille et León.




Le dossier thématique contient huit articles. Dans le premier, rédigé par Carlos Brokmann, il est question de la diversité des systèmes juridiques dans l’ancien Mexique. Un point commun est qu’il s’agit de systèmes de lois reposant sur la tradition orale, répondant à une punition correspondant à chaque acte s’éloignant de la coutume ou de la conduite enfreinte. Si la majorité des documents font surtout référence aux lois et au système juridiques des Mexicas, il serait inapproprié que tous avaient la même organisation ou les mêmes règles de vie soci…

Décès du mayiste Erik Boot

Le nom d'Erik Boot ne vous est probablement pas très familier. Anthropologue néerlandais, diplômé de l'Université de Leyden et épigraphiste très doué, Boot était notamment un chercheur indépendant et un carnetier passionné : il en rédigeait trois en anglais depuis plus d'une dizaine d'années.

Maya News Update, un carnet présentant différentes actualités sur les groupes mayas préhispaniques.Ancien Mesoamerica News Update, carnet d'informations sur les découvertes concernant les anciennes cultures du Mexique et d'Amérique centrale.Maya Glyph Blog, un dernier carnet contenant les différentes propositions épigraphiques de Boot.Ses derniers billets concernaient une exposition sur les Mayas que le gouvernement guatémaltèque avait envoyé aux Pays-Bas en début d'année.
Mais Erik Boot n'était pas qu'un simple carnetier. Il avait notamment publié une quarantaine d'articles et d'essais qu'on peut retrouver sur la page Academia.edu. Comme tout bon may…