Accéder au contenu principal

En parlant de tamales

Ma petite digression sur les tamales oaxaqueños m'a fait souvenir d'un rituel préhispanique que réalisaient les Mexicas tous les 8 ans lors de la vingtaine de Ochpaniztli. Cette vingtaine était logiquement la première du calendrier aztèque, appelé tonalpohualli en nahuatl. Elle avait originellement lieu entre le 3 et le 22 avril 682. Mais comme les Aztèques et les autres peuples du Mexique préhispanique n'utilisaient pas un bissexte comme les Européens ou les Chinois, leur calendrier s'est décalé dans le temps. A l'arrivée des Espagnols, cette vingtaine avait lieu du 1er au 20 septembre.


Codex Borbonicus, 1991, pl. 28

Ochpanitzli signifie "Balayage des chemins" en nahuatl. A cette occasion, pour marquer la nouvelle année, on balayait temples, palais et maisons. On repeignait tous les monuments et édifices. Cette vingtaine était dédiée à la déesse Toci qui devait mettre au monde le jeune dieu du maïs, Cinteotl. Le point d'orgue, selon les chroniques et les codex, était la décapitation et l'écorchement du jeune femme incarnant la déesse. Le prêtre de Toci revêtait sa peau ensuite, incarnant ainsi la déesse régénérée et accouchant de Cinteotl Itzlacoliuhqui, l'étoile du Matin surgissant de la terre.


Codex Borbonicus, 1991, pl. 30

Tous les 8 ans, les Mexicas célébraient le rituel d'Atamalcualiztli pendant lequel ils offraient des tamales. Cette cérémonie signifie Manducation des tamales d'eau et commémoraient le lever héliaque de Vénus. Les gens reconstituaient le paradis originel de Tamoanchan, avec ses plantes, ses oiseaux. On sacrifiait et écorchait une esclave qui représentait la déesse Xochiquetzal, déesse pécheresse puisqu'elle s'était laissait séduire (et abuser) par Tezcatlipoca pendant qu'elle tissait. Deux autres jeunes filles incarnant deux autres déesses de l'eau et de la germination du maïs.

Sources :

El libro del Ciuacóatl. Homenaje para el año del Fuego Nuevo libro explicativo del llamado Códice Borbónico. Ferdinand Anders, Maarten Jansen et Luis Reyes García (éds.), Sociedad Estatal Quinto Centenario-Akademische Druck–und Verlagsanstalt- FCE, Madrid/Graz/Mexico, 1991.


M. Graulich, Le sacrifice humain chez les Aztèques, Fayard, 2005, p. 103-4.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…

Fouilles de sauvetage à Zacatenco, Mexico

Sur son site internet, l'INAH fait état de fouilles de sauvetage au nord de Mexico, préalables à la construction de l'aqueduc Guadalupe, à quelques encâblures de la Basilique de Guadalupe.  Après six mois de travaux dirigés à Zacatenco par la jeune Estibaliz Aguayo Ortíz, les résultats sont tout simplement surprenants. 
On dispose de peu de contextes fouillés systématiquement dans la vallée de México et datés du Préclassique. Vaillant (1930) avait fouillé à Zacatenco dès 1928 et publié ses résultats deux ans plus tard. Une des références en la matière a été le travail effectué ensuite par Piña Chan (1958) à Tlatilco.  Puis il a fallu attendre des fouilles de Sanders et Parsons à la fin des années 1960 pour en savoir un peu plus sur Zacatenco.

Les découvertes de la Direction d'Archéologie de Sauvetage de l'INAH sont de deux types. Tout d'abord les restes de 145 individus ont jusqu'à présent retrouvés. Certains enterrements comptaient jusqu'à trois individus da…