Accéder au contenu principal

L’armement des peuples mésoaméricains : essai d’archéologie expérimentale

Je vous présente ici le résumé d’un article publié par la Sala de Prensa de l’Instituto Nacional de Antropología e Historia, consacré aux résultats d’un essai d’archéologie expérimentale qui avait le but de recréer les artefacts militaires utilisés par les anciennes armées mésoaméricaines et en tirer des conclusions du point de vue de la technique et d’une réelle utilisation sur le champs de bataille.

Les résultats obtenus semblent témoigner que les armes utilisées n’avaient pas la finalité de tuer les ennemies, mais simplement de les immobiliser, pour pouvoir les capturer, encore vivants, et les offrir en tant que victimes sacrificielles.
Les armes reproduites en laboratoire, donc, ont démontré que leur but était non pas de tuer, mais de pouvoir tout simplement causer des blessures et des fractures qui empêchaient le mouvement des adversaires.
Les analyses des sources historiques, des découvertes archéologiques et des techniques de fabrication des armes pour la chasse des actuelles populations indigènes sont à la base de la réalisation de ce travail, mis en place par Alfonso Garduño Arzave, archéologue expérimental qui travaille à la reproduction de l’armement mésoaméricain depuis 2004.

Parmi les objets qui pouvaient provoquer fractures multiples l’archéologue signale la massue, le bâton défensif et le macuahuitl, l’épée en bois aux tranchants d’obsidienne ou silex.

Lors d’une visite au site archéologique de Teotihuacan l’archéologue a souligné la présence de cet armement dans les peintures murales de Atetelco – notamment dans le Portico 3 du Patio Blanco – où l’on peut voir un personnage, caracterisé par les attributs du Tlaloc B – qui est en train de sacrifier un oiseau avec un bâton défensif. D’autres personnages portent des atlatl, le propulseur de dardes.
A différence des armes analysées jusqu’à présent, celle-ci est considérée fatale. La technique de son utilisation la rendait semblable à une catapulte, et les dards lancés pouvaient atteindre 80km/h dans un rayon de 40 mètres.




Atlatl cérémoniel décoré avec dieu plongeant - bois - Culture Mexica


A coté de cette typologie il y avait les armes cérémonielles, qui n’étaient pas utilisées dans la vie quotidienne ou sur le champs de bataille, mais pendant les rites sacrificiels des prisonniers. Les exemples les plus connus sont constitués par les couteaux utilisés pour extraire le cœur.




Couteau sacrificiel - bois et silex - Culture Mexica


Garduño Arzave explique aussi les limites de son investigation, dues à la perte de la plupart des exemplaires d’artefacts militaires du Plateau Central, du moment que le PH extrêmement acide de la terre n’a guère permis la récupération d’objets fabriqués à partir de matériaux organiques et donc périssables.


Sources: Sala de Prensa – Inah; Ancient Mesoamerican News Update
Photos:
Burland C. – Forman W., 1982, Aztechi, mito, storia, civiltà, Novara, Istituto Geografico de Agostini.
Catalogue de l’exposition “I tesori degli Aztechi”, 2004, Milano, Electa.

Bibliographie pour en savoir plus:

Cervera Obregon M., 2007, El macuahuitl, un arma del Posclásico Tardío en Mesoamérica, in “Arqueologia Mexicana”, vol. XIV, n. 84.

Edition du 3 octobre 2009
Le site britannique Maquahuitl propose une vision éclairante et graphiquement réussie sur le thème de l'armement ses anciennes populations mésoaméricaines en générale et mexicas en particuliers.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…

Fouilles de sauvetage à Zacatenco, Mexico

Sur son site internet, l'INAH fait état de fouilles de sauvetage au nord de Mexico, préalables à la construction de l'aqueduc Guadalupe, à quelques encâblures de la Basilique de Guadalupe.  Après six mois de travaux dirigés à Zacatenco par la jeune Estibaliz Aguayo Ortíz, les résultats sont tout simplement surprenants. 
On dispose de peu de contextes fouillés systématiquement dans la vallée de México et datés du Préclassique. Vaillant (1930) avait fouillé à Zacatenco dès 1928 et publié ses résultats deux ans plus tard. Une des références en la matière a été le travail effectué ensuite par Piña Chan (1958) à Tlatilco.  Puis il a fallu attendre des fouilles de Sanders et Parsons à la fin des années 1960 pour en savoir un peu plus sur Zacatenco.

Les découvertes de la Direction d'Archéologie de Sauvetage de l'INAH sont de deux types. Tout d'abord les restes de 145 individus ont jusqu'à présent retrouvés. Certains enterrements comptaient jusqu'à trois individus da…