Accéder au contenu principal

L’armement des peuples mésoaméricains : essai d’archéologie expérimentale

Je vous présente ici le résumé d’un article publié par la Sala de Prensa de l’Instituto Nacional de Antropología e Historia, consacré aux résultats d’un essai d’archéologie expérimentale qui avait le but de recréer les artefacts militaires utilisés par les anciennes armées mésoaméricaines et en tirer des conclusions du point de vue de la technique et d’une réelle utilisation sur le champs de bataille.

Les résultats obtenus semblent témoigner que les armes utilisées n’avaient pas la finalité de tuer les ennemies, mais simplement de les immobiliser, pour pouvoir les capturer, encore vivants, et les offrir en tant que victimes sacrificielles.
Les armes reproduites en laboratoire, donc, ont démontré que leur but était non pas de tuer, mais de pouvoir tout simplement causer des blessures et des fractures qui empêchaient le mouvement des adversaires.
Les analyses des sources historiques, des découvertes archéologiques et des techniques de fabrication des armes pour la chasse des actuelles populations indigènes sont à la base de la réalisation de ce travail, mis en place par Alfonso Garduño Arzave, archéologue expérimental qui travaille à la reproduction de l’armement mésoaméricain depuis 2004.

Parmi les objets qui pouvaient provoquer fractures multiples l’archéologue signale la massue, le bâton défensif et le macuahuitl, l’épée en bois aux tranchants d’obsidienne ou silex.

Lors d’une visite au site archéologique de Teotihuacan l’archéologue a souligné la présence de cet armement dans les peintures murales de Atetelco – notamment dans le Portico 3 du Patio Blanco – où l’on peut voir un personnage, caracterisé par les attributs du Tlaloc B – qui est en train de sacrifier un oiseau avec un bâton défensif. D’autres personnages portent des atlatl, le propulseur de dardes.
A différence des armes analysées jusqu’à présent, celle-ci est considérée fatale. La technique de son utilisation la rendait semblable à une catapulte, et les dards lancés pouvaient atteindre 80km/h dans un rayon de 40 mètres.




Atlatl cérémoniel décoré avec dieu plongeant - bois - Culture Mexica


A coté de cette typologie il y avait les armes cérémonielles, qui n’étaient pas utilisées dans la vie quotidienne ou sur le champs de bataille, mais pendant les rites sacrificiels des prisonniers. Les exemples les plus connus sont constitués par les couteaux utilisés pour extraire le cœur.




Couteau sacrificiel - bois et silex - Culture Mexica


Garduño Arzave explique aussi les limites de son investigation, dues à la perte de la plupart des exemplaires d’artefacts militaires du Plateau Central, du moment que le PH extrêmement acide de la terre n’a guère permis la récupération d’objets fabriqués à partir de matériaux organiques et donc périssables.


Sources: Sala de Prensa – Inah; Ancient Mesoamerican News Update
Photos:
Burland C. – Forman W., 1982, Aztechi, mito, storia, civiltà, Novara, Istituto Geografico de Agostini.
Catalogue de l’exposition “I tesori degli Aztechi”, 2004, Milano, Electa.

Bibliographie pour en savoir plus:

Cervera Obregon M., 2007, El macuahuitl, un arma del Posclásico Tardío en Mesoamérica, in “Arqueologia Mexicana”, vol. XIV, n. 84.

Edition du 3 octobre 2009
Le site britannique Maquahuitl propose une vision éclairante et graphiquement réussie sur le thème de l'armement ses anciennes populations mésoaméricaines en générale et mexicas en particuliers.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…