Accéder au contenu principal

Foire de l'état de Oaxaca à San Pedro Garza Garcia

Parlons un peu nourriture... Il se trouve que samedi dernier, j'errais avec mon épouse dans la zone urbaine de Monterrey et en passant dans la commune la plus riche du pays : San Pedro Garza Garcia. Nous devions aller voir un film dans l'un des nombreux multiplexes de la ville. Malheureusement ils sont souvent remplis d'adolescents boutonneux et bruyants. Nous avons donc rebroussé chemin pour trouver autre chose à faire. Et là, accroché au feu de signalisation, nous avons vu une pancarte pour annoncer une petite foire à l'artisanat de Oaxaca sur le zocalo de la vieille ville de San Pedro.

Nous avons traversé la ville pour garer la voiture dans une ruelle calme à deux cents mètres de la place. Tout le folklore de Oaxaca se présenta à nos yeux : céramiques noires, huipiles et autres rebozos, jouets en bois, cafés, miels, chocolats, glaces et autres bijoux sont alignés dans des petits stands. Sur l'un des côtés de la place, une petite scène a été dressée : des danseurs de la Mixteca Alta, originaires de Tlachiaco, interprétèrent la fameuse Guelaguetza, danse classée récemment au patrimoine mondiale de l'humanité.

Parfois le mezcal est proposé dans une bouteille originale.



Terminant notre petit tour du zocalo, nous vîmes un petit restaurant au menu plein de souvenirs : tamales, mole negro, quesadillas de quesito oaxaqueño, molotes, sauterelles grillées... Malheureusement l'endroit était bondé. Renseignement pris, nous décidâmes de revenir le dimanche matin pour y prendre notre petit déjeûner.
Nous nous réveillâmes tôt pour arriver au petit restaurant.



Les cuisinières étaient en train de préparer la masa pour fabriquer leurs tortillas.


Sur le comptoir, deux grandes jarres en plastiques sont remplis d'eaux aromatisées : celle de gauche est une agua horchata (faite avec les graines de melon comme cela doit être fait) au melon et aux noix. Celle de droite est une agua de papaye.

J'ai découvert les molotes : ce sont des petits pains à la pomme de terre et au chorizo.



Mais j'ai finalement jeté mon dévolu sur deux énormes tamales de mole negro. Je dis énorme car leur taille n'a rien à voir avec les tamales qu'on sert au nord du pays. Ils sont tous petits et servis dans des feuilles de maïs. Dans le cas des tamales du centre du pays, on les sert dans des feuilles de bananier. Ils sont donc moins secs et plus savoureux.


J'avais l'opportunité de manger des sauterelles mais celles-ci étaient trop grosses à mon goût. Je préfère les petites sauterelles en fait, en tacos avec un peu de jus de citron vert.


Mon épouse a préféré commander une quesadilla au fromage de Oaxaca et aux fleurs de courgettes. Pour y avoir gouté, je dois dire qu'elle était excellente.




Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…