Accéder au contenu principal

Foire de l'état de Oaxaca à San Pedro Garza Garcia

Parlons un peu nourriture... Il se trouve que samedi dernier, j'errais avec mon épouse dans la zone urbaine de Monterrey et en passant dans la commune la plus riche du pays : San Pedro Garza Garcia. Nous devions aller voir un film dans l'un des nombreux multiplexes de la ville. Malheureusement ils sont souvent remplis d'adolescents boutonneux et bruyants. Nous avons donc rebroussé chemin pour trouver autre chose à faire. Et là, accroché au feu de signalisation, nous avons vu une pancarte pour annoncer une petite foire à l'artisanat de Oaxaca sur le zocalo de la vieille ville de San Pedro.

Nous avons traversé la ville pour garer la voiture dans une ruelle calme à deux cents mètres de la place. Tout le folklore de Oaxaca se présenta à nos yeux : céramiques noires, huipiles et autres rebozos, jouets en bois, cafés, miels, chocolats, glaces et autres bijoux sont alignés dans des petits stands. Sur l'un des côtés de la place, une petite scène a été dressée : des danseurs de la Mixteca Alta, originaires de Tlachiaco, interprétèrent la fameuse Guelaguetza, danse classée récemment au patrimoine mondiale de l'humanité.

Parfois le mezcal est proposé dans une bouteille originale.



Terminant notre petit tour du zocalo, nous vîmes un petit restaurant au menu plein de souvenirs : tamales, mole negro, quesadillas de quesito oaxaqueño, molotes, sauterelles grillées... Malheureusement l'endroit était bondé. Renseignement pris, nous décidâmes de revenir le dimanche matin pour y prendre notre petit déjeûner.
Nous nous réveillâmes tôt pour arriver au petit restaurant.



Les cuisinières étaient en train de préparer la masa pour fabriquer leurs tortillas.


Sur le comptoir, deux grandes jarres en plastiques sont remplis d'eaux aromatisées : celle de gauche est une agua horchata (faite avec les graines de melon comme cela doit être fait) au melon et aux noix. Celle de droite est une agua de papaye.

J'ai découvert les molotes : ce sont des petits pains à la pomme de terre et au chorizo.



Mais j'ai finalement jeté mon dévolu sur deux énormes tamales de mole negro. Je dis énorme car leur taille n'a rien à voir avec les tamales qu'on sert au nord du pays. Ils sont tous petits et servis dans des feuilles de maïs. Dans le cas des tamales du centre du pays, on les sert dans des feuilles de bananier. Ils sont donc moins secs et plus savoureux.


J'avais l'opportunité de manger des sauterelles mais celles-ci étaient trop grosses à mon goût. Je préfère les petites sauterelles en fait, en tacos avec un peu de jus de citron vert.


Mon épouse a préféré commander une quesadilla au fromage de Oaxaca et aux fleurs de courgettes. Pour y avoir gouté, je dois dire qu'elle était excellente.




Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Fouilles de sauvetage à Zacatenco, Mexico

Sur son site internet, l'INAH fait état de fouilles de sauvetage au nord de Mexico, préalables à la construction de l'aqueduc Guadalupe, à quelques encâblures de la Basilique de Guadalupe.  Après six mois de travaux dirigés à Zacatenco par la jeune Estibaliz Aguayo Ortíz, les résultats sont tout simplement surprenants. 
On dispose de peu de contextes fouillés systématiquement dans la vallée de México et datés du Préclassique. Vaillant (1930) avait fouillé à Zacatenco dès 1928 et publié ses résultats deux ans plus tard. Une des références en la matière a été le travail effectué ensuite par Piña Chan (1958) à Tlatilco.  Puis il a fallu attendre des fouilles de Sanders et Parsons à la fin des années 1960 pour en savoir un peu plus sur Zacatenco.

Les découvertes de la Direction d'Archéologie de Sauvetage de l'INAH sont de deux types. Tout d'abord les restes de 145 individus ont jusqu'à présent retrouvés. Certains enterrements comptaient jusqu'à trois individus da…