Accéder au contenu principal

C'est quoi le bleu maya ?

Sur le site internet américain du National Geographic, je suis retombé sur les résultats surprenants de plusieurs études effectuées par l'équipe du Dr Dean Arnold, professeur au Wheaton College, en Illinois, aux Etats-Unis. D'abord essayons de comprendre à quoi correspond le bleu "maya" en termes pictographiques.

En fait c'est très simple, Si vous cherchez sur internet des photos des peintures murales de Mayapan, Bonampak ou Cacaxtla, vous observerez l'utilisation d'un bleu tirant légèrement sur le vert. Ce pigment est souvent celui qui résiste le mieux au temps, à l'humidité voir même à la corrosion, aux produits acides et alcalins.

Le bleu maya était utilisé non seulement pour des peintures murales mais également pour peindre des céramiques. Dans les années 1960, plusieurs équipes européennes ont montré que les anciens Mayas avaient utilisé d'une préparation de matières organiques et minérales :à base de palygorskite et d'indigo.

Abordons maintenant les travaux réalisés par Arnold. Parmi les nombreux objets dragués dans le Cénote des sacrifices à Chichen Itza et remontés à la surface, les archéologues du Wheaton College ont longuement étudié une céramique qui contient des traces significatives du bleu maya. Leur recherche a consisté à retrouver les techniques pour obtenir ce pigment. Ce n'est pas la première fois qu'une équipe tente de faire cet essai d'archéologie expérimentale.

Or il apparaît que le troisième élément utilisé n'est autre que le copal, cette sève d'arbre utilisée comme encens lors de rituels. Le copal était en effet considéré comme un aliment pour les dieux. Il serait tout aussi illusoire de limiter l'utilisation du bleu maya à la seule zone maya. A travers les siècles et les cultures mésoaméricaines, cette couleur a été utilisée sur les reliefs peints du Temple des Guerriers, les céramiques peintes de l'île de Jaina au Campeche, les peintures murales de Cacaxtla et Teotihuacan, les serpents à plumes peints de la phase IVb du Templo Mayor à Mexico, ceux de la pyramide double de Tenayuca, etc.

Vous comprenez maintenant pourquoi nous avons choisi cette couleur pour décorer l'arrière-plan de notre blog. Elle fait référence à la fertilité mais aussi aussi au sacrifice, éléments contradictoires mais complémentaires de la pensée dualiste mésoaméricaine. Nous vous recommandons de cliquer sur le site créé par Constantino Reyes-Valerio . Pour des aspects plus techniques, on peut se reporter au mémoire rédigé par Nicolas Peltier en 2003. Nous l'avons rajouté dans les publications mayas.

Le pigment bleu maya fera l'objet d'un atelier lors du prochain congrès des américanistes à Mexico. Voici un document pdf avec la liste des participants et les sujets qu'ils aborderont.

PS : I would like to thank Dr Dean Arnold for sharing generously his teamwork...


Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Fouilles de sauvetage à Zacatenco, Mexico

Sur son site internet, l'INAH fait état de fouilles de sauvetage au nord de Mexico, préalables à la construction de l'aqueduc Guadalupe, à quelques encâblures de la Basilique de Guadalupe.  Après six mois de travaux dirigés à Zacatenco par la jeune Estibaliz Aguayo Ortíz, les résultats sont tout simplement surprenants. 
On dispose de peu de contextes fouillés systématiquement dans la vallée de México et datés du Préclassique. Vaillant (1930) avait fouillé à Zacatenco dès 1928 et publié ses résultats deux ans plus tard. Une des références en la matière a été le travail effectué ensuite par Piña Chan (1958) à Tlatilco.  Puis il a fallu attendre des fouilles de Sanders et Parsons à la fin des années 1960 pour en savoir un peu plus sur Zacatenco.

Les découvertes de la Direction d'Archéologie de Sauvetage de l'INAH sont de deux types. Tout d'abord les restes de 145 individus ont jusqu'à présent retrouvés. Certains enterrements comptaient jusqu'à trois individus da…