Accéder au contenu principal

C'est quoi le bleu maya ?

Sur le site internet américain du National Geographic, je suis retombé sur les résultats surprenants de plusieurs études effectuées par l'équipe du Dr Dean Arnold, professeur au Wheaton College, en Illinois, aux Etats-Unis. D'abord essayons de comprendre à quoi correspond le bleu "maya" en termes pictographiques.

En fait c'est très simple, Si vous cherchez sur internet des photos des peintures murales de Mayapan, Bonampak ou Cacaxtla, vous observerez l'utilisation d'un bleu tirant légèrement sur le vert. Ce pigment est souvent celui qui résiste le mieux au temps, à l'humidité voir même à la corrosion, aux produits acides et alcalins.

Le bleu maya était utilisé non seulement pour des peintures murales mais également pour peindre des céramiques. Dans les années 1960, plusieurs équipes européennes ont montré que les anciens Mayas avaient utilisé d'une préparation de matières organiques et minérales :à base de palygorskite et d'indigo.

Abordons maintenant les travaux réalisés par Arnold. Parmi les nombreux objets dragués dans le Cénote des sacrifices à Chichen Itza et remontés à la surface, les archéologues du Wheaton College ont longuement étudié une céramique qui contient des traces significatives du bleu maya. Leur recherche a consisté à retrouver les techniques pour obtenir ce pigment. Ce n'est pas la première fois qu'une équipe tente de faire cet essai d'archéologie expérimentale.

Or il apparaît que le troisième élément utilisé n'est autre que le copal, cette sève d'arbre utilisée comme encens lors de rituels. Le copal était en effet considéré comme un aliment pour les dieux. Il serait tout aussi illusoire de limiter l'utilisation du bleu maya à la seule zone maya. A travers les siècles et les cultures mésoaméricaines, cette couleur a été utilisée sur les reliefs peints du Temple des Guerriers, les céramiques peintes de l'île de Jaina au Campeche, les peintures murales de Cacaxtla et Teotihuacan, les serpents à plumes peints de la phase IVb du Templo Mayor à Mexico, ceux de la pyramide double de Tenayuca, etc.

Vous comprenez maintenant pourquoi nous avons choisi cette couleur pour décorer l'arrière-plan de notre blog. Elle fait référence à la fertilité mais aussi aussi au sacrifice, éléments contradictoires mais complémentaires de la pensée dualiste mésoaméricaine. Nous vous recommandons de cliquer sur le site créé par Constantino Reyes-Valerio . Pour des aspects plus techniques, on peut se reporter au mémoire rédigé par Nicolas Peltier en 2003. Nous l'avons rajouté dans les publications mayas.

Le pigment bleu maya fera l'objet d'un atelier lors du prochain congrès des américanistes à Mexico. Voici un document pdf avec la liste des participants et les sujets qu'ils aborderont.

PS : I would like to thank Dr Dean Arnold for sharing generously his teamwork...


Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…