Accéder au contenu principal

Conférence de Felipe Solis sur Tonatiuh

Sur son site internet, l'INAH fait un compte-rendu détaillé de la première de la dizaine de conférences intitulée "Los dioses en los codices". C'est Felipe Solis, directeur du Musée National d'Anthropologie, qui a donc inauguré ce cycle en présentant ses recherches sur le dieu du soleil.

Selon Solis -et c'est un premier truisme- Tonatiuh est une divinité solaire mais aussi guerrière, exaltant les guerriers à combattre : "Il symbolisait l'idéal du guerrier, la perfection du combattant, le soldat qui apparaît sur le plan céleste en vainqueur, qui fait fuir les étoiles et élimine l'obscurité en donnant lumière et chaleur à son peuple."



Pierre du Soleil
Photo B. Lobjois, octobre 2004.

Puis Solis de proposer l'hypothèse suivante : le visage sculpté au centre de la Pierre du soleil pourrait être celui de Tonatiuh. Ce visage est en effet encerclé par le disque solaire comme sur les codex précolombiens. Cette théorie repose sur la présence des glyphes symbolisants les quatre soleils des 4 ères précédant l'ère dans laquelle les Aztèques vivaient.

La pierre du soleil serait en fait un monument chronographique. La date 13 Roseau présente sur le haut du monolithe ferait référence à l'avénement de ce cinquième soleil et à l'arrivée de Axayacatl sur le trône. Un rien fantaisiste est l'interprétation de Solis quant à la présence d'yeux et de cils dans chacune des deux mains représentées à côté du visage : il explique que nul ne pouvait ainsi se cacher du dieu.

La pierre du soleil est un monolithe qui mesure 3,6 mètres de diamètre et 1,22 mètres d'épaisseur pour un poids de 24 tonnes. Elle a été découverte en 1791 dans des travaux de remise à niveau sur la place de la cathédrale. De fait la pierre a longtemps été exposée verticalement à même la cathédrale avant de connaître plusieurs déménagements et d'arriver finalement au Musée National d'Anthropologie où le visiteur peut la voir.

Il semblerait que sa position originale était horizontale et qu'elle servait à la fois de pierre pour le sacrifice gladiatoire. Ce rituel cruel consistait à attacher une future victime sacrificielle à combattre avec des armes symboliques contre des guerriers aigles et jaguars puissamment armés. Duran documente très bien le sacrifice gladiatoire (cf. à ce propos les ouvrages de M. Graulich et de Y. Gonzalez Torres sur le sacrifice humain chez les Aztèques). L'utilisation rituelle de la pierre du soleil semblerait justifiée par une cavité où on déposait le coeur et le sang du guerrier vaincu.

Felipe Solis a terminé sa conférence en expliquant qu'il était difficile de savoir combien de victimes étaient sacrifiées à Tonatiuh dans la mesure où les chiffres avancées par les sources coloniales seraient exagérées.

Les quotidiens El Universal et El Mañana ont repris le communiqué de presse disponible sur le site de l'INAH.
1 commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Fouilles de sauvetage à Zacatenco, Mexico

Sur son site internet, l'INAH fait état de fouilles de sauvetage au nord de Mexico, préalables à la construction de l'aqueduc Guadalupe, à quelques encâblures de la Basilique de Guadalupe.  Après six mois de travaux dirigés à Zacatenco par la jeune Estibaliz Aguayo Ortíz, les résultats sont tout simplement surprenants. 
On dispose de peu de contextes fouillés systématiquement dans la vallée de México et datés du Préclassique. Vaillant (1930) avait fouillé à Zacatenco dès 1928 et publié ses résultats deux ans plus tard. Une des références en la matière a été le travail effectué ensuite par Piña Chan (1958) à Tlatilco.  Puis il a fallu attendre des fouilles de Sanders et Parsons à la fin des années 1960 pour en savoir un peu plus sur Zacatenco.

Les découvertes de la Direction d'Archéologie de Sauvetage de l'INAH sont de deux types. Tout d'abord les restes de 145 individus ont jusqu'à présent retrouvés. Certains enterrements comptaient jusqu'à trois individus da…