Accéder au contenu principal

Des liens nouveaux entre Teotihuacan et la côte du Guerrero

Qu'il existe entre Teotihuacan et différentes parties de la Mésoamérique à la même époque n'est certes pas une nouveauté. Des publications très récentes (Manzanilla Naim, 2004; Matos Moctezuma, 2009; Gomez Chavez et Gazzola, 2010; Cowgill, 2010; Michelet et Pereira, 2010) montrent comment ce qui fut la grande métropole du Classique ancien en Mésoamérique a eu des liens étroits avec la région mezcala ou même à Tingambato au Michoacan.

Dès lors, la récente présentation de Rosa Maria Reyna lors de la 4ème Table ronde de la connaissance archéologique et historique du Guerrero, qui a eu lieu récemment lieu à Taxco, pourrait paraître exagéré. Il n'en est rien si on prend en compte les résultats intéressants des fouilles qu'elle a dirigé avec l'aide d'Elizabeth Galeana sur le site archéologique d'El Embarcadero, dans la région de Costa Grande.


Représentation de Tlaloc, céramique Fine Orange,
Classique moyen, El Embarcadero, Guerrero.
Photo disponible le 23 août 2008 sur : http://www.archaeologydaily.com/news/fotos/image4867_b.jpg

Ce sont au total environ 6000 fragments de céramiques, dont certains âgés de plus de 1400 ans qui ont pu être récupérés par la mission dirigée par les deux femmes, près de Costa Grande. Parmi les éléments remarquables, il y a des fragments de vaisselles et de caissettes avec, pour plusieurs, des représentations du dieu de la pluie, appelé Tlaloc ensuite chez les Aztèques. Parallèlement différents éléments d'encensoirs de type "théâtre" sont également apparues sous les pinceaux des archéologues.
Cette découverte a le mérite d'élargir le champ des contacts que les Teotihuacains avaient établis dans cette région. On sait que leur présence avait été décisive, en zone maya, notamment à Kaminaljuyu. Mais les liens qu'ils partageaient avec les habitants d'El Embarcadero semblaient davantage commerciaux et culturels, à l'instar des relations qu'ils maintenaient avec les Mezcala.

Plus intéressants sont les résultats des études faites pour établir l'origine de ces pièces de céramique : une très grande majorité ont été élaborées dans la région.
Références bibliogaphiques : 
Cowgill, George L. 2009. "Crecimiento, desarrollo arquitectónico y cultura material en Teotihuacan". In Teotihuacan. Ciudad de los Dioses, INAH, Mexico, p. 31-35.
Gomez Chavez, Sergio et Julie Gazzola. 2009. "Los barrios foráneos de Teotihuacan". In Teotihuacan. Ciudad de los Dioses, INAH, Mexico, p.71-77.
Manzanilla Naim, Linda. 2004. "Social Identity and Daily Life at Classic Teotihuacan". In  Mesoamerican archaeology, Julia A. Hendon et Rosemary A. Joyce (éds.),  Blackwell Studies in Global Archaeology, Blackwell Publishing, Malden-Oxford.
Matos Moctezuma, Eduardo. 2009. Teotihuacan. Fideicomiso Historia de las Américas, Serie Ciudades, FCE-Colegio de México, México.
Michelet, Dominique et Gregory Pereira. 2009. "Teotihuacan y el Occidente de México". In Teotihuacan. Ciudad de los Dioses, INAH, Mexico, p.79-83.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Curieuses découvertes au pied de la Pyramide de la Lune à Teotihuacan

Dans un bulletin publié hier sur le site de l'INAH, Verónica Ortega, sous-directrice de la zone archéologique de Teotihuacan, a annoncé une série de découvertes troublantes reprises dans différents médias mexicains comme la Jornada, Milenio ou El Universal. Cette partie du site est d’ailleurs le pré carré de la chercheuse mexicaine, elle qui fut notamment en charge de la supervision du Palais de Quetzalpapalotl.



“La nature a horreur du vide”, disait Aristote. Force est de constater que le vide était abhorré dans la cosmovision mésoaméricaine. En plus de cent années d’exploration à Teotihuacan, la place située au pied de la Pyramide de la Lune n’a été sondée et fouillée superficiellement que dans les années 1960 ! La Structure A qui la ferme au nord est pourtant en train de révéler des secrets trop longtemps gardés. Mesurant 25 m de côté, cette structure continue de générer de nombreuses interprétations et de polémiques entre spécialiste. Elle est composée en surface d’une dizaine …

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement le monument le plus représenté et le plus publié sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnu comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts sompteux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.


Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante à El Pañhü, Hidalgo, ou à Teteles de Ocotit…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…