Accéder au contenu principal

Fouilles sur la future ligne 12 du métro defeño

Différents médias mexicains sont revenus sur l'évolution des fouilles de sauvetage entreprises dans le cadre de la construction de la ligne 12 du métro à Mexico. En mars 2009, des ossements et les restes d'une pyramide avaient été mis à jour à Itztapalapa.Située au sud de la capitale mexicaine, cette "ligne du Bicentenaire" a récemment révélé un cimetière quelque peu surprenant, à Mexicaltzingo.


Carte du bassin de Mexico, 
disponible le 21 août 2010 sur http://tinyurl.com/25yokms .

Sur cette carte de la vallée de Mexico, on peut voir Mexicaltzingo et Colhuacan sont situées au sud de Mexico-Tenochtitlan, à l'extrêmité de la chaussée d'Itzapalapa. Selon la Cronica Mexicayotl, Colhuacan a été fondée par les Toltèques, alors dirigés par leur roi Mixcoatl (père de Quetzalcoatl). C'est à Culhuacan qu'on aurait utilisé le mot nahuatl tlatloani pour la première fois pour désigner le dirigeant.

Les restes osseux d'une cinquantaine d'enfants morts en bas âge (3-4 ans) ont été extraits du sol par une équipe d'archéologie préventive coordonnée par l'archéologue María de Jesús Sánchez. Parallèlement dix corps d'adultes ont également été retrouvés. Une sculpture aux traits féminins, haute de 50 centimètre, reposait juste en dessous de deux enfants. Plusieurs ont été placés directement placés dans des jarres, faisant ainsi office d'urnes funéraires. Des centaines de plats, de figurines, de jarres et de vaisselles en céramique les accompagnant seront l'objet d'analyses et de restaurations. Les premières datations semblent indiquer le Postclassique ancien, entre 1100 et 1200 de notre ère, avant la prise de contrôle de la région par les Mexicas.

La grande concentration de si jeunes enfants est surprenante car s'ils ont été vérifiés au Grand Temple de Tenochtitlan, majoritairement du côté de Tlaloc, ou même aux quatre extrémités des quatre plateformes qui formaient la Pyramide du Soleil à Teotihuacan (si on en croit les dires de L. Batres au début du 20e siècle).

Pourtant Maria Sanchez a raison de proposer les éléments d'interprétations suivants. D'abord, comme des restes d'habitations ont été patiemment dégagés, il était coutumier d'enterrer les morts sous le sol de la maison familiale. C'est d'ailleurs une tradition passablement répandue en Mésoamérique, facilitant ainsi le culte aux défunts. Ensuite la présence de ces enfants placés dans des urnes devaient certainement une manière de représenter symboliquement la matrice maternelle.

D'autre part, d'autres fouilles de sauvetage entreprises à Colhuacan ont été fructueuses puisqu'elles ont permis la découverte de fragment de visages et de petites vaisselles en céramique, datées du Préclassique (entre 2000 avant Jésus-Christ et 100 de notre ère).

On notera pour l'heure le silence complet de l'INAH qui n'a toujours pas publié le moindre communiqué sur son site. Surprenant car l'information date déjà de plusieurs jours... Et la découverte a eu un certain écho au niveau mondial si on en juge cette vidéo de la chaîne Telesur.

L'article proposé par le quotidien El Sol de México reprend une critique déguisée proposée par l'agence Reuters sur le manque de respect  envers les maisons aztèques retrouvées au même endroit que les urnes funéraires : face au développement urbain, elles ont été certes photographiées, mesurées et superficiellement étudiées avant d'être détruites par les engins de constructions et recouvertes pour continuer avec la construction de la ligne de métro. Ajoutons que dans le cadre de la construction de la ligne 2, une pyramide d'Ehecatl avait été retrouvée, fouillée et restaurée. Elle sert de point central à la station Pino Suarez... Pourquoi ne pas avoir fait de même avec les maisons aztèques retrouvées de Mexicaltzingo ?


Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Compte-rendu Arqueología mexicana 142

Arqueología mexicana nous propose une réflexion très complète et bien ficelée dans son numéro de novembre-décembre. A première vue, parler de législation pourrait paraître peu lié à ce qui constitue la raison même de la revue co-éditée par l’INAH et l’éditeur Raíces. Cependant il s’agit d’un thème qui nous plonge au coeur du mode de vie des peuples préhispaniques et l’adaptation de ces systèmes à celui importé du royaume de Castille et León.




Le dossier thématique contient huit articles. Dans le premier, rédigé par Carlos Brokmann, il est question de la diversité des systèmes juridiques dans l’ancien Mexique. Un point commun est qu’il s’agit de systèmes de lois reposant sur la tradition orale, répondant à une punition correspondant à chaque acte s’éloignant de la coutume ou de la conduite enfreinte. Si la majorité des documents font surtout référence aux lois et au système juridiques des Mexicas, il serait inapproprié que tous avaient la même organisation ou les mêmes règles de vie soci…

Décès du mayiste Erik Boot

Le nom d'Erik Boot ne vous est probablement pas très familier. Anthropologue néerlandais, diplômé de l'Université de Leyden et épigraphiste très doué, Boot était notamment un chercheur indépendant et un carnetier passionné : il en rédigeait trois en anglais depuis plus d'une dizaine d'années.

Maya News Update, un carnet présentant différentes actualités sur les groupes mayas préhispaniques.Ancien Mesoamerica News Update, carnet d'informations sur les découvertes concernant les anciennes cultures du Mexique et d'Amérique centrale.Maya Glyph Blog, un dernier carnet contenant les différentes propositions épigraphiques de Boot.Ses derniers billets concernaient une exposition sur les Mayas que le gouvernement guatémaltèque avait envoyé aux Pays-Bas en début d'année.
Mais Erik Boot n'était pas qu'un simple carnetier. Il avait notamment publié une quarantaine d'articles et d'essais qu'on peut retrouver sur la page Academia.edu. Comme tout bon may…