Accéder au contenu principal

Archéoastronomie à Acanceh

Les phénomènes archéoastronomiques ont souvent régi la construction des bâtiments et structures religieuses en Mésoamérique. Le Templo Mayor de Tenochtitlan, bien que complètement détruit était orienté vers l'ouest. Le Castillo ou Pyramide de Kukulcan est le décor et l'acteur de la projection du soleil durant les équinoxes. Le soleil est parfaitement aligné aux mêmes dates dans la partie supérieure de la Pyramide des 7 poupées à Dzibichaltun, au Yucatan. Un rai lumineux est projeté à travers un étroit puits à Xochicalco, Morelos. Deux structures E permettent d'observer l'alignement du soleil à différentes dates de l'année à Uaxactun, au Guatemala.


Phénomène archéoastronomique, Dzibilchaltun, Yucatan.
Photo prise le 19 mars 2010 par mescal 2010, disponible le 21/03/2011 sur :

Le dernier exemple en date est un observatoire caché sous une des pyramides situées dans le village yucatèque d'Acanceh, à une trentaine de killomètres de Mérida. L'équipe archéologique dirigée par Beatriz Quintal Suaste a ainsi découvert une cache d'un peu de moins de deux mètres de diamètre sous la pyramide. On y accède par un boyau de 40 cm de large et sur de deux mètres de haut. Seule une personne peut entrer pour observer l'entrée de la lumière solaire lorsque le soleil passe au zénith les 25 et 26 mai d'une part, les 22 et 23 juillet d'autre part.

Acanceh est une zone archéologique composée de plusieurs édifices construit entre les IIIe et Ve siècles de notre ère, même s'il furent occupés pendant plus longtemps. Jorge Pérez de Lara a rédigé un petit guide pour connaître mieux Acanceh. Il est consultable en cliquant sur ce lien. La pyramide abritant des masques en stuc qui ont fait le renom de la zone symbolise le synchrétisme religieux de la population locale : il n'est pas rare de voir certains rituels catholiques avoir lieu sur la pyramide.


Structure 1, Acanceh, Yucatan, Classique moyen.
Photo prise en mars 1997 par HJPD, disponible le 21/03 sur :

Cette information ayant été publiée sur différentes sites d'informations en ligne, il convient d'attendre une confirmation sur le site officiel de l'INAH, via un bulletin.

Références bibliographiques
Aveni, Anthony F., and Horst Hartung 1986. "Uaxactun, Guatemala, Group E". In World Archaeoastronomy. Edited by A. Aveni, pp. 441-461. Cambridge University Press, London, Cambridge.
Quinta Suaste, B. (1999). "Los mascaras de Acanceh", in Arqueologia Mexicana, vol. VII, num. 37, p. 14-17. Mexico : Editorial Raices-INAH.
"Mascaras mayas". Publié en ligne le 29/10/2009 sur http://www.inah.gob.mx/index.php/boletines/7-zonas-arqueologicas/2479-mascarones-mayas .
Veldés, Juan Antonio (éd) (2005). El Período Clásico en Uaxactún, Guatemala: Arqueología en el Centro de Petén. Guatemala: Instituto de Investigaciones Históricas, Antropológicas y Arqueológicas, Escuela de Historia, Universidad de San Carlos de Guatemala. Document  pdf disponible le 21/03/2011 sur : http://escuelahistoria.usac.edu.gt/iihaa/uaxactun.pdf .
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Curieuses découvertes au pied de la Pyramide de la Lune à Teotihuacan

Dans un bulletin publié hier sur le site de l'INAH, Verónica Ortega, sous-directrice de la zone archéologique de Teotihuacan, a annoncé une série de découvertes troublantes reprises dans différents médias mexicains comme la Jornada, Milenio ou El Universal. Cette partie du site est d’ailleurs le pré carré de la chercheuse mexicaine, elle qui fut notamment en charge de la supervision du Palais de Quetzalpapalotl.



“La nature a horreur du vide”, disait Aristote. Force est de constater que le vide était abhorré dans la cosmovision mésoaméricaine. En plus de cent années d’exploration à Teotihuacan, la place située au pied de la Pyramide de la Lune n’a été sondée et fouillée superficiellement que dans les années 1960 ! La Structure A qui la ferme au nord est pourtant en train de révéler des secrets trop longtemps gardés. Mesurant 25 m de côté, cette structure continue de générer de nombreuses interprétations et de polémiques entre spécialiste. Elle est composée en surface d’une dizaine …

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…