Accéder au contenu principal

Avancée des fouilles à Lagartero, Chiapas

Les fouilles se poursuivent depuis treize ans sur le site maya de Lagartero au Chiapas.  Le site a été occupé de 300 à 1400 de notre ère, si on en croit les restes de céramique. 
 
Lors de cette saison de fouilles, l'équipe d'archéologues et d'ouvriers dirigée par Sonia Rivero Torres a travaillé sur un ossuaire situé sous la pyramide 2. Cet enterrement collectif a révélé la présence de quinze crânes (et logiquement d'autant d'individus), certains comptant avec une déformation bilobulaire propre. Mais les ossements sont en mauvais états et n'ont pas permis des études anthropologiques très précises. L'anthropologue Josefina Bautista signale cependant que deux crânes appartenaient à deux femmes âgées respectivement d'une vingtaine et d'une trentaine d'années et un autre à un homme d'une soixantaine d'années.

Plus surprenant est le mobilier qui accompagnait ses corps : un pendant d'oreille en ambre, des restes textiles et de la céramique et quatre pendants en cuivre. En quoi ces derniers artefacts sont-ils exceptionnels ? Rivero explique que c'est la première fois que des objets en cuivre sont retrouvés à Lagartero. Une analyse par spectroscopie de fluorescence par analyse dispersive en énergie a permis de déterminer qu'il s'agissait d'un alliage de carbone, d'oxygène, de silice et de calcium. Grâce au contexte céramique de l'ossuaire, on a pu dater les pièces d'orfèvrerie du Postclassique récent, vers 1400. Un seul est complet et est actuellement en cours de restauration avec les trois autres dans les laboratoires de l'ENCRyM à Mexico, selon la restauratrice Pilar Tapia. Rivero explique que des recherches devraient être menées pour déterminer l'origine de ce cuivre, puisque peu de mines préhispaniques produisant ce métal ont été identifiées.

La forme de ses pendants a retenu l'attention des archéologues. Ils représenteraient des caïmans (lagartero ou caiman en espagnol). Selon Rivero, leur présence pourrait indiquer que le site portait le même nom depuis longtemps. Cette hypothèse reste pour le moins hasardeuse. La seule présence de quatre objets ne saurait justifier le nom d'un site. Ce qui pourrait réellement faire foi, ce serait un glyphe. L'épigraphie a permis souvent de retrouver des noms différents de ce que nous connaissons aujourd'hui. Malheureusement, les glyphes ne semblent être légion à Lagartero.

Le quotidien mexicain El Universal propose ce cliché très flou dans son édition en ligne du 15 mars 2011.
Pendentif en cuivre, Lagartero, Chiapas, Postclassique.
Photo disponible le 20/03/2010 sur : 

Attendons les prochaines fouilles qui se poursuivront sur la pyramide 2.

Référence bibliographique
Rivero Torres, S. (2007). "El sitio arqueologico de Lagartero, Chiapas". In Liminar, vol. 5 n°1, p. 183-194, Tuxtla Gutierrez : Universidad Autonoma de Chiapas.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…