Accéder au contenu principal

Arqueologia Mexicana n°108

Voici l'habituelle livrée bimestriel de l'INAH réservée au grand public, version 108. C'est aussi l'âge de la majorité pour Arqueología Mexicana. Force est de constater que cette revue constitue la source d'informations la fiable et la plus accessible pour le grand-public. D'ailleurs, vous pouvez retrouver l'index complet des articles et auteurs ayant publié dans cette revue.

Ce mois-ci, le dossier principal est consacré à la restauration. Souvent méconnue, cette discipline pluridisciplinaire est présentée sous une métaphore on ne peut plus juste : "l'art de sauver l'art". Car la restauration-conservation tient autant d'un art, une techné comme disaient les anciens Grecs" que d'un art comme manifestation de sensibilité. A ce titre, l'introduction de l'article de Sofia Martinez del Campo Lanz explique très bien cette ambivalence:
Al adentrarse el restaurador en la naturaleza del objeto, accede de manera inevitable al pensamiento del artisto que lo creó para descubrir cuáles fueron las motivaciones y las influencias que lo llevaron a determinar su aspeto y su significado.
Elle précise ensuite ce sentiment particulier d'empathie que le chercheur doit éprouver pour restituer la pensée de l'artiste :
[...] y el proceso se da así, en el silencio de la sensibilidad del intelecto relacionándo con el objeto, mediante un intercambio natural de sentimientos.
On peut en fait découvrir différentes facettes de la restauration-conversation de différents types de pièces. Agustin Espinosa proposa un rapide tour du propriétaire en évoquant l'apparition et le développement de la discipline au Mexique. La directrice du MNA, Diana Magaloni Kerpel, revient à ses premières amours et nous présente la restauration des peintures murales : grâce à la restauration, on a pu établir différentes techniques et pigments selon les régions et les cultures. Magaloni s'attarde en effet sur les différences entre peintures mayas et teotihuacaines. Puis Laura Suarez Pareyron Aveleyra s'attarde sur les différentes étapes de la restauration des objets en céramique.

Suit l'article de Sofia Martinez del Campo Lanz sur les restaurations de masques de jade de Palenque et Calakmul. Laura Filloy Nadal et Tadeo Velanda Silva reviennent sur la délicate restauration du masque dit de la chauve-souris retrouvé à Monte Alban par Acosta en 1949. Avec Maria de Lourdes Gallardo Parrodi, on passe à un autre matériau : la nacre. Elle explique avec moults détails les aléas de la restauration du vêtement cérémoniel découvert à Tula, Hidalgo, par Elba Estrada et Fernando Getino en 1993. Ce puzzle de 1413 pièces a permis la mise en place d'une méthodologie différente pour atteindre la forme qu'il devait avoir originalement.

On découvre ensuite les différentes techniques utilisés pour la sauvegarde et la restauration des matériaux organiques. En premier lieu, Alejandra Alonso Olivera fait une présentation des objets en bois retrouvés dans des contextes aussi variés que le cenote de Chichen Itza, les dépôts saturés d'El Manati, Veracruz et l'offrande 102 du Templo Mayor de Tenochtitlan. C'est encore cette offrande que Maria de Lourdes Gallardo Parrodi présente : des ornements de papier et des tissus furent mis au jour en 2000 et ont nécessité un protocole spécifique de conservation.

Si on laisse ce passionnant dossier de côté, on lira avec intérêt l'interprétation proposée par Laura Solar, Laura Lagriña et Lourdes Gonzalez sur les figurines Mazapa et les les malinches des Coras, on pourra en apprendre un peu plus sur les fouilles au 16 de la rue Guatemala dans le centre-ville de Mexico. E. Matos Moctezuma et R. Barrera Rodríguez nous propose un petit tour de ce qui a probablement été le temple de Quetzalcoatl-Ehecatl. Malheureusement la bibliographie promis à la fin de l'article n'est pas présente sur le site internet et le lecteur se retrouve quelque peu démuni face aux références mentionnées par les deux archéologues. D'autre part, l'article peut déjà être considéré comme partiellement caduque après les dernières annonces faites par Barrera il y a quelques semaines. Je reste quelque peu sceptique sur le parallèle que les auteurs effectuent entre la circularité de la pyramide et les sculptures de serpents à plumes enroulés. Thème à débattre s'il en est.

On notera un nouvel article décalé de Leonardo López Luján mais drôlement intéressant sur la Statue de la Liberté. On redécouvre ainsi l'histoire et le processus de création de ce monument et comment son concepteur, Bartholdi, entendait utiliser des éléments iconographiques mexicains pour en créer le piédestal.

Côté documents, M. Hermann Lejarazu et Xavier Noguez s'attardent sur les Codices Tributarios de Mizquiahuala et le Codex Telleriano-Remensis.

Au total, ce numéro 108 d'Arqueología Mexicana est d'un excellent acabit et propose d'accéder à des informations qui sont rarement accessibles. On ne saurait que trop vous recommander sa lecture. Pensez à consulter la bibliographie complémentaire pour en apprendre plus sur la restauration.

Bibliographie
L. Filloy Nadal, (2010). Misterios de un rostro maya. La máscara funeraria de K'inich Janaab' Pakal de Palenque, Mexico: INAH.

S. Martínez del Campo Lanz, (2011). "Las máscaras mayas de mosaico de jade. Imágenes de una restauración", in Arqueología Mexicana, vol. XVIII, núm. 108, p. 43-47, Mexico: Editorial Raices.

A. Alonso Olvera & K. Tran, (2010). Nueva tecnología aplicada a la restauración y estudio de una escultura arqueológica de madera, Colección Científica, núm. 564, Mexico: INAH.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…