Accéder au contenu principal

Des soldats archéologues dans le Mexique révolutionnaire

En préparant un projet de fouilles sur le site de Cañon de San Joaquin dans l'état de Chihuahua, l'archéologue mexicain Rafael Cruz a redécouvert un fait intéressant. Alors que le Mexique était en plein milieu d'une guerre civile indirectement provoquée par les Etats-Unis, alors que Pancho Villa s'évertuait à attaquer les troupes américaines sur leur propre territoire, à Columbus, Nouveau Mexique, 50 soldats US entrèrent au Mexique sous le commandement de John Warren Weissheimer et John W. Wright pour une mission de reconnaissance, à la recherche de Pancho Villa.

Au Smithsonian Institute de Washington, Rafael Cruz a mis la main sur différents documents (photos, relevés, dessins et plans) élaborés par le petit contingent américain, entre le premier juillet et le 20 novembre 1916. Afin "de rompre la monotonie tandis qu'ils exécutaient l'ordre de ne pas effectuer de mouvement de troupes", les officiers ont décidé de prospecter treize sites archéologiques dans l'état du Chihuhua. Une carte signée le lieutenant Roderick Dew indique l'emplacement de la rivière San Joaquin et les directions de plusieurs localités (Pearson, Dublan et San Miguel), connues actuellement comme Mata Ortiz, Casas Grandes et la Babícora. Cruz a comparé cette carte avec ses propres recherches, commencées dans les années 1990. Il en retient la grande exactitude des informations qui figurent sur le document américain : 11 des 13 sites indiqués sur la carte ont ainsi retrouvés. Weissheimer en son temps proposa une datation des sites vers 800 après J.-C., ce qui s'est révélé particulièrement précis en analysant le matériel retrouvé par Cruz et son équipe : ils semblent appartenir à la même culture que celle des sites de Casas Grandes ou de Paquimé. De la même manière Cruz explique que ses prospections lui ont permis de retrouver deux sites que Weissheimer n'avait pas indiqué.

Agrandir le plan

Cette recherche a été exposée lors de la XIV Conferencia de Arqueología de la Frontera Norte . Une note complète est disponible sur le site de l'INAH.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Compte-rendu Arqueología mexicana 142

Arqueología mexicana nous propose une réflexion très complète et bien ficelée dans son numéro de novembre-décembre. A première vue, parler de législation pourrait paraître peu lié à ce qui constitue la raison même de la revue co-éditée par l’INAH et l’éditeur Raíces. Cependant il s’agit d’un thème qui nous plonge au coeur du mode de vie des peuples préhispaniques et l’adaptation de ces systèmes à celui importé du royaume de Castille et León.




Le dossier thématique contient huit articles. Dans le premier, rédigé par Carlos Brokmann, il est question de la diversité des systèmes juridiques dans l’ancien Mexique. Un point commun est qu’il s’agit de systèmes de lois reposant sur la tradition orale, répondant à une punition correspondant à chaque acte s’éloignant de la coutume ou de la conduite enfreinte. Si la majorité des documents font surtout référence aux lois et au système juridiques des Mexicas, il serait inapproprié que tous avaient la même organisation ou les mêmes règles de vie soci…

Décès du mayiste Erik Boot

Le nom d'Erik Boot ne vous est probablement pas très familier. Anthropologue néerlandais, diplômé de l'Université de Leyden et épigraphiste très doué, Boot était notamment un chercheur indépendant et un carnetier passionné : il en rédigeait trois en anglais depuis plus d'une dizaine d'années.

Maya News Update, un carnet présentant différentes actualités sur les groupes mayas préhispaniques.Ancien Mesoamerica News Update, carnet d'informations sur les découvertes concernant les anciennes cultures du Mexique et d'Amérique centrale.Maya Glyph Blog, un dernier carnet contenant les différentes propositions épigraphiques de Boot.Ses derniers billets concernaient une exposition sur les Mayas que le gouvernement guatémaltèque avait envoyé aux Pays-Bas en début d'année.
Mais Erik Boot n'était pas qu'un simple carnetier. Il avait notamment publié une quarantaine d'articles et d'essais qu'on peut retrouver sur la page Academia.edu. Comme tout bon may…