Accéder au contenu principal

Des traces d'anthropophagie à Cueva del Maguey, Durango

Lors de la XIVe conférence d'archéologie de la frontière nord qui s'est tenue à Paquimé, dans l'état de Chihuhua, l'archéologue José Luis Punzo a fait un exposé sur le site de Cueva del Maguey, située dans la Sierra de Durango. Chargé de l'exploration et de la conservation de ce site, Punzo a fait état de récentes découvertes, résultats de différentes saisons de fouilles.

Cueva del Maguey se distingue par son architecture : dans des cavernes suffisamment hautes, les habitants qui ont vécu à cet endroit vers 1450 avaient construit différents bâtiments et maisons. Le site a été bâti à 2600 mètres d'altitudes dans un massif boisé de la montagne duranguense.


Maison en acantilado, Cueva del Maguey, Durango.
Postclassique.
Photo INAH disponible le 27/07/2011 sur 

Des analyses ostéologiques pratiquées sur des restes humains retrouvés ont révélés que les Xiximes qui habitaient sur le site consommaient de la chair humaine lors de rituels liés à la guerre et aux cycles agricoles, notamment au moment des récoltes.
 
La pratique de l'anthropophagie et du cannibalisme rituel n'est en rien exceptionnel chez les anciens peuples mésoaméricains ou nordaméricains. Même si elle n'était quotidienne, elle n'en existait pas moins. Les médecins légaux qui ont étudiés les ossements ont notamment remarqué des traces de découpe sur un lot d'une quarantaine d'os. Ces derniers ont été recueillis lors de fouilles de surface, dans le but de conserver intact l'habitat des Xixime. Les archéologues ont également mis la main sur du bois, des graines, des cordages, des pierres taillées, des céramiques, des os d'animaux, des griffes de jaguar et des dents de crocodiles.
 
Il semblerait aussi que ses ossements aient été bouillis avant leur consommation. L'archéologie et l'anthropologie physique confirment ainsi les chroniques du XVIIe siècle, notamment la Carta annua de Hernando de Santarén. Des analyses ADN ont pu déterminer que les Xixime consommaient uniquement des individus appartenant à leur groupe ethnique, même s'il s'agissait d'ennemis.

Le bulletin de l'INAH est disponible en format .pdf ou sur le Réseau Mexicain d'Archéologie. Pour en savoir plus sur la toujours très polémique anthropophagie en Mésoamérique, pensez à consulter l'ouvrage de M. Graulich sur le sacrifice humain chez les Aztèques, publié aux éditions Fayard.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…

Fouilles de sauvetage à Zacatenco, Mexico

Sur son site internet, l'INAH fait état de fouilles de sauvetage au nord de Mexico, préalables à la construction de l'aqueduc Guadalupe, à quelques encâblures de la Basilique de Guadalupe.  Après six mois de travaux dirigés à Zacatenco par la jeune Estibaliz Aguayo Ortíz, les résultats sont tout simplement surprenants. 
On dispose de peu de contextes fouillés systématiquement dans la vallée de México et datés du Préclassique. Vaillant (1930) avait fouillé à Zacatenco dès 1928 et publié ses résultats deux ans plus tard. Une des références en la matière a été le travail effectué ensuite par Piña Chan (1958) à Tlatilco.  Puis il a fallu attendre des fouilles de Sanders et Parsons à la fin des années 1960 pour en savoir un peu plus sur Zacatenco.

Les découvertes de la Direction d'Archéologie de Sauvetage de l'INAH sont de deux types. Tout d'abord les restes de 145 individus ont jusqu'à présent retrouvés. Certains enterrements comptaient jusqu'à trois individus da…