Accéder au contenu principal

Des vestiges de style puuc retrouvés au Yucatan

Des fouilles de sauvetage, préalable nécessaire à l'élargissement d'une autoroute entre Mérida et Campeche, ont permis de mettre à jour des vestiges de style Puuc, près de Mascanu depuis 2009. Ce style architectural est très présent à la frontière entre les deux états. Il caractérise notamment les anciennes villes d'Uxmal, Kabah, Sayil et Labna, à la fin du Classique.

 
L'archéologue Eunice Uc González dirige l'équipe de fouilles (un chef de chantier et cinq archéologues) qui a exploré cinq édifices qui seront restaurés et conservés. Suite à un accord avec le Secrétariat aux Transports et Communications, l'INAH a pu obtenir un rétrécissement de l'autoroute. Uc González a notamment expliqué qu'une cinquantaine de structures avait été détectée. Elles sont faites pour la plupart avec des pierres calcaires rosâtres, typiques de la région Puuc.

Ce qui a été retrouvé fait partie d'un complexe habitationnel situé à la limite entre la colline Puuc et la plaine du nord du Yucatan, près de Oxkintok y de Chunchucmil. Les structures 12 et 22 ont révélé des objets de grand intérêt.


40 enterrements avec des offrandes associées attirent notre attention. Des coquillages utilisés comme pectoraux et du jade figuraient parmi ce mobilier funéraire. Les analyses médico-légales ont mis en évidence des dents limées dans un but esthétique propre à la classe dirigeante. Uc González n'exclut la présence d'autres restes humains si on poursuit les fouilles plus profondément.


L'utilisation de caisses rectangulaires en pierre parfaitement travaillée pour y déposer les restes des défunts est particulièrement frappante. Malheureusement, leur relatif affleurement ont provoqué une dégradation plus rapide des ossements. Les os longs (fémurs, cubitus, tibias) ont suffisamment résisté aux affres du temps et aux rongeurs pour nous parvenir. D'autre part, deux crânes complets, des dents, des vertèbres lombaires, des mâchoires ont permis de préciser certains patrons d'ensevelissement.


Deux maquettes d'édifices, hautes de 40 cm et large de 20, font partie du mobilier retrouvé. L'une représente une maison en pierre, l'autre une pyramide avec des marches, ses rampes et une structure circulaire sur sa partie supérieure. 150 pièces de céramique ont été dégagées dans un état complet. Elles appartiennent à différents styles et à différentes époques : on en retrouve de type Sierra rojo polychrome (Préclassique tardif entre 150 avant et 300 après J.-C.), Tituc orange polychrome (Classique ancien polychrome entre 300 et 600 après J.-C.) et Pizarras (Classique tardif entre 600 et 900 de notre ère). Certains plats sont illustrés avec des scènes mythologiques, d'autres vases peints avec des glyphes.

L'INAH a publié un bulletin disponible ici. Nous remercions Josep Ligorred pour ses informations sur la localisation de ces fouilles.

Pour en savoir plus sur les phases de céramiques dans  cette partie du Yucatan, nous vous recommandons la consultation des documents suivants :

Velásquez, Juan Luis. 1994. "Excavaciones en Punta de Chimino y la cerámica recuperada". In VII Simposio de Investigaciones Arqueológicas en Guatemala, 1993 (editado por J.P. Laporte y H. Escobedo), pp.349-359. Museo Nacional de Arqueología y Etnología, Guatemala. Document pdf disponible le 16 octobre 2011 sur : http://www.asociaciontikal.com/pdf/32.93%20-%20Velasquez.pdf .

Kam Manahan, T. et Ardren, T. "Transformación en el tiempo: definiendo el sitio de Xuenkal, Yucatán, durante el periodo Clásico Terminal". In Estudios de Cultura Maya, p. 11-32. Instituto de Investigaciones Filológicas, Universidad Nacional Autónoma de México. Document pdf disponible le 16 octobre 2011 sur : http://www.iifilologicas.unam.mx/estculmaya/uploads/volumenes/xxxv/manahan.pdf .
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…

Fouilles de sauvetage à Zacatenco, Mexico

Sur son site internet, l'INAH fait état de fouilles de sauvetage au nord de Mexico, préalables à la construction de l'aqueduc Guadalupe, à quelques encâblures de la Basilique de Guadalupe.  Après six mois de travaux dirigés à Zacatenco par la jeune Estibaliz Aguayo Ortíz, les résultats sont tout simplement surprenants. 
On dispose de peu de contextes fouillés systématiquement dans la vallée de México et datés du Préclassique. Vaillant (1930) avait fouillé à Zacatenco dès 1928 et publié ses résultats deux ans plus tard. Une des références en la matière a été le travail effectué ensuite par Piña Chan (1958) à Tlatilco.  Puis il a fallu attendre des fouilles de Sanders et Parsons à la fin des années 1960 pour en savoir un peu plus sur Zacatenco.

Les découvertes de la Direction d'Archéologie de Sauvetage de l'INAH sont de deux types. Tout d'abord les restes de 145 individus ont jusqu'à présent retrouvés. Certains enterrements comptaient jusqu'à trois individus da…