Accéder au contenu principal

Arqueología Mexicana Hors série 45

"Mieux vaut tard que jamais"... Alors que j'attendais l'arrivée de ce numéro spécial depuis début août, j'ai dû attendre plus longtemps que d'habitude pour le recevoir. Après des vacances méritées et un premier envoi qui a rendu quelqu'un d'autre très heureux, j'ai pu enfin parcourir rapidement ce numéro dont le thème est le cacao.


Ce numéro intègre une mini-collection de numéros spéciaux sur le patrimoine alimentaire mésoaméricain : le numéro 32 portait sur les piments, le 36 sur la tomate, les haricots et les courges, le 38 sur le maïs. Le choix du cacao n'est pas anodin dans la mesure où les amandes de ce fruit servaient autant comme boisson ou nourriture que de monnaie d'échange. En fait ce sont six axes d'études qui sont proposés. 

D'abord il y a l'aspect purement botanique qui permet de distinguer le cacao (theobroma) mésoaméricain de son parent amazonien, plus amer. Au total on compte actuellement plus de vingt variétés d'arbre à cacao. On apprend ainsi les principales traductions du fruit, les descriptions anciennes et modernes qui en sont faites, la distribution de sa culture et ses usages.

Dans un deuxième temps, on peut observer un petit catalogue de représentations préhispaniques de l'arbre à cacao, de son fruit, voire de ses fèves. 

Grâce à cette iconographie, on comprend l'importance symbolique du cacao, complément nocturne du maïs solaire. Le cacao est même fréquemment associé à la mort et à l'inframonde.

Une autre perspective intéressante détaille l'importance économique du cacao, notamment en ce qui concerne les zones productrices et soumises à payer un tribut à l'empire mexica-tenochca au Postclassique récent. Nul doute que ce type d'impôts ait pu exister dans d'autres contextes et à d'autres époques.

Quant à l'aspect alimentaire du cacao, on peut lire avec intérêt que des traces de cacao ont été relevées dans des céramiques datant du Préclassique ancien sur le site de Cuello au Belize et de Puerto Escondido au Honduras.

Enfin on notera comment cette boisson a voyagé à travers le monde, s'est modifié et s'est démocratisé jusqu'à notre époque.

Si vous souhaitez en savoir plus sur le cacao, vous pouvez également vous procurer deux numéros de la revue d'art Artes de México:

Les deux valent plus que la peine en dépit d'un prix plus cher.

Bonne lecture !



Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Curieuses découvertes au pied de la Pyramide de la Lune à Teotihuacan

Dans un bulletin publié hier sur le site de l'INAH, Verónica Ortega, sous-directrice de la zone archéologique de Teotihuacan, a annoncé une série de découvertes troublantes reprises dans différents médias mexicains comme la Jornada, Milenio ou El Universal. Cette partie du site est d’ailleurs le pré carré de la chercheuse mexicaine, elle qui fut notamment en charge de la supervision du Palais de Quetzalpapalotl.



“La nature a horreur du vide”, disait Aristote. Force est de constater que le vide était abhorré dans la cosmovision mésoaméricaine. En plus de cent années d’exploration à Teotihuacan, la place située au pied de la Pyramide de la Lune n’a été sondée et fouillée superficiellement que dans les années 1960 ! La Structure A qui la ferme au nord est pourtant en train de révéler des secrets trop longtemps gardés. Mesurant 25 m de côté, cette structure continue de générer de nombreuses interprétations et de polémiques entre spécialiste. Elle est composée en surface d’une dizaine …

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement le monument le plus représenté et le plus publié sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnu comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts sompteux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.


Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante à El Pañhü, Hidalgo, ou à Teteles de Ocotit…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…