Accéder au contenu principal

Arqueología Mexicana Hors série 45

"Mieux vaut tard que jamais"... Alors que j'attendais l'arrivée de ce numéro spécial depuis début août, j'ai dû attendre plus longtemps que d'habitude pour le recevoir. Après des vacances méritées et un premier envoi qui a rendu quelqu'un d'autre très heureux, j'ai pu enfin parcourir rapidement ce numéro dont le thème est le cacao.


Ce numéro intègre une mini-collection de numéros spéciaux sur le patrimoine alimentaire mésoaméricain : le numéro 32 portait sur les piments, le 36 sur la tomate, les haricots et les courges, le 38 sur le maïs. Le choix du cacao n'est pas anodin dans la mesure où les amandes de ce fruit servaient autant comme boisson ou nourriture que de monnaie d'échange. En fait ce sont six axes d'études qui sont proposés. 

D'abord il y a l'aspect purement botanique qui permet de distinguer le cacao (theobroma) mésoaméricain de son parent amazonien, plus amer. Au total on compte actuellement plus de vingt variétés d'arbre à cacao. On apprend ainsi les principales traductions du fruit, les descriptions anciennes et modernes qui en sont faites, la distribution de sa culture et ses usages.

Dans un deuxième temps, on peut observer un petit catalogue de représentations préhispaniques de l'arbre à cacao, de son fruit, voire de ses fèves. 

Grâce à cette iconographie, on comprend l'importance symbolique du cacao, complément nocturne du maïs solaire. Le cacao est même fréquemment associé à la mort et à l'inframonde.

Une autre perspective intéressante détaille l'importance économique du cacao, notamment en ce qui concerne les zones productrices et soumises à payer un tribut à l'empire mexica-tenochca au Postclassique récent. Nul doute que ce type d'impôts ait pu exister dans d'autres contextes et à d'autres époques.

Quant à l'aspect alimentaire du cacao, on peut lire avec intérêt que des traces de cacao ont été relevées dans des céramiques datant du Préclassique ancien sur le site de Cuello au Belize et de Puerto Escondido au Honduras.

Enfin on notera comment cette boisson a voyagé à travers le monde, s'est modifié et s'est démocratisé jusqu'à notre époque.

Si vous souhaitez en savoir plus sur le cacao, vous pouvez également vous procurer deux numéros de la revue d'art Artes de México:

Les deux valent plus que la peine en dépit d'un prix plus cher.

Bonne lecture !



Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…