Accéder au contenu principal

Appel à contributions Journée d'études sur le dindon

Notre collègue Nicolas Latsanopoulos, dessinateur du bureau d'archéologie du conseil d'archéologie de Seine Saint-Denis, est le coorganisateur d'un événement qui aura lieu le 4 décembre prochain à Paris.

Avec Anath Ariel de Vidas et Perig Pitrou, ils appellent les chercheurs mésoaméricanistes à  participer à une journée d'études sur le dindon en Mésoamérique. Nous reproduisons ci-dessous leur appel à contribution également diffusé sur le site de l'Institut des Amériques. 

À la différence d’aires culturelles dans lesquelles de nombreuses espèces animales ont été domestiquées au cours de l’histoire, dans les sociétés précolombiennes de Mésoamérique, ce processus n’a concerné que le chien, la cochenille et le dindon. Or, en dépit de l’importance de ce dernier dans les pratiques et les systèmes de représentation des populations indiennes, peu de travaux lui ont été consacrés, alors que Meleagris gallopavo se présentait comme l’animal domestique autochtone par excellence, avant l’arrivée des Espagnols au XVIe siècle. L’abondante littérature traitant des relations que les humains entretiennent avec le bétail, les chevaux ou les animaux de compagnie dans diverses régions du monde, confirme l’existence d’un vaste champ d’étude encore partiellement inexploré sur le continent américain. C’est en ce sens qu’il est proposé d’engager une réflexion collective sur la place occupée en Mésoamérique par la gallina de tierra, comme l’appelait les Espagnols, depuis la période préhispanique jusqu’à nos jours.
Dans cette perspective, les participants pourront mobiliser des données ethnographiques, archéologiques, ethnohistoriques et ethnolinguistiques pour aborder des problèmes relatifs à la position du dindon dans l’iconographie précolombienne, dans les ethnoclassifications du monde animal, notamment après la Conquête, à son rôle dans les mythes et dans la tradition orale, à son utilisation lors des pratiques sacrificielles et culinaires, aux relations, notamment de substitution, qu’il entretient avec d’autres oiseaux de basse-cour et d’autres espèces animales, ou encore aux spécificités que lui confère son statut d’animal domestique, pour ne tracer que quelques unes des pistes que les participants pourront choisir d’explorer. Quelles que soient la thématique et/ou l’hypothèse choisie – le dindon comme agent, patient, médiateur, animal sacrificiel, commissionnaire, entremetteur, porteur, émissaire…–, il serait intéressant, lorsque cela est possible, de restituer, par l’analyse textuelle ou l’examen d’éléments visuels, les séquences d’actions à l’intérieur desquelles le dindon s’insère.
Afin de faciliter le dialogue pluridisciplinaire et le comparatisme avec d’autres parties des Amériques ou du monde, nous inviterons à cette journée d’étude des commentateurs/rices venant d’autres horizons géographiques et disciplinaires. Une fois les propositions de communication acceptées par le comité d’organisation, il est demandé que les textes des interventions (en français, espagnol ou anglais) soient envoyés deux mois à l’avance pour donner le temps aux commentateurs/rices de les lire et de préparer leurs exposés. À l’issue de la journée d’étude, les contributions seront réunies, sous réserve de validation, en vue d’une publication collective. 
Pour tout renseignement supplémentaire, nous vous invitons à prendre contact avec Nicolas Latsanopoulos par courrier électronique.

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…