Accéder au contenu principal

Appel à contributions Journée d'études sur le dindon

Notre collègue Nicolas Latsanopoulos, dessinateur du bureau d'archéologie du conseil d'archéologie de Seine Saint-Denis, est le coorganisateur d'un événement qui aura lieu le 4 décembre prochain à Paris.

Avec Anath Ariel de Vidas et Perig Pitrou, ils appellent les chercheurs mésoaméricanistes à  participer à une journée d'études sur le dindon en Mésoamérique. Nous reproduisons ci-dessous leur appel à contribution également diffusé sur le site de l'Institut des Amériques. 

À la différence d’aires culturelles dans lesquelles de nombreuses espèces animales ont été domestiquées au cours de l’histoire, dans les sociétés précolombiennes de Mésoamérique, ce processus n’a concerné que le chien, la cochenille et le dindon. Or, en dépit de l’importance de ce dernier dans les pratiques et les systèmes de représentation des populations indiennes, peu de travaux lui ont été consacrés, alors que Meleagris gallopavo se présentait comme l’animal domestique autochtone par excellence, avant l’arrivée des Espagnols au XVIe siècle. L’abondante littérature traitant des relations que les humains entretiennent avec le bétail, les chevaux ou les animaux de compagnie dans diverses régions du monde, confirme l’existence d’un vaste champ d’étude encore partiellement inexploré sur le continent américain. C’est en ce sens qu’il est proposé d’engager une réflexion collective sur la place occupée en Mésoamérique par la gallina de tierra, comme l’appelait les Espagnols, depuis la période préhispanique jusqu’à nos jours.
Dans cette perspective, les participants pourront mobiliser des données ethnographiques, archéologiques, ethnohistoriques et ethnolinguistiques pour aborder des problèmes relatifs à la position du dindon dans l’iconographie précolombienne, dans les ethnoclassifications du monde animal, notamment après la Conquête, à son rôle dans les mythes et dans la tradition orale, à son utilisation lors des pratiques sacrificielles et culinaires, aux relations, notamment de substitution, qu’il entretient avec d’autres oiseaux de basse-cour et d’autres espèces animales, ou encore aux spécificités que lui confère son statut d’animal domestique, pour ne tracer que quelques unes des pistes que les participants pourront choisir d’explorer. Quelles que soient la thématique et/ou l’hypothèse choisie – le dindon comme agent, patient, médiateur, animal sacrificiel, commissionnaire, entremetteur, porteur, émissaire…–, il serait intéressant, lorsque cela est possible, de restituer, par l’analyse textuelle ou l’examen d’éléments visuels, les séquences d’actions à l’intérieur desquelles le dindon s’insère.
Afin de faciliter le dialogue pluridisciplinaire et le comparatisme avec d’autres parties des Amériques ou du monde, nous inviterons à cette journée d’étude des commentateurs/rices venant d’autres horizons géographiques et disciplinaires. Une fois les propositions de communication acceptées par le comité d’organisation, il est demandé que les textes des interventions (en français, espagnol ou anglais) soient envoyés deux mois à l’avance pour donner le temps aux commentateurs/rices de les lire et de préparer leurs exposés. À l’issue de la journée d’étude, les contributions seront réunies, sous réserve de validation, en vue d’une publication collective. 
Pour tout renseignement supplémentaire, nous vous invitons à prendre contact avec Nicolas Latsanopoulos par courrier électronique.

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Fouilles de sauvetage à Zacatenco, Mexico

Sur son site internet, l'INAH fait état de fouilles de sauvetage au nord de Mexico, préalables à la construction de l'aqueduc Guadalupe, à quelques encâblures de la Basilique de Guadalupe.  Après six mois de travaux dirigés à Zacatenco par la jeune Estibaliz Aguayo Ortíz, les résultats sont tout simplement surprenants. 
On dispose de peu de contextes fouillés systématiquement dans la vallée de México et datés du Préclassique. Vaillant (1930) avait fouillé à Zacatenco dès 1928 et publié ses résultats deux ans plus tard. Une des références en la matière a été le travail effectué ensuite par Piña Chan (1958) à Tlatilco.  Puis il a fallu attendre des fouilles de Sanders et Parsons à la fin des années 1960 pour en savoir un peu plus sur Zacatenco.

Les découvertes de la Direction d'Archéologie de Sauvetage de l'INAH sont de deux types. Tout d'abord les restes de 145 individus ont jusqu'à présent retrouvés. Certains enterrements comptaient jusqu'à trois individus da…