Accéder au contenu principal

Expositions d'objets découverts à El Cerrito, Queretaro

Sur son carnet, le musée régional de Queretaro rapporte la tenue d'une exposition temporaire en son sein pendant les prochaines semaines. Y seront présentées pour la première fois au public quatre encensoirs et quatre scupltures en pierre mis au jour lors de fouilles effectuées sur le site d'El Cerrito.

Pour être plus précis, les quatre encensoirs ont été retrouvés comme partie d'une offrande à la déesse toltèque de la Terre et de la Lune dans l'enceinte cérémonielle d'El Cerrito. Elles ont été datées du Postclassique ancien entre 900 et 1200 de notre ère. Le visiteur pourra également observer une dizaine de pointes de projectile en silex blanc, dix-huit perles en coquillage et six petits crânes en ardoise qui ont été brûlées dans les encensoirs. Ils reposaient sur trois pieds creux décorés de manière différente. 

L'offrande a été retrouvée sous un autel long de 2 m de côté et 35 cm de hauteur. Elle était accompagnée d'une urne élaborée à partir de pierres basaltiques. Là était déposé un petit pendentif en pierre verte. Il s'agit d'une représentation humaine aux yeux fermés et aux mains posées sur son abdomen.

La présence des pointes de projectiles en silex blanc pourrait faire allusion à une divinité proche d'Itzpapalotl, divinité lunaire et chtnonienne des Mexicas. C'est l'hypothèse que propose la commissaire de l'exposition, Valencia Cruz, en s'appuyant sur un passage de la Leyenda de los soles.

Quatre scuplture en pierre volcanique font également partie de l'exposition : on compte un personnage portant une cape de plumes décoré de pigments rouge et ocre mais sa tête est manquant. Il est en position semi-agenouillé. On peut observer voir les pieds d'un guerrier chaussées de ses sandales ou cactli en nahuatl. Mesurant 30 cm de large sur 30 cm de hauteur, il pourrait s'agir d'un porte-étandard. D'autre part, le fût d'une colonne cubique décorée avec des volutes (mesurant 70 cm de côté) et une tête de serpent à tenon (1,15 m de long sur 35 cm de large) correpondent à des vestiges architecturaux d'une unité résidentielle où pourraient avoir vécu des prêtres ou des membres d'élite du site. Enfin une quinzaine de pièces rondes en andésite pourraient avoir servi de support pour des statues et des encensoirs. Sur ce dernier point, votre serviteur exprime un certain scepticisme et se demande dans quelle mesure les archéologues ont pu déterminer l'utilisation des objets. 

L'unité résidentielle sus-dite consistait en une zone longue de 50 m et large de 30 m. Les fouilles ont rapidement permis la localisation de plusieurs niveaux de stuc, de mur en terre écrasée et deux foyers. La présence et la disposition de certains ciments laissent penser qu'elle était couverte par un toit qui reposait sur des colonnes. C'est ce qu'ont pu déduire les archéologues en observant la présence de trous dans le sol à intervalles réguliers.

Un ensemble de tableaux, de photos et de graphiques illustrent les processus de restauration et conservation qui ont été établis pour préserver la zone archéologique d'El Cerrito. L'exposition est pour sa part visible sur le site situé à Corregidora, au sud-ouest de la capitale de l'état. Vous pouvez également consulter un diaporama de l'exposition sur le site de l'INAH.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Curieuses découvertes au pied de la Pyramide de la Lune à Teotihuacan

Dans un bulletin publié hier sur le site de l'INAH, Verónica Ortega, sous-directrice de la zone archéologique de Teotihuacan, a annoncé une série de découvertes troublantes reprises dans différents médias mexicains comme la Jornada, Milenio ou El Universal. Cette partie du site est d’ailleurs le pré carré de la chercheuse mexicaine, elle qui fut notamment en charge de la supervision du Palais de Quetzalpapalotl.



“La nature a horreur du vide”, disait Aristote. Force est de constater que le vide était abhorré dans la cosmovision mésoaméricaine. En plus de cent années d’exploration à Teotihuacan, la place située au pied de la Pyramide de la Lune n’a été sondée et fouillée superficiellement que dans les années 1960 ! La Structure A qui la ferme au nord est pourtant en train de révéler des secrets trop longtemps gardés. Mesurant 25 m de côté, cette structure continue de générer de nombreuses interprétations et de polémiques entre spécialiste. Elle est composée en surface d’une dizaine …

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…