Accéder au contenu principal

De la relativité des figures historiques

Selon qu'on se place du côté des conquérants et des conquis, une même personne peut être considérés comme un traître ou un héros. L'Histoire recèle d'exemples et l'histoire du Mexique ne déroge pas à la règle, surtout lorsqu'il s'agit des valeurs patriotiques ou nationalistes. Si la Malinche est une figure passablement décriée de ce côté de l'océan, elle reste la figure féminine marquante de la Conquête, qui connaît Ylamateuhtli, autrement baptisée Doña María ? Même votre serviteur n'en avait jamais lu un mot ou entendu parler jusqu’à il y a quelques jours. C'est grâce aux travaux de l'historien Francisco González-Hermosillo Adams que j'ai eu connaissance de cette dame.

Qui est donc Ylamateuhtli ? Les rares occurrences de son nom apparaissent dans des chroniques des protagonistes de la Conquête ou dans le Codex de Cholula (1). De fait elle apparaît sous le nom de Doña Doña María suite à son baptême. Bernal Díaz del Castillo, chroniqueur polémique dont la participation à la Conquête a été depuis remise en question, la présente comme la veuve d'un cacique d'un altepetl de faible importance : Tenanquiahuac. Ayant eu vent de la volonté des Cholultèques d'attaquer l'expédition espagnole et ses alliés, la vieille femme s'approcha de Malintzin pour lui conseiller de se réfugier chez elle. Elle lui proposa également de se marier avec son fils. Malintzin rapporta immédiatement l'information à Cortés qui décida de punir durement cette acte de trahison (2). En effet, les dirigeants de Cholula avaient juré allégeance au roi d'Espagne. Dès lors, un acte de trahison à la couronne devait être sévèrement châtié. Le massacre de Cholula fut un des épisodes les plus sombres de la Conquête et marqua durablement les esprits. Telle était l'intention de Cortés : il fallait provoquer une prise de conscience dans les populations locales et garantir ainsi les alliances effectuées préalablement.

Massacre de Cholula,
Lienzo de Tlaxcala, 16e siècle.
Image disponible le 31/03/2013 sur 

Cholula est une ville quasiment deux fois millénaires lorsque Cortés. Elle est fièrement indépendante et avait la réputation d'être la plus commerciale de toute la Mésoamérique. Elle était un centre d'échanges de bien de tout premier ordre et passait pour une des plus riches. Enfin elle était un lieu de pèlerinage important à Quetzalcoatl : les dirigeants mésoaméricains devaient s'y rendre afin de récupérer leurs insignes de pouvoir. Il s'agissait donc d'une ville stratégique, tant d'un point de vue économique que religieux.

Comme vous l'aurez compris, Ylamateuhtli n'est pas vraiment passé à la postérité du côté mexica. En revanche, Cortés sut se montrer généreux avec elle et lui concéda le titre de reine de Cholula. Là encore, cet anoblissement n'est pas innocent : il permit à Cortés de s'appuyer sur de nouveaux lignages autochtones. Les dix enfants de Doña María occupèrent des fonctions importantes pendant la Colonie. Il est en revanche peu sûr que cette femme ait mesuré toutes les conséquences de son acte, ou comment une décision a priori insignifiante peut influer la grande Histoire.

Si vous  souhaitez en savoir plus sur Ylamateuhtli, vous pouvez lire en espagnol le reportage disponible sur le site de l'INAH.

(1) González-Hermosillo A., Francisco y Luis Reyes García (2002). El Códice Cholula. La exaltación testimonial de un linaje indio. Mexico : Instituto Nacional de Antropología e Historia ; Centro de Investigaciones y Estudios Superiores en Antropología Social ; Gobierno del Estado de Puebla.

(2) Díaz del Castillo, Bernal. (1939). Historia verdadera de la conquista de Nueva España. I, 286-287. Mexico: Editorial Pedro Robredo.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Curieuses découvertes au pied de la Pyramide de la Lune à Teotihuacan

Dans un bulletin publié hier sur le site de l'INAH, Verónica Ortega, sous-directrice de la zone archéologique de Teotihuacan, a annoncé une série de découvertes troublantes reprises dans différents médias mexicains comme la Jornada, Milenio ou El Universal. Cette partie du site est d’ailleurs le pré carré de la chercheuse mexicaine, elle qui fut notamment en charge de la supervision du Palais de Quetzalpapalotl.



“La nature a horreur du vide”, disait Aristote. Force est de constater que le vide était abhorré dans la cosmovision mésoaméricaine. En plus de cent années d’exploration à Teotihuacan, la place située au pied de la Pyramide de la Lune n’a été sondée et fouillée superficiellement que dans les années 1960 ! La Structure A qui la ferme au nord est pourtant en train de révéler des secrets trop longtemps gardés. Mesurant 25 m de côté, cette structure continue de générer de nombreuses interprétations et de polémiques entre spécialiste. Elle est composée en surface d’une dizaine …

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement le monument le plus représenté et le plus publié sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnu comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts sompteux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.


Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante à El Pañhü, Hidalgo, ou à Teteles de Ocotit…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…