Accéder au contenu principal

De la relativité des figures historiques

Selon qu'on se place du côté des conquérants et des conquis, une même personne peut être considérés comme un traître ou un héros. L'Histoire recèle d'exemples et l'histoire du Mexique ne déroge pas à la règle, surtout lorsqu'il s'agit des valeurs patriotiques ou nationalistes. Si la Malinche est une figure passablement décriée de ce côté de l'océan, elle reste la figure féminine marquante de la Conquête, qui connaît Ylamateuhtli, autrement baptisée Doña María ? Même votre serviteur n'en avait jamais lu un mot ou entendu parler jusqu’à il y a quelques jours. C'est grâce aux travaux de l'historien Francisco González-Hermosillo Adams que j'ai eu connaissance de cette dame.

Qui est donc Ylamateuhtli ? Les rares occurrences de son nom apparaissent dans des chroniques des protagonistes de la Conquête ou dans le Codex de Cholula (1). De fait elle apparaît sous le nom de Doña Doña María suite à son baptême. Bernal Díaz del Castillo, chroniqueur polémique dont la participation à la Conquête a été depuis remise en question, la présente comme la veuve d'un cacique d'un altepetl de faible importance : Tenanquiahuac. Ayant eu vent de la volonté des Cholultèques d'attaquer l'expédition espagnole et ses alliés, la vieille femme s'approcha de Malintzin pour lui conseiller de se réfugier chez elle. Elle lui proposa également de se marier avec son fils. Malintzin rapporta immédiatement l'information à Cortés qui décida de punir durement cette acte de trahison (2). En effet, les dirigeants de Cholula avaient juré allégeance au roi d'Espagne. Dès lors, un acte de trahison à la couronne devait être sévèrement châtié. Le massacre de Cholula fut un des épisodes les plus sombres de la Conquête et marqua durablement les esprits. Telle était l'intention de Cortés : il fallait provoquer une prise de conscience dans les populations locales et garantir ainsi les alliances effectuées préalablement.

Massacre de Cholula,
Lienzo de Tlaxcala, 16e siècle.
Image disponible le 31/03/2013 sur 

Cholula est une ville quasiment deux fois millénaires lorsque Cortés. Elle est fièrement indépendante et avait la réputation d'être la plus commerciale de toute la Mésoamérique. Elle était un centre d'échanges de bien de tout premier ordre et passait pour une des plus riches. Enfin elle était un lieu de pèlerinage important à Quetzalcoatl : les dirigeants mésoaméricains devaient s'y rendre afin de récupérer leurs insignes de pouvoir. Il s'agissait donc d'une ville stratégique, tant d'un point de vue économique que religieux.

Comme vous l'aurez compris, Ylamateuhtli n'est pas vraiment passé à la postérité du côté mexica. En revanche, Cortés sut se montrer généreux avec elle et lui concéda le titre de reine de Cholula. Là encore, cet anoblissement n'est pas innocent : il permit à Cortés de s'appuyer sur de nouveaux lignages autochtones. Les dix enfants de Doña María occupèrent des fonctions importantes pendant la Colonie. Il est en revanche peu sûr que cette femme ait mesuré toutes les conséquences de son acte, ou comment une décision a priori insignifiante peut influer la grande Histoire.

Si vous  souhaitez en savoir plus sur Ylamateuhtli, vous pouvez lire en espagnol le reportage disponible sur le site de l'INAH.

(1) González-Hermosillo A., Francisco y Luis Reyes García (2002). El Códice Cholula. La exaltación testimonial de un linaje indio. Mexico : Instituto Nacional de Antropología e Historia ; Centro de Investigaciones y Estudios Superiores en Antropología Social ; Gobierno del Estado de Puebla.

(2) Díaz del Castillo, Bernal. (1939). Historia verdadera de la conquista de Nueva España. I, 286-287. Mexico: Editorial Pedro Robredo.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…