Accéder au contenu principal

Orientations archéoastronomiques à Cañada de la Virgen, Guanajuato

Pour les touristes européens (et mexicains) en mal d'authentique, la petite ville de San Miguel de Allende est devenue une destination incontournable. Elle bénéficie notamment du label "Pueblo Mágico", l'équivalent de "Plus beau village de France". Certes San Miguel a un charme colonial sans pareil. C'est oublier que la plupart de ces bâtisses ont désormais des propriétaires étrangers qui se sont précipités pour acquérir des biens souvent laissés à l'abandon par la population.

Ce que beaucoup de touristes ignorent encore, c'est la présence d'un site archéologique dans les environs directs de San Miguel de Allende. Appelé Cañada de la Virgen, il vient d'être ouvert au public. Les archéologues du Centro INAH-Guanajuato lui ont attribué une filiation ñañhü ou otomi. A l'instar de la très grande majorité des anciens sites mésoaméricains, la conception de l'espace urbain repose sur l'observation de phénomènes astronomiques observables à l'oeil nu.

Pendant sept ans, l'équipe de l'archéologue de l'archéologue Rossana Quiroz Ennis s'est attelée à la tâche de déterminer ces patrons astronomiques qui ont dirigé l'élévation de plusieurs bâtiments sur le site. La majorité des bâtiments construits à Cañada de la Virgen ont leur entrée orientée vers l'ouest quand on observe plutôt l'inverse sur des sites comme Teotihuacan ou Tula.

L'édifice le plus emblématique de cette orientation est la Maison des 13 cieux. Au couchant du 4 mars, la lumière du soleil passe par le portique, probablement pour indiquer que le soleil entrait symboliquement dans l'inframonde. Curieusement, c'est également la date que le frère Toribio de Benavente dit Motilinia rapporte comme début du calendrier mésoaméricain. Cette date est à mettre en relation avec les cycles agricoles. C'est à partir de ce moment qu'on égraine le maïs pour pouvoir le planter dans la terre préparée et fertilisée.

Un autre alignement important a lieu le 25 août. Selon le chercheur Francisco Granados, cette date était importante dans la région du Bajío. A ce moment on remettait une partie de la récolte au seigneur de la région.

Depuis deux ans, les observations archéoastronomiques se sont tournées vers l'étude des positions de Vénus, de la constellation de la Grande Ourse. Vue depuis le complexe A, elle semble tourner autour de la Maison des 13 Cieux. Ils ont également observé la constellation de la Croix du Sud juste au-centre de la cour du Complexe A : au même endroit ont été découverts les restes de plusieurs individus.

Tous ces éléments permettent d'émettre l'hypothèse selon laquelle les bâtiments, l'environnement et leur orientation permettaient aux habitants de mesurer le temps, de déterminer les moments propices aux semailles, aux récoltes.

Pour en savoir plus sur Cañada de la Virgen, vous pouvez lire en espagnol un reportage publié sur le site de l'INAH. Il est l'oeuvre de Marlen González. Rossana Quiroz Ennis est l'auteur de l'ouvrage El cerro y el cielo, publié par l'Instituto Nacional de Antopología e Historia.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Curieuses découvertes au pied de la Pyramide de la Lune à Teotihuacan

Dans un bulletin publié hier sur le site de l'INAH, Verónica Ortega, sous-directrice de la zone archéologique de Teotihuacan, a annoncé une série de découvertes troublantes reprises dans différents médias mexicains comme la Jornada, Milenio ou El Universal. Cette partie du site est d’ailleurs le pré carré de la chercheuse mexicaine, elle qui fut notamment en charge de la supervision du Palais de Quetzalpapalotl.



“La nature a horreur du vide”, disait Aristote. Force est de constater que le vide était abhorré dans la cosmovision mésoaméricaine. En plus de cent années d’exploration à Teotihuacan, la place située au pied de la Pyramide de la Lune n’a été sondée et fouillée superficiellement que dans les années 1960 ! La Structure A qui la ferme au nord est pourtant en train de révéler des secrets trop longtemps gardés. Mesurant 25 m de côté, cette structure continue de générer de nombreuses interprétations et de polémiques entre spécialiste. Elle est composée en surface d’une dizaine …

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…