Accéder au contenu principal

Arqueología Mexicana 123 - Michoacán Investigaciones recientes

La dernière mouture d'Arqueología mexicana est disponible depuis quelques jours sur le territoire mexicain. Elle nous propose une mise à jour de nos connaissances archéologiques de deux numéros antérieurs sur les Tarasques et les traditions mésoaméricaines occidentales il y a plus de quinze ans.

C'est Efraín Cardenas García qui ouvre le bal en présentant rapidement la chronologie des principales cultures occidentales avant de s'intéresser aux principaux sites du Michoacán.

Arturo Oliveros, actuel directeur de la zone archéologique de Monte Albán, fait un exposé de ses différentes recherches sur El Opeño, site michoacain occupé entre 1500 et 1200 avant notre ère. Il revient notamment sur les figurines en céramique si caractéristiques des offrandes funéraires de cette tradition.

Vient ensuite un article à quatre mains de Laurie Melchor Cruz Hernández et Olga Lidia Landa Alarcón. Il expose l'importance de Tingambato, ce site purépecha qui a récemment révélé la présence d'une seconde tombe l'année dernière. Si la structure de la tombe est en soi très originale, son contenu n'en a pas moins livré des informations précieuses sur ce site en le replaçant dans un contexte mésoaméricain classique plus conforme à ses dimensions.

Hans Roskamp s'est notamment fendu d'une bonne présentation sur un lienzo que votre serviteur a eu la chance de voir de près à la Sociedad Mexicana de Geografía y Estadística : le Lienzo de Jucutacato. Ce document peint par les Nahuas de Jicalán en 1565 pour demander aux autorités espagnoles d'intercéder après l'occupation illégale par un groupe tarasques de mines qui appartenaient aux premiers mentionnés.

Nous vous recommandons aussi la participation de Grégory Pereira, Dominique Michelet et Gérald Migeon sur les flux migratoires du nord du Michoacán vers le Nord. C'est l'occasion pour les auteurs de présenter leurs travaux des dernières années dans la région du Malpaís Prieto.

Avec l'aide d'Eugenia Fernández, Efraín Cardenas propose une présentation à très grands traits des principaux sites archéologiques du Michoacán qui mériterait d'être plus détaillée. On comprend l'intention des auteurs d'introduire le lecteur lambda au patrimoine préhispanique michoacain mais le lecteur plus aguerri n'y voit pas beaucoup d'intérêt.

Claudia Espejel Cabajal évoque pour sa part un document essentiel pour notre connaissance des anciens purépecha : la Relación de Michoacán. Nous avons eu l'occasion de parler dans Raíces avec Roberto Martínez González de ce document qui est parvenu à notre époque de manière incomplète. Si nous ignorons les éléments fondamentaux de leur religion, on dispose d'un nombre d'informations très importantes sur la structure du gouvernement purépecha et ses vassaux.

Un article de Miguel León-Portilla précède le dossier étudié ce mois-ci : il s'agit d'une biographie résumé d'Ángel María Garibay K, précurseur des études modernes sur les textes en nahuatl classique. 

La restauratrice Sofía Martínez del Campo Lanz résume l'avancée de son projet sur les masques teotihuacains. Avec son équipe, ce sont 80 masques, conservés au Musée National d'Anthropologie et à Teotihuacan. Un des problèmes est l'absence de contexte archéologiques dans 75 % des cas. D'autres statistiques ont été élaborées, notamment en termes d'utilisation, de degré d'usure ou de réutilisation préhispaniques postérieures. L'auteur s'est également intéressé à la présence d'incrustations ornementales, déterminant l'origine géographique des matériaux utilisés à cet effet.

L'historienne Marcela Salas Cuesta et l'anthropologue María Elena Salas Cuesta reviennent sur une épisode de matlazahuatl, probablemente una forma de tífo que occurió en Nueva España entre 1736 et 1739. Les auteures détaillent notamment le travail informatif effectué par Cayetano Cabrera Quintero.

Puis les épigraphistes Erik Velázquez et Octavio Esparza proposent la lecture inédite d'un glyphe pour signifier les tremblements de terre.

On pourra ensuite apprécier les rubriques traditionnelles de la revue. Il y a d'abord le questionnement d'Eduardo Matos Moctezuma sur l'identité des meurtriers de Moctezuma II, événement qui provoque encore nombres de polémiques. Xavier Noguez nous fait connaître un nouveau document en s'intéressant au Codex Vaticanus A conservé dans la bibliothèque du Saint-Siège.

Reste un petit goût d'inachevé en terminant la lecture de ce dossier spécial. Il existe de nombreux projets en cours au Michoacán qui auraient certainement mérité au moins une mention, au mieux une étude approfondie. Le programme Piedras que hablan consacré au Michoacán m'avait semblé plus dense.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…