Accéder au contenu principal

Les restes de 24 individus retrouvés dans une ancienne citerne d'Uxul, Campeche

Le portail d'information scientifique Science Daily a publié un article portant sur des analyses médico-légales effectuées dans le cadre du Projet archéologique germano-mexicain Uxul, dirigé par les archéologues Nikolai Grube, Kei Delvendahl et Antonio Benavides. Le doctorant Nicolaus Seefeld effectue rédige actuellement sa thèse sur le système d'approvisionnement en eau de cette ville situé dans l'état du Campeche. La découverte mentionné dans le titre de ce billet fait référence à un réservoir artificiel d'eau potable taillé à même la roche calcaire.

D'une surface de 32 m2, ce réservoir contenait des ossements humains appartenant à 24 individus qui ont été soumis à différents examens médico-légaux. Une des premières observations faites par l'équipe du Projet Uxul est que les crânes n'étaient pas disposés en prolongement du corps comme on l'observerait dans le cas d'individus jetés vivant dans un cenote. Ils gisaient épars tout au tour du réservoir, résultat d'une décapitation et non d'un second ensevelissement.

L'analyse des ossements a confirmé cette hypothèse. Des traces de coups violents portés au moyen d'une hachette en pierre ont été détectées sur les vertèbres cervicales. Sur le front d'un crâne on a même repéré une fracture, résultat d'un éclat provenant d'une masse ou d'un gourdin, probablement utilisé pour étourdir la victime avant de la décoller. Des traces de coupures faites avec des instruments relativement tranchants sont visibles sur d'autres.

Les squelettes étaient dans un bon état de conservation. Datés vers 600 de notre ère, ils ont pu passer le temps grâce à la couche d'argile qui les recouvraient. On a pu ainsi déterminer le sexe de 15 individus et l'âge de 13 d'entre eux, établi entre 18 et 42 ans. Certains présentaient même des dents incrustées de jade, indiquant un statut social plus élevé que les autres. On sait aussi que plusieurs souffraient de malnutrition et de pathologies dentaires sévères allant du déchaussement à la perte de pièces.

Restent à voir si les individus jetés dans cette fosse commune étaient des habitants d'Uxul ou venaient d'une autre ville. Des études d'isotopes seront donc entreprises pour élucider cette question.

L'information a été reprise par le quotidien mexicain La Vanguardia, titrant : "Des scientifiques découvrent des preuves que les Mayas décapitaient leurs ennemis". On remarquera encore l'ignorance crasse de certains journalistes qui paraissent découvrir que les Mayas pratiquaient le sacrifice humain alors que des dizaines de publications l'ont établi depuis longtemps. Un autre point critiquable de ce titre racoleur serait la mise sous silence de la recherche en cours sur les isotopes afin de déterminer l'origine de ces victimes sacrificiels. Mais bon que ne fait-on pas pour vendre du papier...

Référence : Universität Bonn (2013, September 10). Maya decapitated and dismembered their enemies. ScienceDaily. Consulté le 11 septembre 2013 de http://www.sciencedaily.com­ /releases/2013/09/130910094940.htm.

Universität Bonn (2013). Maya dismembered their enemies. Tiré le 11 septembre 2013 de http://www3.uni-bonn.de/maya-dismembered-their-enemies.




Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Fouilles de sauvetage à Zacatenco, Mexico

Sur son site internet, l'INAH fait état de fouilles de sauvetage au nord de Mexico, préalables à la construction de l'aqueduc Guadalupe, à quelques encâblures de la Basilique de Guadalupe.  Après six mois de travaux dirigés à Zacatenco par la jeune Estibaliz Aguayo Ortíz, les résultats sont tout simplement surprenants. 
On dispose de peu de contextes fouillés systématiquement dans la vallée de México et datés du Préclassique. Vaillant (1930) avait fouillé à Zacatenco dès 1928 et publié ses résultats deux ans plus tard. Une des références en la matière a été le travail effectué ensuite par Piña Chan (1958) à Tlatilco.  Puis il a fallu attendre des fouilles de Sanders et Parsons à la fin des années 1960 pour en savoir un peu plus sur Zacatenco.

Les découvertes de la Direction d'Archéologie de Sauvetage de l'INAH sont de deux types. Tout d'abord les restes de 145 individus ont jusqu'à présent retrouvés. Certains enterrements comptaient jusqu'à trois individus da…