Accéder au contenu principal

Les restes de 24 individus retrouvés dans une ancienne citerne d'Uxul, Campeche

Le portail d'information scientifique Science Daily a publié un article portant sur des analyses médico-légales effectuées dans le cadre du Projet archéologique germano-mexicain Uxul, dirigé par les archéologues Nikolai Grube, Kei Delvendahl et Antonio Benavides. Le doctorant Nicolaus Seefeld effectue rédige actuellement sa thèse sur le système d'approvisionnement en eau de cette ville situé dans l'état du Campeche. La découverte mentionné dans le titre de ce billet fait référence à un réservoir artificiel d'eau potable taillé à même la roche calcaire.

D'une surface de 32 m2, ce réservoir contenait des ossements humains appartenant à 24 individus qui ont été soumis à différents examens médico-légaux. Une des premières observations faites par l'équipe du Projet Uxul est que les crânes n'étaient pas disposés en prolongement du corps comme on l'observerait dans le cas d'individus jetés vivant dans un cenote. Ils gisaient épars tout au tour du réservoir, résultat d'une décapitation et non d'un second ensevelissement.

L'analyse des ossements a confirmé cette hypothèse. Des traces de coups violents portés au moyen d'une hachette en pierre ont été détectées sur les vertèbres cervicales. Sur le front d'un crâne on a même repéré une fracture, résultat d'un éclat provenant d'une masse ou d'un gourdin, probablement utilisé pour étourdir la victime avant de la décoller. Des traces de coupures faites avec des instruments relativement tranchants sont visibles sur d'autres.

Les squelettes étaient dans un bon état de conservation. Datés vers 600 de notre ère, ils ont pu passer le temps grâce à la couche d'argile qui les recouvraient. On a pu ainsi déterminer le sexe de 15 individus et l'âge de 13 d'entre eux, établi entre 18 et 42 ans. Certains présentaient même des dents incrustées de jade, indiquant un statut social plus élevé que les autres. On sait aussi que plusieurs souffraient de malnutrition et de pathologies dentaires sévères allant du déchaussement à la perte de pièces.

Restent à voir si les individus jetés dans cette fosse commune étaient des habitants d'Uxul ou venaient d'une autre ville. Des études d'isotopes seront donc entreprises pour élucider cette question.

L'information a été reprise par le quotidien mexicain La Vanguardia, titrant : "Des scientifiques découvrent des preuves que les Mayas décapitaient leurs ennemis". On remarquera encore l'ignorance crasse de certains journalistes qui paraissent découvrir que les Mayas pratiquaient le sacrifice humain alors que des dizaines de publications l'ont établi depuis longtemps. Un autre point critiquable de ce titre racoleur serait la mise sous silence de la recherche en cours sur les isotopes afin de déterminer l'origine de ces victimes sacrificiels. Mais bon que ne fait-on pas pour vendre du papier...

Référence : Universität Bonn (2013, September 10). Maya decapitated and dismembered their enemies. ScienceDaily. Consulté le 11 septembre 2013 de http://www.sciencedaily.com­ /releases/2013/09/130910094940.htm.

Universität Bonn (2013). Maya dismembered their enemies. Tiré le 11 septembre 2013 de http://www3.uni-bonn.de/maya-dismembered-their-enemies.




Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Compte-rendu Arqueología mexicana 142

Arqueología mexicana nous propose une réflexion très complète et bien ficelée dans son numéro de novembre-décembre. A première vue, parler de législation pourrait paraître peu lié à ce qui constitue la raison même de la revue co-éditée par l’INAH et l’éditeur Raíces. Cependant il s’agit d’un thème qui nous plonge au coeur du mode de vie des peuples préhispaniques et l’adaptation de ces systèmes à celui importé du royaume de Castille et León.




Le dossier thématique contient huit articles. Dans le premier, rédigé par Carlos Brokmann, il est question de la diversité des systèmes juridiques dans l’ancien Mexique. Un point commun est qu’il s’agit de systèmes de lois reposant sur la tradition orale, répondant à une punition correspondant à chaque acte s’éloignant de la coutume ou de la conduite enfreinte. Si la majorité des documents font surtout référence aux lois et au système juridiques des Mexicas, il serait inapproprié que tous avaient la même organisation ou les mêmes règles de vie soci…

Décès du mayiste Erik Boot

Le nom d'Erik Boot ne vous est probablement pas très familier. Anthropologue néerlandais, diplômé de l'Université de Leyden et épigraphiste très doué, Boot était notamment un chercheur indépendant et un carnetier passionné : il en rédigeait trois en anglais depuis plus d'une dizaine d'années.

Maya News Update, un carnet présentant différentes actualités sur les groupes mayas préhispaniques.Ancien Mesoamerica News Update, carnet d'informations sur les découvertes concernant les anciennes cultures du Mexique et d'Amérique centrale.Maya Glyph Blog, un dernier carnet contenant les différentes propositions épigraphiques de Boot.Ses derniers billets concernaient une exposition sur les Mayas que le gouvernement guatémaltèque avait envoyé aux Pays-Bas en début d'année.
Mais Erik Boot n'était pas qu'un simple carnetier. Il avait notamment publié une quarantaine d'articles et d'essais qu'on peut retrouver sur la page Academia.edu. Comme tout bon may…