Accéder au contenu principal

Nouvelles informations sur les fouilles à Zultepec, Tlaxcala

Même si les chroniqueurs de la Conquête ou Cortés lui-même ont souvent fait allusion aux alliés autochtones qu'ils avaient pu réunir, la montée vers le Haut-plateau central et l'arrivée vers Tenochtitlan fut tout sauf une promenade de santé. Depuis quelques années, on savait que les Espagnols avaient souffert une cruelle désillusion à Zultepec, bourgade de Tlaxcala. La déculottée fut telle qu'elle est même absente de nombreuses chroniques.



Ill. 1. Vue de Zultepec-Teocaque.
Crédit photo : Meliton Tapia/INAH.
Disponible le 18/10/2015 sur: http://goo.gl/5g5733.


Dans un billet publié il y a une éternité (en 2008 pour être précis), nous présentions cet épisode terrible de la conquête de la Nouvelle-Espagne, laissant en suspens toute une série d'analyses et d'études qui nous pourraient nous apprendre plus sur cet épineux sujet. Dans un récent bulletin publié sur le site de l'INAH, on en sait désormais un peu plus sur le sujet qui nous intéresse. Autant vous prévenir, les détails qui seront mentionnés dans les lignes suivantes seront certainement peu de votre goût. Il convient pourtant de les comprendre du point de vue d'un groupe autochtone d'il y a 500 ans.

Dans un bulletin publié récemment par l'INAH, Enrique Martínez Vargas (ill. 2), directeur du projet Zultepec-Tecoaque a ainsi rappelé la présence d'individus d'origines, de sexe et d'âge très hétérogène.



Ill. 2. Enrique Martinez Vargas.
Crédit photo: Meliton Tapia/INAH.
Disponible el 18/10/2015: http://goo.gl/rIWBHh.

Accompagné de sa collègue Ana María Jarquín Pacheco, il a précisé que les 550 individus d'une caravane qui accompagnait Cortés avaient été arrêtés puis enfermés dans des bâtiments avant d'être sacrifiés par des Colhuas. Il semblerait que les Zultepecains aient décidé de construire de nouvelles pièces justement pour enfermer leurs prisonniers. Parmi les 15000 objets retrouvés et analysés en laboratoire, différentes images de décapités ont des traits européens et africains. Sur une petite boîte de facture aztèque, une petite croix chrétienne a été incisée.

L'enceinte cérémonielle de Zultepec-Tecoaque était organisé autour de différentes places: la place centrale est formé du temple rond d'Ehecatl-Quetzalcoatl et de celui de Huitzilopochtli sur la place centrale tandis que les temples dédiés à Tlaloc et Mictlantecuhtli avaient été édifiés sur la place Sud. Une troisième place servaient d'espace commun.

Selon les examens de médecine légale, il semblerait que les 550 prisonniers aient été sacrifiés pendant les fêtes des vingtaines pendant 6 mois. Il est notamment probable que les restes retrouvés sur la place centrale correspondent à des individus sacrifiés à Huitzilopochtli, Tezcatlipoca et Quetzalcoatl, notamment lors de la fête de Panquetzaliztli. À l'instar des crânes retrouvés sur l'ancien tzompantli de Tenochtitlan, certains crânes de Zultepec présentent des perforations crâniennes qui laissent croire que les têtes aient été exposées. D'autre part des os semblent avoir été comme des trophées à l'entrée des maisons.


 


Les deux archéologues ont annoncé qu'ils reprenaient les fouilles à Zultepec avec l'espoir de comprendre les conditions de vie de ces prisonniers avant leur immolation.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Curieuses découvertes au pied de la Pyramide de la Lune à Teotihuacan

Dans un bulletin publié hier sur le site de l'INAH, Verónica Ortega, sous-directrice de la zone archéologique de Teotihuacan, a annoncé une série de découvertes troublantes reprises dans différents médias mexicains comme la Jornada, Milenio ou El Universal. Cette partie du site est d’ailleurs le pré carré de la chercheuse mexicaine, elle qui fut notamment en charge de la supervision du Palais de Quetzalpapalotl.



“La nature a horreur du vide”, disait Aristote. Force est de constater que le vide était abhorré dans la cosmovision mésoaméricaine. En plus de cent années d’exploration à Teotihuacan, la place située au pied de la Pyramide de la Lune n’a été sondée et fouillée superficiellement que dans les années 1960 ! La Structure A qui la ferme au nord est pourtant en train de révéler des secrets trop longtemps gardés. Mesurant 25 m de côté, cette structure continue de générer de nombreuses interprétations et de polémiques entre spécialiste. Elle est composée en surface d’une dizaine …

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…