Accéder au contenu principal

Ixiptlahuan

Ixiptlahuan est un mot nahua qui signifie "images". Comme vous l'aurez donc compris, vous pourrez retrouver ici différentes pages internet contenant des photos, des plans et autres documents iconographiques. Cela ne signifie pas qu'ils sont tous libres d'accès ou exempts du droit d'auteur. Nous vous recommandons donc de prendre contact avec les autorités compétentes pour connaître leur politique d'utilisation. N'hésitez pas à nous communiquer d'autres pages et à nous signaler les liens morts.

Ixiptlahuan is a nahua word that means "pictures". As you may have understood, you will find a list of websites with pictures, maps, drawing and other iconographic documents. But it doesn't mean that they are free. So we recommand you to contact their authors to know their policies for public use. Contact us to add other websites and alert us in case of having dead links.
Ixiptla es un palabra nahua que significa "imágenes". Como lo entendieron, aquí encontraran una lista de paginas web con imágenes, mapas, dibujos e otros documentos iconoráficos. Pero no significa que están libres de derecho. Entonces Les recomandamos que se pongan en contacto con sus autores para saber cuales son sus politicas de uso.

1. Photos
2. Plans
3. Dessins et ébauches

    Posts les plus consultés de ce blog

    Le Codex de Florence disponible en haute résolution

    La Bibliothèque Numérique Mondiale est une alternative intéressante à la diffusion du patrimoine littéraire universel. C'est dans ce cadre que la Bibliotèque laurentienne a autorisé la numérisation de cet ouvrage si important pour les chercheurs sur le Mexique ancien. Il est désormais possible de consulter électroniquement le texte bilingue nahuatl-castillan et les illustrations qui accompagnaient chaque livre. Bonne lecture ! Références : Bernardino de Sahagún (2012). Codex de Florence . [En ligne] Disponible sur : http://www.wdl.org/fr/item/10096/#q=Codex+de+Florence&view_type=list&search_page=1&qla=fr. [Dernier accès 02/09/2013].

    Huey tlamatini Miguel León-Portilla

    In cuicapicqui Ninonpehua, nihuelncuica ompa ye huitz Tollanitic,  nihuelicuica, otozcuepo, motoma xochitl Huel xiccaqui ye mocuic: cuicaichtequini ¿quen ticcuiz, noyol? Timotolinia yuhquin tlacuilolli huel titlani, huel xontlapalaqui at ahihuetzian timotolinia (León-Portilla, 2012, 148-159) On n'espérait pas entendre cette annonce dans les journaux télévisés mexicains, sur les réseaux sociaux, les pages de centres de recherches. Voilà plusieurs mois que Miguel León-Portilla était hospitalisé pour des soucis bronchopulmonaires et semblait se récupérer lentement, comme l'indiquait son épouse Ascención Hernández en mai dernier au quotidien Milenio . Finalement, le chercheur mexicain probablement le plus récompensé jusqu'à présent n'a pas résisté plus longtemps. Lire son CV sur le site de l'Instituto de Investigaciones Históricas vous permettra de vous faire une idée de son importance pour les sciences mexicaines. Réduir

    Arqueologia Mexicana n°99

    Avec le titre "De la crónica a la arqueología: visión de cinco ciudades prehispánicas", l'editorial propose une levée bimestrielle un peu moins rutilante que son précédent numéro sur Moctezuma. En même temps, il est difficile de faire plus fort que celui qui reste une figure importante de l'identité mexicaine. Faisons donc un rapide tour du propriétaire. Après les quelques brêves rappelant les fouilles à Chichen Itza, la restauration de la petite pyramide ronde du métro Pino Suarez ou la sortie du catalogue de l'exposition Moctezuma. Azteca Ruler, co-édité par Leonardo Lopez Lujan et Colin Mc Ewan, on peut lire l'hommage rendu par Eduardo Matos Moctezuma au Dr Miguel Leon-Portilla pour les 50 ans de la publication Visión de los Vencidos: relaciones indigenas de la Conquista . Suit une présentation du Codex Ixtlilxóchitl par Manuel Hermann Lejarazu. Le titre de ce document fait référence à son illustre propriétaire, Fernando de Alva Ixtlilxochitl (1578