Accéder au contenu principal

Ouverture d'un chantier de fouilles au Quintana Roo

En 1995, Luz Evelia Campaña et Javier López Camach, archéologues rattachés au Centre INAH du Quintana Roo, avaient exploré et cartographié une cité maya cachée sous la jungle sur une surface de 30 km2. Ils l'avaient baptisée alors Ichkabal. Malheureusement ils n'avaient pas pu réunir les crédits suffisants auprès de l'INAH pour commencer les fouilles. N'oublions que la loi mexicaine oblige en effet que tout édifice fouillé doit être restauré.

Les fouilles de surface avaient permis toutefois d'établir une datation aux alentours de 250 avant Jésus-Christ, soit le préclassique. La cité était composée de plusieurs grands édifices dont l'un d'entre eux mesurait 200 mètres de long pour 46 mètres de haut !!! A titre de comparaison, la pyramide du soleil à Teotihuacan mesure 220 mètres de côté pour 75 mètres de haut... Pour la directrice du centre INAH au Quintana Roo, Adriana Velazquez Morlet, Ichkabal fut certainement un centre de pouvoir important.

Après environ 15 ans d'oubli, Ichkabal sera finalement fouillé mais sera pas accessible immédiatement au public mais elle montre bien tout ce qu'il reste à fouiller et à découvrir dans la zone maya. L'INAH prévoit une ouverture au public d'ici à 2 ans. Ses fouilles ne sont pas totalement innocente. Elles répondent aux besoins de l'INAH d'agrandir une route culturelle pour les touristes en résidence à Cancun ou Tulum. Elle comprendra les sites de Bacalar, Ichkabal, Dzibanché, Kinichná, Kohunlich et Chakanbakán. Adriana Velazquez Morlet a justifié aussi l'élaboration de cette route culturelle pour aider les populations locales.

Nous vous tiendrons bien évidemment au courant de l'évolution des fouilles. Vous pouvez cliquer sur le titre de ce post pour retrouver un article en espagnol publié sur le site internet du quotidien mexicain La Jornada.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…