Accéder au contenu principal

Arqueologia Mexicana Hors-série 30 partie 1

Un mois après la sortie du numéro 96 de la revue bimestrielle, l'éditeur Raices et l'INAH propose au public un numéro hors-série au titre ambitieux : La religión mexica : catálogo de dioses.



Résumer en un peu plus de quatre-vingt-dix pages ce qui constitue la pierre angulaire de la civilisation mexica est tout sauf une gageure. C'est Rafael Tena, titulaire d'une maîtrise à l'Universidad Iberoamericana et chercheur à la Direction d'Ethnohistoire à l'INAH, qui s'est vue remettre la responsabilité de cette lourde tâche.
A priori, le thème semble répétitif et rabâché. Par le passé, plusieurs Arqueologia Mexicana ont été publiés en se rapportant plus ou moins directement à la religion des Mexicas comme les numéros 1, 15, 31, 63, 67, 89. Le numéro 91, intitulé justement "La religión mexica" et rédigé par les meilleurs spécialistes internationaux en anthropologie, semblait enfin boucler la boucle, en résumant les dernières avancées en matière de recherches pluridisciplinaires. A l'époque nous vous avions proposé un long article sur le sujet.

Dès lors, publier un numéro hors-série sur le panthéon pourrait sembler contre-productif, voir redondant. Or Rafael Tena surprend le lectorat par l'ambition de son projet : "nous ne voulons pas que notre texte serve uniquement d'oeuvre à consulter, mais plutôt qu'elle constitue un stimulus pour approfondir la recherche de données et essayer de formuler de nouvelles interprétations et synthèses" (p. 6). Après expliqué dans une longue introduction les notions de "religion" et d' "anthropologie" afin de délimiter volontaire son cadre d'étude, Tena propose de rapprocher son approche scientifique de la religion mexica en la reliant aux sphères du mythe, de la magie, de la médecine, des "sciences" et des arts qu'il définit là aussi de manière précise mais sans jamais faire de références externes (p. 8-10). C'est d'ailleurs un des principaux reproches qu'on puisse faire à ce chercheur : proposer des définitions, faire des raisonnements qui ne sont accompagnés d'aucune référence bibliographique. Car on doute que Neta ait trouvé tout tout seul. J'imagine que c'est un choix délibéré de l'éditeur afin d'éviter l'ennui du lecteur et la longueur de l'avant-propos. Néanmoins, tant d'énergie déployée pour en arriver au truisme "la religion peut être mise en relation de n'importe quelle manière avec tous les domaines de la vie et de la connaissance humaine" (p. 10), "c'est un peu court, jeune homme" comme dirait Cyrano de Bergerac.

Dans un deuxième temps, Neta explique la méthodologie employée en quatre temps : comprendre que la religion mexica n'est pas figée mais changeante et adaptable aux circonstances. Cet aspect rappelle combien en effet les Mexicas intégraient les divinités d'autres peuples à leur panthéon, à l'instar de ce que faisaient les anciens Latins avec les divinités méditerranéennes. Pour autant il ne faut pas perdre de vue que la religion mexica, à l'instar d'une grande majorité des religions mésoaméricaines, repose sur un substrat commun. C'est que Seler a appelé la "continuité culturelle". et qui constitue un des fondements de l'histoire des religions de Mésoamérique (cf. Lopez Austin, Graulich, Olivier, Gonzalez Torres...). C'est ce que fait d'ailleurs remarquer Neta dans son deuxième axe méthodologique. Puis il décide de ne pas prendre en compte les différences internes à la société mexica, estimant que les croyances étaient différentes selon qu'on était de la noblese ou du commun. Selon lui, les conceptions véhiculées par la noblesse et le clergé constituaient la religion mexica officielle. Elles sont aussi les plus accessibles au regard des informations véhiculées au moment de la Conquête ou au début de l'époque coloniale.

Le troisième point de l'introduction de Neta rappelle le synchrétisme dont étaient capables les Mexicas. Il développe rapidement l'origine du couple primordial et les 4 premiers dieux. Malheureusement aucune donnée (texte ou codex) n'est utilisée. Suit une réflexion sur la nature des dieux selon les indigènes préhispaniques, en particulier sur leurs "chasses gardées" naturelles et humaines. Neta revient en particulier sur la nature particulière, double du couple promordiale avant de rappeler que le panthéon mexica contient 144 noms correspondant à des dieux distincts ou à des invocations des mêmes dieux. Il met en avant trois critères pour faciliter leur identification : leurs fonctions, leur fréquence dans le culte officiel et la présence d'un lieu de culte dans l'enceinte du Templo Mayor. Neta revisite ensuite la création du monde, du soleil et de la lune, la création du temps et donc l'instauration des calendriers solaires (xiuhpohualli) et vénusiens (tonalpohualli) . Il fait la liste des vingt treizaines de ce dernier, puis celle des treize dieux associés aux jours du tonalpohualli, et les neufs appelés seigneurs de la nuit d'après ce que rapporte le Codex Tudela. A ce titre, il est intéressant de voir comment Neta rapporte l'hypothèse de Köhler d'une identification plus logique des vingt-deux divinités avec un des vingt-deux niveaux de l'inframonde ou des cieux.

Afin de vous laisser digérer ce compte-rendu tout aussi indigeste que le travail malgré tout intéresssant de Neta, nous vous donnons rendez-vous dans un prochain article dans les prochains jours.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Compte-rendu Arqueología mexicana 142

Arqueología mexicana nous propose une réflexion très complète et bien ficelée dans son numéro de novembre-décembre. A première vue, parler de législation pourrait paraître peu lié à ce qui constitue la raison même de la revue co-éditée par l’INAH et l’éditeur Raíces. Cependant il s’agit d’un thème qui nous plonge au coeur du mode de vie des peuples préhispaniques et l’adaptation de ces systèmes à celui importé du royaume de Castille et León.




Le dossier thématique contient huit articles. Dans le premier, rédigé par Carlos Brokmann, il est question de la diversité des systèmes juridiques dans l’ancien Mexique. Un point commun est qu’il s’agit de systèmes de lois reposant sur la tradition orale, répondant à une punition correspondant à chaque acte s’éloignant de la coutume ou de la conduite enfreinte. Si la majorité des documents font surtout référence aux lois et au système juridiques des Mexicas, il serait inapproprié que tous avaient la même organisation ou les mêmes règles de vie soci…

Décès du mayiste Erik Boot

Le nom d'Erik Boot ne vous est probablement pas très familier. Anthropologue néerlandais, diplômé de l'Université de Leyden et épigraphiste très doué, Boot était notamment un chercheur indépendant et un carnetier passionné : il en rédigeait trois en anglais depuis plus d'une dizaine d'années.

Maya News Update, un carnet présentant différentes actualités sur les groupes mayas préhispaniques.Ancien Mesoamerica News Update, carnet d'informations sur les découvertes concernant les anciennes cultures du Mexique et d'Amérique centrale.Maya Glyph Blog, un dernier carnet contenant les différentes propositions épigraphiques de Boot.Ses derniers billets concernaient une exposition sur les Mayas que le gouvernement guatémaltèque avait envoyé aux Pays-Bas en début d'année.
Mais Erik Boot n'était pas qu'un simple carnetier. Il avait notamment publié une quarantaine d'articles et d'essais qu'on peut retrouver sur la page Academia.edu. Comme tout bon may…