Accéder au contenu principal

Arqueologia Mexicana Hors-série 30 partie 1

Un mois après la sortie du numéro 96 de la revue bimestrielle, l'éditeur Raices et l'INAH propose au public un numéro hors-série au titre ambitieux : La religión mexica : catálogo de dioses.



Résumer en un peu plus de quatre-vingt-dix pages ce qui constitue la pierre angulaire de la civilisation mexica est tout sauf une gageure. C'est Rafael Tena, titulaire d'une maîtrise à l'Universidad Iberoamericana et chercheur à la Direction d'Ethnohistoire à l'INAH, qui s'est vue remettre la responsabilité de cette lourde tâche.
A priori, le thème semble répétitif et rabâché. Par le passé, plusieurs Arqueologia Mexicana ont été publiés en se rapportant plus ou moins directement à la religion des Mexicas comme les numéros 1, 15, 31, 63, 67, 89. Le numéro 91, intitulé justement "La religión mexica" et rédigé par les meilleurs spécialistes internationaux en anthropologie, semblait enfin boucler la boucle, en résumant les dernières avancées en matière de recherches pluridisciplinaires. A l'époque nous vous avions proposé un long article sur le sujet.

Dès lors, publier un numéro hors-série sur le panthéon pourrait sembler contre-productif, voir redondant. Or Rafael Tena surprend le lectorat par l'ambition de son projet : "nous ne voulons pas que notre texte serve uniquement d'oeuvre à consulter, mais plutôt qu'elle constitue un stimulus pour approfondir la recherche de données et essayer de formuler de nouvelles interprétations et synthèses" (p. 6). Après expliqué dans une longue introduction les notions de "religion" et d' "anthropologie" afin de délimiter volontaire son cadre d'étude, Tena propose de rapprocher son approche scientifique de la religion mexica en la reliant aux sphères du mythe, de la magie, de la médecine, des "sciences" et des arts qu'il définit là aussi de manière précise mais sans jamais faire de références externes (p. 8-10). C'est d'ailleurs un des principaux reproches qu'on puisse faire à ce chercheur : proposer des définitions, faire des raisonnements qui ne sont accompagnés d'aucune référence bibliographique. Car on doute que Neta ait trouvé tout tout seul. J'imagine que c'est un choix délibéré de l'éditeur afin d'éviter l'ennui du lecteur et la longueur de l'avant-propos. Néanmoins, tant d'énergie déployée pour en arriver au truisme "la religion peut être mise en relation de n'importe quelle manière avec tous les domaines de la vie et de la connaissance humaine" (p. 10), "c'est un peu court, jeune homme" comme dirait Cyrano de Bergerac.

Dans un deuxième temps, Neta explique la méthodologie employée en quatre temps : comprendre que la religion mexica n'est pas figée mais changeante et adaptable aux circonstances. Cet aspect rappelle combien en effet les Mexicas intégraient les divinités d'autres peuples à leur panthéon, à l'instar de ce que faisaient les anciens Latins avec les divinités méditerranéennes. Pour autant il ne faut pas perdre de vue que la religion mexica, à l'instar d'une grande majorité des religions mésoaméricaines, repose sur un substrat commun. C'est que Seler a appelé la "continuité culturelle". et qui constitue un des fondements de l'histoire des religions de Mésoamérique (cf. Lopez Austin, Graulich, Olivier, Gonzalez Torres...). C'est ce que fait d'ailleurs remarquer Neta dans son deuxième axe méthodologique. Puis il décide de ne pas prendre en compte les différences internes à la société mexica, estimant que les croyances étaient différentes selon qu'on était de la noblese ou du commun. Selon lui, les conceptions véhiculées par la noblesse et le clergé constituaient la religion mexica officielle. Elles sont aussi les plus accessibles au regard des informations véhiculées au moment de la Conquête ou au début de l'époque coloniale.

Le troisième point de l'introduction de Neta rappelle le synchrétisme dont étaient capables les Mexicas. Il développe rapidement l'origine du couple primordial et les 4 premiers dieux. Malheureusement aucune donnée (texte ou codex) n'est utilisée. Suit une réflexion sur la nature des dieux selon les indigènes préhispaniques, en particulier sur leurs "chasses gardées" naturelles et humaines. Neta revient en particulier sur la nature particulière, double du couple promordiale avant de rappeler que le panthéon mexica contient 144 noms correspondant à des dieux distincts ou à des invocations des mêmes dieux. Il met en avant trois critères pour faciliter leur identification : leurs fonctions, leur fréquence dans le culte officiel et la présence d'un lieu de culte dans l'enceinte du Templo Mayor. Neta revisite ensuite la création du monde, du soleil et de la lune, la création du temps et donc l'instauration des calendriers solaires (xiuhpohualli) et vénusiens (tonalpohualli) . Il fait la liste des vingt treizaines de ce dernier, puis celle des treize dieux associés aux jours du tonalpohualli, et les neufs appelés seigneurs de la nuit d'après ce que rapporte le Codex Tudela. A ce titre, il est intéressant de voir comment Neta rapporte l'hypothèse de Köhler d'une identification plus logique des vingt-deux divinités avec un des vingt-deux niveaux de l'inframonde ou des cieux.

Afin de vous laisser digérer ce compte-rendu tout aussi indigeste que le travail malgré tout intéresssant de Neta, nous vous donnons rendez-vous dans un prochain article dans les prochains jours.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…

Fouilles de sauvetage à Zacatenco, Mexico

Sur son site internet, l'INAH fait état de fouilles de sauvetage au nord de Mexico, préalables à la construction de l'aqueduc Guadalupe, à quelques encâblures de la Basilique de Guadalupe.  Après six mois de travaux dirigés à Zacatenco par la jeune Estibaliz Aguayo Ortíz, les résultats sont tout simplement surprenants. 
On dispose de peu de contextes fouillés systématiquement dans la vallée de México et datés du Préclassique. Vaillant (1930) avait fouillé à Zacatenco dès 1928 et publié ses résultats deux ans plus tard. Une des références en la matière a été le travail effectué ensuite par Piña Chan (1958) à Tlatilco.  Puis il a fallu attendre des fouilles de Sanders et Parsons à la fin des années 1960 pour en savoir un peu plus sur Zacatenco.

Les découvertes de la Direction d'Archéologie de Sauvetage de l'INAH sont de deux types. Tout d'abord les restes de 145 individus ont jusqu'à présent retrouvés. Certains enterrements comptaient jusqu'à trois individus da…