Accéder au contenu principal

Muyil ou l'INAH devient office de tourisme

Quand l'INAH devient un guide touristique pour conseiller les meilleurs sites archéologiques, cela donne cette brêve disponible sur son site. C'est affligeant de voir à quel niveau cette institution si prestigieuse par le passé se rabaisse. A côté l'INRAP française ferait presque pâle figure quand on prend les objectifs de fouilles, de sauvegarde et de restauration du patrimoine mexicain dont est chargé l'INAH.

J'ai eu l'impression de lire Lonely Planet ou le Petit futé en parcourant les deux premiers paragraphes de cet article consacré au site archéologique :

"Peu sont les sites préhispaniques du Mexique où, en plus d'admirer ses anciens temples, on peut également profiter d'un environnement naturel singulier, où se combinent l'exubérante végétation et le bleu turquoise de la mer des Caraïbes. C'est le cas de la Zone archéologique de Muyil, ancienne ville maya située seulement à 20 minutes de Tulum et à une heure et demie de Cancun.
Il s'agit d'un des 20 sites archéologiques les plus importants par sa taille et sa quantité de vestiges architecturaux, présents à l'intérieur de la réserve de la biosphère de Sian Ka'an, dans l'état du Quintana Roo. En fin de compte, il convient de le le visiter pendant les vacances de Semaine Sainte..."

C'est d'un tel mauvais goût que ça en donne envie de vomir. Surtout quand on imagine le nombre de touristes de base qui vont visiter le site de l'INAH pour trouver ce genre d'informations...

Estimado señor director del INAH, basta de tonterias! Desde cuando el INAH es una sub-dependencia de la Secretaria federal de Turismo? El INAH siempre ha sido una entidad reconocida al nivel internacional por su extenso trabajo de excavaciones, restauraciones del patrimonio mexicano antiguo! No digo que las cosas han sido siempre perfectas pero se me hace que desde su nombramiento, cada vez mas, el nombre INAH es el eco de rentabilidad, turismo de masa descontralado, promocion turistica. Es tiempo que el INAH recupere su papel y sus objetivos originales...

Bon je m'arrête là pour mes remarques aigres et acerbes parce qu'il y a vraiment quelque chose de pourri à la direction, Calle Liverpool ou Cordoba...

Revenons-en à nos moutons et parlons un peu de ce site dont je n'avais pas encore entendu parler. Tout d'abord je vous laisse une petite photo du Castillo. Cette photo est proposée par l'INAH sur son site, à la date du 9 avril 2009. On notera d'ailleurs l'absence du nom du photographe.

Muyil est un site qui a connu son acmée au Postclassique (1250-1521). Le petit guide "concocté" par l'INAH met en valeur la pyramide double 7H3 qui nous renvoie à celles visibles à Tlatelolco, Tenochtitlan ou encore Tenayuca sur le haut plateau central du Mexique. Le site existe depuis le Classique moyen comme en témoignent certains fragments de peinture où on retrouve des pigments rouges, noirs et bleu maya.

Le Castillo représenté ci-dessus en photo mesure 17 m de haut et, selon les autorités du centre INAH du Quitana Roo, il aurait symbolisé l'arbre ceibal si important dans la conception de l'univers. Même si en fait les archéologues n'ont aucune idée précise de son utilisation et donc de son symbolisme. Cet édifice possède deux autels. Au pied de l'un d'entre eux, on a retrouvé en 2002 une offrande faite de fragments de jade et de coquillages.

L'archéologue Trejo, interrogée sur ce site, explique ensuite la fonction possible du Temple 8. Il se présente comme un édifice à base pyramidale, long de 20 mètres et large de 15 mètres. Il avait deux accès seulement, ce qui sous-entend que son entrée était certainement restreinte au clergé. Le bâtiment est d'ailleurs dans le plus pur style Côte Orientale, c'est-à-dire avec toit à voûte, accès formé par des colonnes ou des piliers et parfois un lieu de prière à l'intérieur. Le développement de la ville s'est fait par les connexions avec la côte caraïbe. Deux lagunes permettaient un acheminement rapide des biens et des hommes.

La description de ce site se fait en rappelant que le visiteur peut d'ailleurs faire un petit tour en barque sur la lagune. Au passage, on indique les horaires et les tarifs... Histoire de rappeler que l'INAH n'est plus tout à fait ce qu'il était...

Références :
Witschey, Walter R. T.
1989. Architectural seriation of the preHispanic structures at Muyil, Quintana Roo, Mexico. M.A. Diss, Tulane University. Disponble sur le site : http://disexpress.umi.com/

1993. The Archaeology of Muyil, Quintana Roo, Mexico : a Maya Site on the East Coast of the Yucatan Peninsula (Ceramic Sequence). Ph Diss, Tulane University. Disponible sur le site : http://disexpress.umi.com/

2000-2008. http://muyil.smv.org/index.htm


Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…