Accéder au contenu principal

Muyil ou l'INAH devient office de tourisme

Quand l'INAH devient un guide touristique pour conseiller les meilleurs sites archéologiques, cela donne cette brêve disponible sur son site. C'est affligeant de voir à quel niveau cette institution si prestigieuse par le passé se rabaisse. A côté l'INRAP française ferait presque pâle figure quand on prend les objectifs de fouilles, de sauvegarde et de restauration du patrimoine mexicain dont est chargé l'INAH.

J'ai eu l'impression de lire Lonely Planet ou le Petit futé en parcourant les deux premiers paragraphes de cet article consacré au site archéologique :

"Peu sont les sites préhispaniques du Mexique où, en plus d'admirer ses anciens temples, on peut également profiter d'un environnement naturel singulier, où se combinent l'exubérante végétation et le bleu turquoise de la mer des Caraïbes. C'est le cas de la Zone archéologique de Muyil, ancienne ville maya située seulement à 20 minutes de Tulum et à une heure et demie de Cancun.
Il s'agit d'un des 20 sites archéologiques les plus importants par sa taille et sa quantité de vestiges architecturaux, présents à l'intérieur de la réserve de la biosphère de Sian Ka'an, dans l'état du Quintana Roo. En fin de compte, il convient de le le visiter pendant les vacances de Semaine Sainte..."

C'est d'un tel mauvais goût que ça en donne envie de vomir. Surtout quand on imagine le nombre de touristes de base qui vont visiter le site de l'INAH pour trouver ce genre d'informations...

Estimado señor director del INAH, basta de tonterias! Desde cuando el INAH es una sub-dependencia de la Secretaria federal de Turismo? El INAH siempre ha sido una entidad reconocida al nivel internacional por su extenso trabajo de excavaciones, restauraciones del patrimonio mexicano antiguo! No digo que las cosas han sido siempre perfectas pero se me hace que desde su nombramiento, cada vez mas, el nombre INAH es el eco de rentabilidad, turismo de masa descontralado, promocion turistica. Es tiempo que el INAH recupere su papel y sus objetivos originales...

Bon je m'arrête là pour mes remarques aigres et acerbes parce qu'il y a vraiment quelque chose de pourri à la direction, Calle Liverpool ou Cordoba...

Revenons-en à nos moutons et parlons un peu de ce site dont je n'avais pas encore entendu parler. Tout d'abord je vous laisse une petite photo du Castillo. Cette photo est proposée par l'INAH sur son site, à la date du 9 avril 2009. On notera d'ailleurs l'absence du nom du photographe.

Muyil est un site qui a connu son acmée au Postclassique (1250-1521). Le petit guide "concocté" par l'INAH met en valeur la pyramide double 7H3 qui nous renvoie à celles visibles à Tlatelolco, Tenochtitlan ou encore Tenayuca sur le haut plateau central du Mexique. Le site existe depuis le Classique moyen comme en témoignent certains fragments de peinture où on retrouve des pigments rouges, noirs et bleu maya.

Le Castillo représenté ci-dessus en photo mesure 17 m de haut et, selon les autorités du centre INAH du Quitana Roo, il aurait symbolisé l'arbre ceibal si important dans la conception de l'univers. Même si en fait les archéologues n'ont aucune idée précise de son utilisation et donc de son symbolisme. Cet édifice possède deux autels. Au pied de l'un d'entre eux, on a retrouvé en 2002 une offrande faite de fragments de jade et de coquillages.

L'archéologue Trejo, interrogée sur ce site, explique ensuite la fonction possible du Temple 8. Il se présente comme un édifice à base pyramidale, long de 20 mètres et large de 15 mètres. Il avait deux accès seulement, ce qui sous-entend que son entrée était certainement restreinte au clergé. Le bâtiment est d'ailleurs dans le plus pur style Côte Orientale, c'est-à-dire avec toit à voûte, accès formé par des colonnes ou des piliers et parfois un lieu de prière à l'intérieur. Le développement de la ville s'est fait par les connexions avec la côte caraïbe. Deux lagunes permettaient un acheminement rapide des biens et des hommes.

La description de ce site se fait en rappelant que le visiteur peut d'ailleurs faire un petit tour en barque sur la lagune. Au passage, on indique les horaires et les tarifs... Histoire de rappeler que l'INAH n'est plus tout à fait ce qu'il était...

Références :
Witschey, Walter R. T.
1989. Architectural seriation of the preHispanic structures at Muyil, Quintana Roo, Mexico. M.A. Diss, Tulane University. Disponble sur le site : http://disexpress.umi.com/

1993. The Archaeology of Muyil, Quintana Roo, Mexico : a Maya Site on the East Coast of the Yucatan Peninsula (Ceramic Sequence). Ph Diss, Tulane University. Disponible sur le site : http://disexpress.umi.com/

2000-2008. http://muyil.smv.org/index.htm


Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…

Fouilles de sauvetage à Zacatenco, Mexico

Sur son site internet, l'INAH fait état de fouilles de sauvetage au nord de Mexico, préalables à la construction de l'aqueduc Guadalupe, à quelques encâblures de la Basilique de Guadalupe.  Après six mois de travaux dirigés à Zacatenco par la jeune Estibaliz Aguayo Ortíz, les résultats sont tout simplement surprenants. 
On dispose de peu de contextes fouillés systématiquement dans la vallée de México et datés du Préclassique. Vaillant (1930) avait fouillé à Zacatenco dès 1928 et publié ses résultats deux ans plus tard. Une des références en la matière a été le travail effectué ensuite par Piña Chan (1958) à Tlatilco.  Puis il a fallu attendre des fouilles de Sanders et Parsons à la fin des années 1960 pour en savoir un peu plus sur Zacatenco.

Les découvertes de la Direction d'Archéologie de Sauvetage de l'INAH sont de deux types. Tout d'abord les restes de 145 individus ont jusqu'à présent retrouvés. Certains enterrements comptaient jusqu'à trois individus da…