Accéder au contenu principal

La Ventilla, "future réserve archéologique"

Cette formule d'Alejandro Sarabia, directeur de la Zona Arqueologica de Teotihuacan, résume le projet que cherchent à mettre les archéologues de l'INAH afin de concilier la conservation cette zone habitationnelle et son accès au public. Pour être plus précis, La Ventilla sera le prototype des visites à Teotihuacan à plus ou moins long terme.

Située à 800 mètres au sud de la Ciudadela, où se dresse la Pyramide du Serpent à plumes, La Ventilla était un complexe divisé en quatre unités résidentielles : deux étaient à proprement parler des habitations, une était à caractère religieux et la dernière à caractère administratifs. La superficie totale de la Ventilla était approximativement de seize hectares. On a pu déduire la fonction de la Ventilla grâce aux fouilles. C'est ainsi qu'on a pu déduire que ses habitants étaient des artisans qui fabriquait des objets en pierres précieuses et des accessoires en coquillage. De la même manière, on a pu établir que le site a été occupé entre 150 et 700 de notre ère. Parmi les objets que les archéologues ont fait parler, il y a aussi bien les outils (spatule, dont les habitants se servaient, que

Des quatre unités, le Templo del Barrio contient des peintures que les archéologues ont associé à la fertilité et au sacrifice.


Jaguar, peinture murale de la Ventilla, Teotihuacan

Personnage portant une coiffe et plusieurs accessoires, La Ventilla, Teotihuacan.

Le Patio des Grifos est une cour dont l'utilisation aurait été principalement administrative. Pas moins de quarante représentations ont été inventoriées sur le sol de ce patio. Il convient d'inclure les espaces ouverts qui servaient probablement de marché. La Ventilla est le seul complexe habitationnel à avoir été retrouvé dans sa presque totalité car une muraille de quatre mètres de haut et d'un mètre de hauteur l'entourait.

Chaque unité contenait plusieurs espaces : c'est ainsi qu'on a pu déterminer les habitations des familles qui travaillaient là et leurs "cuisines", des ateliers pour la fabrication des objets les réserves où ils étaient entreposés.

En fait, l'ouverture prochaine de La Ventilla au public permettra de lever le voile sur la vie et l'organisation sociale à Teotihuacan. Pour autant les fouilles se poursuivent à la Ventilla. Ruben Cabrera Castro a dirigé une nouvelle campagne cette année.


Enterrement humain retrouvé à la Ventilla, Teotihuacan.

Références bibliographiques :

Cabrera Castro, Rúben.
1996. "Contexto y análisis preliminar de los glifos en un piso pintado de La Ventilla, Teotihuacán". In La pintura mural prehispánica en México, año II, núm. 4, julio 1996, IIE-UNAM, Mexico, p. 5-9.
1996b. “Las excavaciones en La Ventilla. Un barrio teotihuacano”. In Revista Mexicana de Estudios Antropológicos, tomo XLII, SMA, México, p. 5-31.
1996c. "Figuras glíficas de la Ventilla, Teotihuacan". In Arqueologia, nº15, 2a época, INAH, México, p. 27-40.
2003. "Nuevos diseños iconográficos pintados sobre un piso en La Ventilla, Teotihuacán". In La pintura mural prehispánica en México, año IX, núm. 18, juin 2003, IIE-UNAM, Mexico, p. 22-29.
2005. "Recientes hallazgos de figuras pintadas sobre pisos en el conjunto de los glifos de La Ventilla, Teotihuacán". In La pintura mural prehispánica en México, año XI, núm. 23, diciembre 2005, IIE-UNAM, Mexico, p. 7-17.

Espinoza Motte, Karla.
s.d. "Las clases sociales marginales en el antiguo Teotihuacán; una compleja estructura social: Rubén Cabrera". Disponible le 5 septembre 2009 sur le site Estudios de Historia Cultural : http://www.economia.unam.mx/historiacultural/hist_rev_cabrera.htm .

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Fouilles de sauvetage à Zacatenco, Mexico

Sur son site internet, l'INAH fait état de fouilles de sauvetage au nord de Mexico, préalables à la construction de l'aqueduc Guadalupe, à quelques encâblures de la Basilique de Guadalupe.  Après six mois de travaux dirigés à Zacatenco par la jeune Estibaliz Aguayo Ortíz, les résultats sont tout simplement surprenants. 
On dispose de peu de contextes fouillés systématiquement dans la vallée de México et datés du Préclassique. Vaillant (1930) avait fouillé à Zacatenco dès 1928 et publié ses résultats deux ans plus tard. Une des références en la matière a été le travail effectué ensuite par Piña Chan (1958) à Tlatilco.  Puis il a fallu attendre des fouilles de Sanders et Parsons à la fin des années 1960 pour en savoir un peu plus sur Zacatenco.

Les découvertes de la Direction d'Archéologie de Sauvetage de l'INAH sont de deux types. Tout d'abord les restes de 145 individus ont jusqu'à présent retrouvés. Certains enterrements comptaient jusqu'à trois individus da…