Accéder au contenu principal

La Ventilla, "future réserve archéologique"

Cette formule d'Alejandro Sarabia, directeur de la Zona Arqueologica de Teotihuacan, résume le projet que cherchent à mettre les archéologues de l'INAH afin de concilier la conservation cette zone habitationnelle et son accès au public. Pour être plus précis, La Ventilla sera le prototype des visites à Teotihuacan à plus ou moins long terme.

Située à 800 mètres au sud de la Ciudadela, où se dresse la Pyramide du Serpent à plumes, La Ventilla était un complexe divisé en quatre unités résidentielles : deux étaient à proprement parler des habitations, une était à caractère religieux et la dernière à caractère administratifs. La superficie totale de la Ventilla était approximativement de seize hectares. On a pu déduire la fonction de la Ventilla grâce aux fouilles. C'est ainsi qu'on a pu déduire que ses habitants étaient des artisans qui fabriquait des objets en pierres précieuses et des accessoires en coquillage. De la même manière, on a pu établir que le site a été occupé entre 150 et 700 de notre ère. Parmi les objets que les archéologues ont fait parler, il y a aussi bien les outils (spatule, dont les habitants se servaient, que

Des quatre unités, le Templo del Barrio contient des peintures que les archéologues ont associé à la fertilité et au sacrifice.


Jaguar, peinture murale de la Ventilla, Teotihuacan

Personnage portant une coiffe et plusieurs accessoires, La Ventilla, Teotihuacan.

Le Patio des Grifos est une cour dont l'utilisation aurait été principalement administrative. Pas moins de quarante représentations ont été inventoriées sur le sol de ce patio. Il convient d'inclure les espaces ouverts qui servaient probablement de marché. La Ventilla est le seul complexe habitationnel à avoir été retrouvé dans sa presque totalité car une muraille de quatre mètres de haut et d'un mètre de hauteur l'entourait.

Chaque unité contenait plusieurs espaces : c'est ainsi qu'on a pu déterminer les habitations des familles qui travaillaient là et leurs "cuisines", des ateliers pour la fabrication des objets les réserves où ils étaient entreposés.

En fait, l'ouverture prochaine de La Ventilla au public permettra de lever le voile sur la vie et l'organisation sociale à Teotihuacan. Pour autant les fouilles se poursuivent à la Ventilla. Ruben Cabrera Castro a dirigé une nouvelle campagne cette année.


Enterrement humain retrouvé à la Ventilla, Teotihuacan.

Références bibliographiques :

Cabrera Castro, Rúben.
1996. "Contexto y análisis preliminar de los glifos en un piso pintado de La Ventilla, Teotihuacán". In La pintura mural prehispánica en México, año II, núm. 4, julio 1996, IIE-UNAM, Mexico, p. 5-9.
1996b. “Las excavaciones en La Ventilla. Un barrio teotihuacano”. In Revista Mexicana de Estudios Antropológicos, tomo XLII, SMA, México, p. 5-31.
1996c. "Figuras glíficas de la Ventilla, Teotihuacan". In Arqueologia, nº15, 2a época, INAH, México, p. 27-40.
2003. "Nuevos diseños iconográficos pintados sobre un piso en La Ventilla, Teotihuacán". In La pintura mural prehispánica en México, año IX, núm. 18, juin 2003, IIE-UNAM, Mexico, p. 22-29.
2005. "Recientes hallazgos de figuras pintadas sobre pisos en el conjunto de los glifos de La Ventilla, Teotihuacán". In La pintura mural prehispánica en México, año XI, núm. 23, diciembre 2005, IIE-UNAM, Mexico, p. 7-17.

Espinoza Motte, Karla.
s.d. "Las clases sociales marginales en el antiguo Teotihuacán; una compleja estructura social: Rubén Cabrera". Disponible le 5 septembre 2009 sur le site Estudios de Historia Cultural : http://www.economia.unam.mx/historiacultural/hist_rev_cabrera.htm .

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…