Accéder au contenu principal

Couverture partielle des bâtiments de Mitla, Oaxaca

On a appris il y a quelques jours les travaux de protection commandités par l'INAH sur le site zapotèque de Mitla, situé à 42 kilomètres à l'est d'Oaxaca, dans l'état homonyme. L'architecte Aciel Sanchez a révélé que quatre édifices préshipanique avaient ainsi été recouverts pour les protéger des conditions climatiques et d'actes de vandalisme. Deux d'entre eux appartiennent à l'ensemble appelé El Palacio. Des techniques de couverture traditionnelle (poutres de bois et canisses) ont et seront utilisées pour l'occasion.

Afficher Zones archéologiques présentées sur Mexique Ancien sur une carte plus grande


Plan de la zone archéologique de Mitla, Oaxaca.
Retrouvée le 14 septembre 2009 sur :
http://www.bluffton.edu/~sullivanm/mexico/oaxaca/mitla/map.jpg

Maintenance, restauration, registre métrique et iconographique font également des tâches qui attendent une équipe d'archéologues et de restaurateurs de l'INAH, dans le but d'attirer les touristes dans un vaste couloir archéologique à l'est d'Oaxaca. C'est ainsi qu'une nouvelle couche de stuc sera déposée sur les sols dans la salle des Colonnes et dans le patio E.


Vue panoramique de l'escalier sud du Palais des Colonnes, Mitla, Oaxaca.
Photo : B. Lobjois, mai 2002.

Des techniques modernes comme la visée laser permettront également un relèvement de certaines structures afin d'éviter leur effondrement en cas de catastrophe naturelle.

Mitla est dérivé du mot nahuatl Mictlan qui peut être traduit par "Lieu des morts", mais aussi par "Lieu des flêches". Néanmoins il convient de rappeler que le zapotèque est la langue dominante dans la région. Par conséquent Mitla est appelé Lyobaa dans cette idiome. A l'instar d'autres sites préhispaniques, Mitla a été détruite par les conquistadors espagnols qui, pour construire les églises nécessaires à la conversation des populations locales, n'ont pas hésité à réutiliser des matériaux provenant directement des bâtiments zapotèques ou mixtèques. La cité connut son apogée au Postclassique entre 1000 et 1500 où elle devait servir de centre religieux et cérémoniel.

Le style architectural de Mitla en fait un endroit caractéristique reconnaissable entre tous. L'utilisation de formes linéaires géométriques, connues comme "grecques" sont en effet sa marque de fabrique, visible sur la partie supérieur de la plupart des bâtiments.


Grecques visibles sur le Palais des Colonnes, Mitla, Oaxaca.
Photo : Genghiskang, le 18 mars 2006.
Retrouvé sur Wikipedia.org en anglais, s.v. "Mitla", le 14 septembre 2009.

Un autre élément intéressant est la présence de peintures murales dont il ne reste malheureusement que quelques fragments, en assez mauvais état.


Fragment d'une peinture murale, Groupe de l'Eglise, Mitla, Oaxaca.
Photo : B. Lobjois, mai 2002.

Références bibliographiques :
Article "Mitla" sur wikipedia.org, en anglais.

Lejeal, Leon.
1903. "Campagnes archéologiques récentes dans l'Oaxaca". In JSA, vol. 4, n°4-2, , Société des Américanistes, Paris, p. 174-189. Disponible en format pdf le 14 septembre 2009 sur : http://www.persee.fr/articleAsPDF/jsa_0037-9174_1903_num_4_2_3405/article_jsa_0037-9174_1903_num_4_2_3405.pdf .

Richards, Constantine.
1938. "Monograph on ornaments on zapotec funerary urns". In JSA, vol. Volume 30, Numéro 30-1, Société des Américanistes, Paris, pp. 147-166. Disponible en format pdf, le 14 septembre 2009 sur : http://www.persee.fr/articleAsPDF/jsa_0037-9174_1938_num_30_1_1970/article_jsa_0037-9174_1938_num_30_1_1970.pdf

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…

Fouilles de sauvetage à Zacatenco, Mexico

Sur son site internet, l'INAH fait état de fouilles de sauvetage au nord de Mexico, préalables à la construction de l'aqueduc Guadalupe, à quelques encâblures de la Basilique de Guadalupe.  Après six mois de travaux dirigés à Zacatenco par la jeune Estibaliz Aguayo Ortíz, les résultats sont tout simplement surprenants. 
On dispose de peu de contextes fouillés systématiquement dans la vallée de México et datés du Préclassique. Vaillant (1930) avait fouillé à Zacatenco dès 1928 et publié ses résultats deux ans plus tard. Une des références en la matière a été le travail effectué ensuite par Piña Chan (1958) à Tlatilco.  Puis il a fallu attendre des fouilles de Sanders et Parsons à la fin des années 1960 pour en savoir un peu plus sur Zacatenco.

Les découvertes de la Direction d'Archéologie de Sauvetage de l'INAH sont de deux types. Tout d'abord les restes de 145 individus ont jusqu'à présent retrouvés. Certains enterrements comptaient jusqu'à trois individus da…