Accéder au contenu principal

Couverture partielle des bâtiments de Mitla, Oaxaca

On a appris il y a quelques jours les travaux de protection commandités par l'INAH sur le site zapotèque de Mitla, situé à 42 kilomètres à l'est d'Oaxaca, dans l'état homonyme. L'architecte Aciel Sanchez a révélé que quatre édifices préshipanique avaient ainsi été recouverts pour les protéger des conditions climatiques et d'actes de vandalisme. Deux d'entre eux appartiennent à l'ensemble appelé El Palacio. Des techniques de couverture traditionnelle (poutres de bois et canisses) ont et seront utilisées pour l'occasion.

Afficher Zones archéologiques présentées sur Mexique Ancien sur une carte plus grande


Plan de la zone archéologique de Mitla, Oaxaca.
Retrouvée le 14 septembre 2009 sur :
http://www.bluffton.edu/~sullivanm/mexico/oaxaca/mitla/map.jpg

Maintenance, restauration, registre métrique et iconographique font également des tâches qui attendent une équipe d'archéologues et de restaurateurs de l'INAH, dans le but d'attirer les touristes dans un vaste couloir archéologique à l'est d'Oaxaca. C'est ainsi qu'une nouvelle couche de stuc sera déposée sur les sols dans la salle des Colonnes et dans le patio E.


Vue panoramique de l'escalier sud du Palais des Colonnes, Mitla, Oaxaca.
Photo : B. Lobjois, mai 2002.

Des techniques modernes comme la visée laser permettront également un relèvement de certaines structures afin d'éviter leur effondrement en cas de catastrophe naturelle.

Mitla est dérivé du mot nahuatl Mictlan qui peut être traduit par "Lieu des morts", mais aussi par "Lieu des flêches". Néanmoins il convient de rappeler que le zapotèque est la langue dominante dans la région. Par conséquent Mitla est appelé Lyobaa dans cette idiome. A l'instar d'autres sites préhispaniques, Mitla a été détruite par les conquistadors espagnols qui, pour construire les églises nécessaires à la conversation des populations locales, n'ont pas hésité à réutiliser des matériaux provenant directement des bâtiments zapotèques ou mixtèques. La cité connut son apogée au Postclassique entre 1000 et 1500 où elle devait servir de centre religieux et cérémoniel.

Le style architectural de Mitla en fait un endroit caractéristique reconnaissable entre tous. L'utilisation de formes linéaires géométriques, connues comme "grecques" sont en effet sa marque de fabrique, visible sur la partie supérieur de la plupart des bâtiments.


Grecques visibles sur le Palais des Colonnes, Mitla, Oaxaca.
Photo : Genghiskang, le 18 mars 2006.
Retrouvé sur Wikipedia.org en anglais, s.v. "Mitla", le 14 septembre 2009.

Un autre élément intéressant est la présence de peintures murales dont il ne reste malheureusement que quelques fragments, en assez mauvais état.


Fragment d'une peinture murale, Groupe de l'Eglise, Mitla, Oaxaca.
Photo : B. Lobjois, mai 2002.

Références bibliographiques :
Article "Mitla" sur wikipedia.org, en anglais.

Lejeal, Leon.
1903. "Campagnes archéologiques récentes dans l'Oaxaca". In JSA, vol. 4, n°4-2, , Société des Américanistes, Paris, p. 174-189. Disponible en format pdf le 14 septembre 2009 sur : http://www.persee.fr/articleAsPDF/jsa_0037-9174_1903_num_4_2_3405/article_jsa_0037-9174_1903_num_4_2_3405.pdf .

Richards, Constantine.
1938. "Monograph on ornaments on zapotec funerary urns". In JSA, vol. Volume 30, Numéro 30-1, Société des Américanistes, Paris, pp. 147-166. Disponible en format pdf, le 14 septembre 2009 sur : http://www.persee.fr/articleAsPDF/jsa_0037-9174_1938_num_30_1_1970/article_jsa_0037-9174_1938_num_30_1_1970.pdf

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…