Accéder au contenu principal

Arqueologia Mexicana n°102

Et voici la dernière livrée en date du magazine de divulgation archéologique sur la Mésoamérique. Le mois dernier, on fêtait les 32 ans de la découverte de Coyolxauhqui. A cette occasion, l'INAH et Editorial Raices ont mis le paquet en ce qui concerne les rédacteurs.



Jugez vous-même : Leonardo López Luján, seul et avec son père, Alfredo López Austin seul, Eduardo Matos Moctezuma, deux fois s'il vous plaît, sans compter Xavier Noguez ou Manuel Hermann Lerajazu.  Du lourd donc, du très lourd même. Tout comme ce monolithe de 8 tonnes qui repose désormais au Museo del Templo Mayor, et sur lequel sont projetées ce qui étaient probablement les couleurs originales.


Commençons donc par le dossier de ce mois. Matos Moctezuma, à l'origine de la découverte du monolithe, dresse un bilan de trente années de fouilles et de recherches connexes. On peut voir notamment des photos curieuses, voir amusantes (Leonardo López Luján en train de prendre des notes).

Alfredo López Austin a pour sa part préféré nous résumer l'importance de Coyolxauhqui dans la mythologie mexica à travers une nouvelle traduction d'un passage de Sahagun revisitant notamment le lien entre le toponyme qu'est Coatepec proposé par Seler et la découverte de Matos Moctezuma.

Suit un article à six mains, rédigé par Lourdes Cué, Fernando Carrizosa y Norma Valentín. Il y est proposé une lecture iconographique du monolithe en correspondance avec les codex. Mais surtout, pour la première fois, une intégration de la polychromie à cette analyse.

Leonardo López Luján propose d'élargir l'étude à d'autres représentations de Coyolxauqui : les sculptures complètes, les têtes ou encore leurs évocations dans les chroniques.

Enfin Matos Moctezuma referme le dossier en s'intéresse à l'impact de la découverte de la pierre de Coyolxauhqui sur l'inconscient collectif mexicain, à travers une série de commentaires et de photographies parfois cocasses, comme cette voiture encastrée dans le Templo Mayor en 1999 !

Puis le père et le fils les plus célèbres de l'anthropologie mexicaine étudient les allées et venues de la Pierre de Tizoc, à l'instar de ce que López Luján avait déjà fait pour la Pierre du Soleil

Précédant le dossier sur Coyolxauhqui on retrouvera donc la rubrique de Manuel Hermann Lejarazu sur l'histoire des codex mexicains. Ce mois-ci le chercheurs évoque les codex d'Azoyu et le Lienzo de Tlapa

Suit un article d'anthropologie physique sur la vision de la vie et de la mort dans le Mexique préhispanique. Pas de grande nouveauté à ce titre. Pas plus d'ailleurs dans l'article évoquant la nature de K'inich Janaab' Pakal dans son contexte funéraire.

A mesure qu'on se rapproche de la fin du magazine, on peut lire un article intéressant sur les fouilles sous-marines réalisées au large de la Riviera maya sur un navire coulé appelé Quarante Canons.

Enfin Xavier Noguez étudie de manière et relativement complètement le Codex Magliabechiano.

J'espère vous avoir donné envie de lire cette revue. La prochaine aura pour thème "Les prophéties maya et l'année 2012".

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Découverte d'une structure sous le temple double de Teopanzolco, Morelos

Les séismes qui frappent l'axe volcanique le centre du Mexique font partie de la vie quotidienne de ses habitants depuis que l'homme parcourt cette partie du pays. Pleinement intégrés à la conception du monde et de l'univers par les anciens aztèques sous la forme du glyphe ollin, les séismes comme ceux qui causèrent mort et destruction le 19 septembre 1985 et le 19 septembre 2017 font aussi ressurgir le passé de manière imprévue. Ce fut le cas en 2006 avec la découverte du monolithe de Tlaltecuhtli et des dizaines d'offrandes qui l'accompagnaient sous l'édifice des Ajauracas, dans le centre de México.



Ce fut le cas également il y a quelques mois, suite au profond séisme l'automne dernier dont l'épicentre se trouvait à la frontière des états de Morelos, Puebla et Oaxaca. Lors d'une conférence de presse organisée par la déléguée du Centre INAH Morelos sur le site, Campos Goenaga, les archéologues Bárbara Konieczna, responsable de la zone archéologique …

Quand un projet de restauration devient un projet de fouilles à Palenque

Après le séisme révélateur d'une structure antérieure à Teopanzolco, c'est un chantier de restauration qui permet de nouvelles découvertes à Palenque, Chiapas. Inutile de décrire longuement ce site chiapanèque inscrit sur la liste du patrimoine de l'humanité de l'UNESCO. Nous vous invitons d'ailleurs à consulter nos billets avec l'étiquette correspondante et à écouter les prochains programmes de Raíces sur Radio UDEM pour en savoir plus pour vous en faire une idée plus complète.

Revenons pour l'heure à cette annonce faite personnellement par le directeur général de l'INAH, Diego Prieto, qui aura pu se mettre du baume au cœur après les critiques persistantes sur sa continuité à la tête de l'institution octogénaire. 

Résumons dans un premier le contexte des restaurations entreprises à Palenque. Le Palais du Gouverneur et les maisons qui le composent sont actuellement dans une première phase de restaurations payées par l'ambassade des États-Unis au M…

Les 80 ans de l'INAH : un anniversaire en pointillés

L'Institut National d'Anthropologie et d'Histoire (INAH) fêtait le 3 février dernier ses 80 ans. Un âge pour le moins respectable puisque le CRNS est né la même année. Pourtant dans les deux institutions, la crise est bien présente et pour des raisons relativement semblables.



Malheureusement les correspondants des médias européens et francophones ont oublié d'évoquer les conséquences désastreuses du budget voté par les députés de son parti MORENA, Mouvement de Régénération Nationale, créé de toute pièce pour lui permettre de récupérer un siège présidentielle qui lui échappait depuis 2006. À deux mois de sa prise de fonction, alors que la majorité de MORENA siège au parlement mexicain depuis le mois d'août, le président López Obrador ne semble pas clairement avoir mesuré les conséquences dramatiques de l'autorité républicaine qu'il s'est certes appliqué à lui-même, mais en entraînant avec lui celles et ceux dont les conditions de vie étaient déjà précaire…