Accéder au contenu principal

Quand National Geographic s'emmêle les pinceaux

Qu'une grande institution comme le National Geographic fasse une bourde, passe encore. Or depuis quelque temps, on assiste à une recrudescence d'approximations de la part de ce qui constitue un des monuments de la divulgation scientifique mondiale.

"Pourquoi ce début de diatribe ?" allez-vous me demander... Non que je manque de respect à qui que ce soit, mais après avoir vu comment NG proposait des documentaires douteux sur les Mayas au moment de la sortie d'Apocalypto, et plus récemment de celle de l'infâme 2012, NG récidive sur son site internet. Pour le vérifier, je vous invite à cliquer sur le titre de cette note. Vous tomberez sur un article relatant les récentes découvertes de Bonampak, découvertes que nous avions amplement commentées ici. Un passage m'a doublement fait sursauter sur ma chaise de bureau et dodeliner de la tête en signe de profonde désapprobation. On retrouvera au passage ce très beau cliché d'Alejandro Tovalin, disponible le 21 mars 2010.


Bref, citons ce passage directement en anglais : ""he only thing is that this skeleton does not have the hand tied on the back like those found at the Quetzalcóatl temple in Teotihuacán," an ancient Maya metropolis in what is now Mexico City."

Traduisons pour nos lecteurs francophones ou hispanophones qui auraient quelques problèmes avec la langue de Shakespeare ou de Byron :
La seule chose est que ce squelette n'a pas les mains attachées dans le dos comme ceux trouvés au Temple de Quetzalcoatl à Teotihuacan,"une ancienne métropole maya dans ce qui est maintenant la ville de Mexico

En fait, ce n'est pas tant à NG que j'en veux. Encore que l'éthique journalistique exige qu'on vérifie des informations avant de les publier. Mes commentaires iraient plutôt contre M. Gallaga qui estime que Teotihuacan était une cité située à l'emplacement de Mexico. Pour son information et celle de John Roach (auteur de l'article susmentionné), Teotihuacan est situé à une quarantaine de kilomètres au nord-est de Mexico et n'a jamais été une ville maya.

Deuxièmement, Teotihuacan ne fut en aucun cas une cité maya. On sait que cette grande métropole entretenait des liens privilégiés avec la zone maya (personnages sur des stèles, vaisselles peintes tripodes, etc.). Pour tout dire, Teotihuacan fut une ville où des populations originaires de différentes régions de Mésoamérique cohabitaient : Zapotèques de Oaxaca, Huastèques de la côte du Golfe, Mayas du Chiapas...

Enfin, il convient de rappeler que la dénomination de "Temple de Quetzalcoatl" est inappropriée. En effet, Quetzalcoatl est un nom nahua de divinité utilisé au Postclassique et au moment de la Conquête. Or il est possible que ce nom n'ait pas été utilisé par les Teotihuacains eux-mêmes. De fait le nom Serpent à plumes est plus neutre et plus approprié tant que nous n'aurons pas de preuve tangibles de cette dénomination.

Ceci étant, il ne faut pas négliger l'apport économique et logistique de la National Geographic Society à la meilleure connaissance des civilisations précolombiennes en général et mésoaméricaines en particulier. D'ailleurs, je vous recommande chaudement la lecture du dernier numéro sur les problèmes géopolitiques relatifs à l'eau.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sur les sources des libretti rédigés par Vittorio Amedeo Cigna-Santi

Alors que nous préparions une conférence sur la Conquête dans l’opéra, un librettiste a particulièrement attiré notre attention : il s’agit du Turimois Vittorio Amadeo Cigna-Santi dont on sait fort peu de choses somme toute. Au début de sa carrière il rédigea une paire de livrets pour Mozart. Mais son livret le plus repris est sans conteste Moctezuma. Il semblerait que Cigna-Santi a pu consulter une chronique rédigée par Antonio de Solis en 1684 et traduite  en français et en italien en 1690.
La bibliothèque Caraïbe, Amazone Plateau des Guyanes a eu la bonne idée de mettre en ligne les deux tomes qui forment l’édition française. Vous les retrouverez aussi dans notre section Textes: https://mexiqueancien.blogspot.com/p/textes.html
Solís, Antonio de. 1730. Histoire de la conqueste du Mexique, ou de la Nouvelle Espagne, par Fernand Cortez, tome I. Paris : Compagnie des libraires. Disponible le 03/03/2019 sur : https://issuu.com/scduag/docs/bbx17024/6et https://issuu.com/scduag/docs/bbx1702…

Les 80 ans de l'INAH : un anniversaire en pointillés

L'Institut National d'Anthropologie et d'Histoire (INAH) fêtait le 3 février dernier ses 80 ans. Un âge pour le moins respectable puisque le CRNS est né la même année. Pourtant dans les deux institutions, la crise est bien présente et pour des raisons relativement semblables.



Malheureusement les correspondants des médias européens et francophones ont oublié d'évoquer les conséquences désastreuses du budget voté par les députés de son parti MORENA, Mouvement de Régénération Nationale, créé de toute pièce pour lui permettre de récupérer un siège présidentielle qui lui échappait depuis 2006. À deux mois de sa prise de fonction, alors que la majorité de MORENA siège au parlement mexicain depuis le mois d'août, le président López Obrador ne semble pas clairement avoir mesuré les conséquences dramatiques de l'autorité républicaine qu'il s'est certes appliqué à lui-même, mais en entraînant avec lui celles et ceux dont les conditions de vie étaient déjà précaire…

Compte-rendu Arqueología mexicana hors-série 82

L'éditeur Raíces termine son vingt-cinquième anniversaire en nous proposant un hors-série qui se propose à la fois de faire le point mais aussi de proposer un outil sensé faciliter la vie de ses lecteurs et de ses suiveurs sur les réseaux. Le travail de compilation proposé par Enrique Vela et son équipe est à ce titre intéressant qu'il nous invite à parcourir de manière thématique : on peut ainsi parcourir cet index de manière libre, en consultant les axes qui intéresseront le lecteur.


On retrouve des lectures chronologiques, culturelles, historiques, ethnologiques, herméneutiques, historiographiques ou divulgatrices. Au total, ce sont 27 fiches réparties en deux grandes axes thématiques que le lecteur pourra parcourir. D'un côté on peut lire des fiches de caractère chronologiques allant de la présence mexicaine dans l'archéologie mondiale aux zones archéologiques et musées. Entre temps, on aura eu la possibilité de redécouvrir les principales divisions chronologiques, …