Accéder au contenu principal

Quand National Geographic s'emmêle les pinceaux

Qu'une grande institution comme le National Geographic fasse une bourde, passe encore. Or depuis quelque temps, on assiste à une recrudescence d'approximations de la part de ce qui constitue un des monuments de la divulgation scientifique mondiale.

"Pourquoi ce début de diatribe ?" allez-vous me demander... Non que je manque de respect à qui que ce soit, mais après avoir vu comment NG proposait des documentaires douteux sur les Mayas au moment de la sortie d'Apocalypto, et plus récemment de celle de l'infâme 2012, NG récidive sur son site internet. Pour le vérifier, je vous invite à cliquer sur le titre de cette note. Vous tomberez sur un article relatant les récentes découvertes de Bonampak, découvertes que nous avions amplement commentées ici. Un passage m'a doublement fait sursauter sur ma chaise de bureau et dodeliner de la tête en signe de profonde désapprobation. On retrouvera au passage ce très beau cliché d'Alejandro Tovalin, disponible le 21 mars 2010.


Bref, citons ce passage directement en anglais : ""he only thing is that this skeleton does not have the hand tied on the back like those found at the Quetzalcóatl temple in Teotihuacán," an ancient Maya metropolis in what is now Mexico City."

Traduisons pour nos lecteurs francophones ou hispanophones qui auraient quelques problèmes avec la langue de Shakespeare ou de Byron :
La seule chose est que ce squelette n'a pas les mains attachées dans le dos comme ceux trouvés au Temple de Quetzalcoatl à Teotihuacan,"une ancienne métropole maya dans ce qui est maintenant la ville de Mexico

En fait, ce n'est pas tant à NG que j'en veux. Encore que l'éthique journalistique exige qu'on vérifie des informations avant de les publier. Mes commentaires iraient plutôt contre M. Gallaga qui estime que Teotihuacan était une cité située à l'emplacement de Mexico. Pour son information et celle de John Roach (auteur de l'article susmentionné), Teotihuacan est situé à une quarantaine de kilomètres au nord-est de Mexico et n'a jamais été une ville maya.

Deuxièmement, Teotihuacan ne fut en aucun cas une cité maya. On sait que cette grande métropole entretenait des liens privilégiés avec la zone maya (personnages sur des stèles, vaisselles peintes tripodes, etc.). Pour tout dire, Teotihuacan fut une ville où des populations originaires de différentes régions de Mésoamérique cohabitaient : Zapotèques de Oaxaca, Huastèques de la côte du Golfe, Mayas du Chiapas...

Enfin, il convient de rappeler que la dénomination de "Temple de Quetzalcoatl" est inappropriée. En effet, Quetzalcoatl est un nom nahua de divinité utilisé au Postclassique et au moment de la Conquête. Or il est possible que ce nom n'ait pas été utilisé par les Teotihuacains eux-mêmes. De fait le nom Serpent à plumes est plus neutre et plus approprié tant que nous n'aurons pas de preuve tangibles de cette dénomination.

Ceci étant, il ne faut pas négliger l'apport économique et logistique de la National Geographic Society à la meilleure connaissance des civilisations précolombiennes en général et mésoaméricaines en particulier. D'ailleurs, je vous recommande chaudement la lecture du dernier numéro sur les problèmes géopolitiques relatifs à l'eau.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Curieuses découvertes au pied de la Pyramide de la Lune à Teotihuacan

Dans un bulletin publié hier sur le site de l'INAH, Verónica Ortega, sous-directrice de la zone archéologique de Teotihuacan, a annoncé une série de découvertes troublantes reprises dans différents médias mexicains comme la Jornada, Milenio ou El Universal. Cette partie du site est d’ailleurs le pré carré de la chercheuse mexicaine, elle qui fut notamment en charge de la supervision du Palais de Quetzalpapalotl.



“La nature a horreur du vide”, disait Aristote. Force est de constater que le vide était abhorré dans la cosmovision mésoaméricaine. En plus de cent années d’exploration à Teotihuacan, la place située au pied de la Pyramide de la Lune n’a été sondée et fouillée superficiellement que dans les années 1960 ! La Structure A qui la ferme au nord est pourtant en train de révéler des secrets trop longtemps gardés. Mesurant 25 m de côté, cette structure continue de générer de nombreuses interprétations et de polémiques entre spécialiste. Elle est composée en surface d’une dizaine …

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement le monument le plus représenté et le plus publié sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnu comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts sompteux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.


Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante à El Pañhü, Hidalgo, ou à Teteles de Ocotit…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…