Accéder au contenu principal

Quand National Geographic s'emmêle les pinceaux

Qu'une grande institution comme le National Geographic fasse une bourde, passe encore. Or depuis quelque temps, on assiste à une recrudescence d'approximations de la part de ce qui constitue un des monuments de la divulgation scientifique mondiale.

"Pourquoi ce début de diatribe ?" allez-vous me demander... Non que je manque de respect à qui que ce soit, mais après avoir vu comment NG proposait des documentaires douteux sur les Mayas au moment de la sortie d'Apocalypto, et plus récemment de celle de l'infâme 2012, NG récidive sur son site internet. Pour le vérifier, je vous invite à cliquer sur le titre de cette note. Vous tomberez sur un article relatant les récentes découvertes de Bonampak, découvertes que nous avions amplement commentées ici. Un passage m'a doublement fait sursauter sur ma chaise de bureau et dodeliner de la tête en signe de profonde désapprobation. On retrouvera au passage ce très beau cliché d'Alejandro Tovalin, disponible le 21 mars 2010.


Bref, citons ce passage directement en anglais : ""he only thing is that this skeleton does not have the hand tied on the back like those found at the Quetzalcóatl temple in Teotihuacán," an ancient Maya metropolis in what is now Mexico City."

Traduisons pour nos lecteurs francophones ou hispanophones qui auraient quelques problèmes avec la langue de Shakespeare ou de Byron :
La seule chose est que ce squelette n'a pas les mains attachées dans le dos comme ceux trouvés au Temple de Quetzalcoatl à Teotihuacan,"une ancienne métropole maya dans ce qui est maintenant la ville de Mexico

En fait, ce n'est pas tant à NG que j'en veux. Encore que l'éthique journalistique exige qu'on vérifie des informations avant de les publier. Mes commentaires iraient plutôt contre M. Gallaga qui estime que Teotihuacan était une cité située à l'emplacement de Mexico. Pour son information et celle de John Roach (auteur de l'article susmentionné), Teotihuacan est situé à une quarantaine de kilomètres au nord-est de Mexico et n'a jamais été une ville maya.

Deuxièmement, Teotihuacan ne fut en aucun cas une cité maya. On sait que cette grande métropole entretenait des liens privilégiés avec la zone maya (personnages sur des stèles, vaisselles peintes tripodes, etc.). Pour tout dire, Teotihuacan fut une ville où des populations originaires de différentes régions de Mésoamérique cohabitaient : Zapotèques de Oaxaca, Huastèques de la côte du Golfe, Mayas du Chiapas...

Enfin, il convient de rappeler que la dénomination de "Temple de Quetzalcoatl" est inappropriée. En effet, Quetzalcoatl est un nom nahua de divinité utilisé au Postclassique et au moment de la Conquête. Or il est possible que ce nom n'ait pas été utilisé par les Teotihuacains eux-mêmes. De fait le nom Serpent à plumes est plus neutre et plus approprié tant que nous n'aurons pas de preuve tangibles de cette dénomination.

Ceci étant, il ne faut pas négliger l'apport économique et logistique de la National Geographic Society à la meilleure connaissance des civilisations précolombiennes en général et mésoaméricaines en particulier. D'ailleurs, je vous recommande chaudement la lecture du dernier numéro sur les problèmes géopolitiques relatifs à l'eau.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Découverte d'une structure sous le temple double de Teopanzolco, Morelos

Les séismes qui frappent l'axe volcanique le centre du Mexique font partie de la vie quotidienne de ses habitants depuis que l'homme parcourt cette partie du pays. Pleinement intégrés à la conception du monde et de l'univers par les anciens aztèques sous la forme du glyphe ollin, les séismes comme ceux qui causèrent mort et destruction le 19 septembre 1985 et le 19 septembre 2017 font aussi ressurgir le passé de manière imprévue. Ce fut le cas en 2006 avec la découverte du monolithe de Tlaltecuhtli et des dizaines d'offrandes qui l'accompagnaient sous l'édifice des Ajauracas, dans le centre de México.



Ce fut le cas également il y a quelques mois, suite au profond séisme l'automne dernier dont l'épicentre se trouvait à la frontière des états de Morelos, Puebla et Oaxaca. Lors d'une conférence de presse organisée par la déléguée du Centre INAH Morelos sur le site, Campos Goenaga, les archéologues Bárbara Konieczna, responsable de la zone archéologique …

Quand un projet de restauration devient un projet de fouilles à Palenque

Après le séisme révélateur d'une structure antérieure à Teopanzolco, c'est un chantier de restauration qui permet de nouvelles découvertes à Palenque, Chiapas. Inutile de décrire longuement ce site chiapanèque inscrit sur la liste du patrimoine de l'humanité de l'UNESCO. Nous vous invitons d'ailleurs à consulter nos billets avec l'étiquette correspondante et à écouter les prochains programmes de Raíces sur Radio UDEM pour en savoir plus pour vous en faire une idée plus complète.

Revenons pour l'heure à cette annonce faite personnellement par le directeur général de l'INAH, Diego Prieto, qui aura pu se mettre du baume au cœur après les critiques persistantes sur sa continuité à la tête de l'institution octogénaire. 

Résumons dans un premier le contexte des restaurations entreprises à Palenque. Le Palais du Gouverneur et les maisons qui le composent sont actuellement dans une première phase de restaurations payées par l'ambassade des États-Unis au M…

Les 80 ans de l'INAH : un anniversaire en pointillés

L'Institut National d'Anthropologie et d'Histoire (INAH) fêtait le 3 février dernier ses 80 ans. Un âge pour le moins respectable puisque le CRNS est né la même année. Pourtant dans les deux institutions, la crise est bien présente et pour des raisons relativement semblables.



Malheureusement les correspondants des médias européens et francophones ont oublié d'évoquer les conséquences désastreuses du budget voté par les députés de son parti MORENA, Mouvement de Régénération Nationale, créé de toute pièce pour lui permettre de récupérer un siège présidentielle qui lui échappait depuis 2006. À deux mois de sa prise de fonction, alors que la majorité de MORENA siège au parlement mexicain depuis le mois d'août, le président López Obrador ne semble pas clairement avoir mesuré les conséquences dramatiques de l'autorité républicaine qu'il s'est certes appliqué à lui-même, mais en entraînant avec lui celles et ceux dont les conditions de vie étaient déjà précaire…