Accéder au contenu principal

Restauration des peintures de Tetitla à Teotihuacan

Sur le site du quotidien El Universal, on apprend la fin des opérations de restaurations des peintures murales situées dans le complexe habitationnel de Tetitla, à l'est de l'enceinte principale. Ils avaient été entrepris en 2007.


Peinture murale des déesses de jade, Classique, Teotihuacan.

L'information est en fait reprise d'une dépêche publiée sur le site internet de l'INAH. On apprend ainsi que les peintures n'avaient pas été l'objet d'une restauration depuis plus de trente ans. Si bien que certains pigments étaient devenus complètement invisible à l'oeil nu. Au total, ce sont 16 oeuvres qui ont été progressivement dépoussiérées et scrupuleusement travaillées pour exhauster leurs couleurs. Parmi ces peintures, on retrouve les déesses de jade (voir cliché ci-dessus) ou encore les Jaguars, les Aigles, les Jaguars orangés, le Chevalier Jaguar.


Détail d'un jaguar peint, Portique 13, Mur 2
Tetitla, Classique, Teotihuacan.
Photo : B. LOBJOIS, mai 2002

Afin de restaurer au mieux, les ingénieurs du CECRyM ont procédé à des prélèvements et ont inspecté chaque peinture avec des lampes ultraviolettes afin de retrouver les matériaux utilisés au moment de leur conception. C'est ainsi qu'ils ont pu retrouver des lignes noires autour des têtes d'aigles ou encore le bleu utilisé sur les déesses de jade.

Pour sa part, Matos Moctezuma établit Tetitla dans la phase Xolalpan (2009 : 59). L'archéologue estime que ce complexe est contemporain de Zacuala, Yayahuala, Atetelco, Tepantitla, Xolalpan, Tlamimilolpa ou encore la Ventilla. C'est à cette époque que les liens entre Teotihuacan entretient des contacts réguliers avec la zone maya. Mais de nombreuses populations étrangères sont également présentes dans la métropole (op. cit. : 60).

En ce qui concerne les restaurations en d'autres endroits de Teotihuacan, nous vous recommandons la lectures des articles de Magar et de Villaseñor Angulo.

Références:

ANGULO VILLASEÑOR, Jorge. 2003. "Restauración de pinturas murales en Teotihuacan o los nuevas pinturas de Tetitla". In La pintura mural prehispánica en México, Boletín informativo, Año IX, número 18, junio 2003, IIE-UNAM, Mexico, p. 30-37. Document pdf disponible le 12 mars 2010 sur : http://www.pinturamural.esteticas.unam.mx/Pdf/boletin18.pdf .

DE LA FUENTE, Beatriz. 1995-1996. La Pintura Mural Prehispánica en México. I Teotihuacán. Tomo I Catálogo ; Tomo II Estudios. IIE/UNAM, Mexico.

MAGAR, Valerie. 2003. "Algunas aclaraciones en torno al artículo Restauración de pinturas murales en Teotihuacan o los nuevas pinturas de Tetitla". In La pintura mural prehispánica en México, Boletín informativo, Año IX, número 19, diciembre 2003, IIE-UNAM, Mexico, p. 28-34. Document pdf disponible le 12 mars 2010 sur : http://www.pinturamural.esteticas.unam.mx/Pdf/boletin19.pdf&pli=1 .

MATOS MOCTEZUMA, Eduardo. 2009. Teotihuacan, Fideicomiso Historia de las Américas, Serie Ciudades, FCE-Colegio de México, Mexico.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Découverte d'une structure sous le temple double de Teopanzolco, Morelos

Les séismes qui frappent l'axe volcanique le centre du Mexique font partie de la vie quotidienne de ses habitants depuis que l'homme parcourt cette partie du pays. Pleinement intégrés à la conception du monde et de l'univers par les anciens aztèques sous la forme du glyphe ollin, les séismes comme ceux qui causèrent mort et destruction le 19 septembre 1985 et le 19 septembre 2017 font aussi ressurgir le passé de manière imprévue. Ce fut le cas en 2006 avec la découverte du monolithe de Tlaltecuhtli et des dizaines d'offrandes qui l'accompagnaient sous l'édifice des Ajauracas, dans le centre de México.



Ce fut le cas également il y a quelques mois, suite au profond séisme l'automne dernier dont l'épicentre se trouvait à la frontière des états de Morelos, Puebla et Oaxaca. Lors d'une conférence de presse organisée par la déléguée du Centre INAH Morelos sur le site, Campos Goenaga, les archéologues Bárbara Konieczna, responsable de la zone archéologique …

Quand un projet de restauration devient un projet de fouilles à Palenque

Après le séisme révélateur d'une structure antérieure à Teopanzolco, c'est un chantier de restauration qui permet de nouvelles découvertes à Palenque, Chiapas. Inutile de décrire longuement ce site chiapanèque inscrit sur la liste du patrimoine de l'humanité de l'UNESCO. Nous vous invitons d'ailleurs à consulter nos billets avec l'étiquette correspondante et à écouter les prochains programmes de Raíces sur Radio UDEM pour en savoir plus pour vous en faire une idée plus complète.

Revenons pour l'heure à cette annonce faite personnellement par le directeur général de l'INAH, Diego Prieto, qui aura pu se mettre du baume au cœur après les critiques persistantes sur sa continuité à la tête de l'institution octogénaire. 

Résumons dans un premier le contexte des restaurations entreprises à Palenque. Le Palais du Gouverneur et les maisons qui le composent sont actuellement dans une première phase de restaurations payées par l'ambassade des États-Unis au M…

Les 80 ans de l'INAH : un anniversaire en pointillés

L'Institut National d'Anthropologie et d'Histoire (INAH) fêtait le 3 février dernier ses 80 ans. Un âge pour le moins respectable puisque le CRNS est né la même année. Pourtant dans les deux institutions, la crise est bien présente et pour des raisons relativement semblables.



Malheureusement les correspondants des médias européens et francophones ont oublié d'évoquer les conséquences désastreuses du budget voté par les députés de son parti MORENA, Mouvement de Régénération Nationale, créé de toute pièce pour lui permettre de récupérer un siège présidentielle qui lui échappait depuis 2006. À deux mois de sa prise de fonction, alors que la majorité de MORENA siège au parlement mexicain depuis le mois d'août, le président López Obrador ne semble pas clairement avoir mesuré les conséquences dramatiques de l'autorité républicaine qu'il s'est certes appliqué à lui-même, mais en entraînant avec lui celles et ceux dont les conditions de vie étaient déjà précaire…