Accéder au contenu principal

Restauration des peintures de Tetitla à Teotihuacan

Sur le site du quotidien El Universal, on apprend la fin des opérations de restaurations des peintures murales situées dans le complexe habitationnel de Tetitla, à l'est de l'enceinte principale. Ils avaient été entrepris en 2007.


Peinture murale des déesses de jade, Classique, Teotihuacan.

L'information est en fait reprise d'une dépêche publiée sur le site internet de l'INAH. On apprend ainsi que les peintures n'avaient pas été l'objet d'une restauration depuis plus de trente ans. Si bien que certains pigments étaient devenus complètement invisible à l'oeil nu. Au total, ce sont 16 oeuvres qui ont été progressivement dépoussiérées et scrupuleusement travaillées pour exhauster leurs couleurs. Parmi ces peintures, on retrouve les déesses de jade (voir cliché ci-dessus) ou encore les Jaguars, les Aigles, les Jaguars orangés, le Chevalier Jaguar.


Détail d'un jaguar peint, Portique 13, Mur 2
Tetitla, Classique, Teotihuacan.
Photo : B. LOBJOIS, mai 2002

Afin de restaurer au mieux, les ingénieurs du CECRyM ont procédé à des prélèvements et ont inspecté chaque peinture avec des lampes ultraviolettes afin de retrouver les matériaux utilisés au moment de leur conception. C'est ainsi qu'ils ont pu retrouver des lignes noires autour des têtes d'aigles ou encore le bleu utilisé sur les déesses de jade.

Pour sa part, Matos Moctezuma établit Tetitla dans la phase Xolalpan (2009 : 59). L'archéologue estime que ce complexe est contemporain de Zacuala, Yayahuala, Atetelco, Tepantitla, Xolalpan, Tlamimilolpa ou encore la Ventilla. C'est à cette époque que les liens entre Teotihuacan entretient des contacts réguliers avec la zone maya. Mais de nombreuses populations étrangères sont également présentes dans la métropole (op. cit. : 60).

En ce qui concerne les restaurations en d'autres endroits de Teotihuacan, nous vous recommandons la lectures des articles de Magar et de Villaseñor Angulo.

Références:

ANGULO VILLASEÑOR, Jorge. 2003. "Restauración de pinturas murales en Teotihuacan o los nuevas pinturas de Tetitla". In La pintura mural prehispánica en México, Boletín informativo, Año IX, número 18, junio 2003, IIE-UNAM, Mexico, p. 30-37. Document pdf disponible le 12 mars 2010 sur : http://www.pinturamural.esteticas.unam.mx/Pdf/boletin18.pdf .

DE LA FUENTE, Beatriz. 1995-1996. La Pintura Mural Prehispánica en México. I Teotihuacán. Tomo I Catálogo ; Tomo II Estudios. IIE/UNAM, Mexico.

MAGAR, Valerie. 2003. "Algunas aclaraciones en torno al artículo Restauración de pinturas murales en Teotihuacan o los nuevas pinturas de Tetitla". In La pintura mural prehispánica en México, Boletín informativo, Año IX, número 19, diciembre 2003, IIE-UNAM, Mexico, p. 28-34. Document pdf disponible le 12 mars 2010 sur : http://www.pinturamural.esteticas.unam.mx/Pdf/boletin19.pdf&pli=1 .

MATOS MOCTEZUMA, Eduardo. 2009. Teotihuacan, Fideicomiso Historia de las Américas, Serie Ciudades, FCE-Colegio de México, Mexico.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Curieuses découvertes au pied de la Pyramide de la Lune à Teotihuacan

Dans un bulletin publié hier sur le site de l'INAH, Verónica Ortega, sous-directrice de la zone archéologique de Teotihuacan, a annoncé une série de découvertes troublantes reprises dans différents médias mexicains comme la Jornada, Milenio ou El Universal. Cette partie du site est d’ailleurs le pré carré de la chercheuse mexicaine, elle qui fut notamment en charge de la supervision du Palais de Quetzalpapalotl.



“La nature a horreur du vide”, disait Aristote. Force est de constater que le vide était abhorré dans la cosmovision mésoaméricaine. En plus de cent années d’exploration à Teotihuacan, la place située au pied de la Pyramide de la Lune n’a été sondée et fouillée superficiellement que dans les années 1960 ! La Structure A qui la ferme au nord est pourtant en train de révéler des secrets trop longtemps gardés. Mesurant 25 m de côté, cette structure continue de générer de nombreuses interprétations et de polémiques entre spécialiste. Elle est composée en surface d’une dizaine …

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement le monument le plus représenté et le plus publié sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnu comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts sompteux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.


Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante à El Pañhü, Hidalgo, ou à Teteles de Ocotit…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…