Accéder au contenu principal

Chichen Itza vaut 220 millions de pesos

Voilà la somme déconcertante et répugnante à laquelle s'est abaissée à payer la gouverneure de l'état du Yucatan, Yvonne Ortega (PRI)... 200 millions de pesos pour 80 hectares de terrain dont 45 pour la seule zone archéologique de Chichen Itza. Tout cela pour une famille qui s'est littéralement approprié le site, au mépris de la loi organique fédérale sur le patrimoine mexicain et sa conservation. Pour vous donner un ordre de comparaison, cela représente environ 12000000 euros, soit 140 euros du m2. Bien évidemment, cela peut paraître bien peu quand on compare ce chiffre avec le prix du m2 parisien.

Il n'empêche : cet achat à prix d'or est tout simplement scandaleux. Scandaleux de voir comment les Barbachano ont littéralement détruit les abords de la zone archéologique pour construire diffférents complexes hôteliers, au mépris des lois et de la constitution mexicaine et ne pas être poursuivis pour leurs délits.

Scandaleux de voir comment Cultur, l'organisme d'état chargé d'exploiter le potentiel touristique et donc économique. On n'a donc pas fini de voir et d'entendre des concerts bidons pour les spectateurs étrangers fortunés venus "visiter" Chichen Itza. Il paraît que McCartney sera le prochain artiste à se présenter au pied du Castillo, en dépit des fouilles qui se poursuivent.

Scandaleux de voir comment les autorités fédérales, tant de l'INAH, que de la SEP ou même la présidence de la République sont restés les bras croisés, incapables de sauvegarder un patrimoine national de toute première importance des dangers du tourisme de masse. Chichen Itza est avant tout un patrimoine national si bien qu'aucun particulier ne peut revendiquer sa propriété. D'ailleurs M. Barbachano est également propriétaire des terrains sur lesquels se trouve Uxmal. Il est curieux de noter qu'au final, c'est l'état du Yucatan qui est devenu acquéreur et non l'INAH, qui s'était lancé dans de longues négociations avec M. Barbachano. Le Dr Miguel Leon-Portilla avait d'ailleurs demandé en 2007 l'expropriation des Barbachano. Il n'a malheureusement pas été écouté.

On imagine déjà la gloriole politique et médiatique que la gouverneure du Yucatan et son parti, le PRI (Parti Révolutionnaire Institutionnel, observez l'oxymore des deux derniers mots) vont essayer d'acquérir dans les prochains jours.

Vous aurez compris : Mexique Ancien désapprouve cette politique numéraire qui causera plus de préjudices à Chichen Itza que de retombées scientifiques positives. Seul (maigre) point positif : M. Barbachano n'a pas obtenu les 750 millions de pesos qu'il réclamait pour Chichen...

Sources :



Commentaires

jo a dit…
c'est quand même la cour suprême du Mexique qui a rendu la propriété aux héritiers Thompson ( erreur ) qui l'a vendu à la famille Barbachano !

bon on peut pas refaire l'histoire, c'est comme le machu pichu ou les trouvailles reviennent aux Américains ( grâce ou à cause d Hiram Bingham ) et quand le Pérou demande la restitution de ses biens, dont le fameux site, L'état Américain est d'accord mais demande un usufruit totale sur les 99 ans à venir, c'est pas dingue ça ?!!..

On mon avis, nous n'avons pas fini de voir des choses comme il se passe à Itza, surtout quand on sait que l'homme le plus riche du monde est mexicain et surtout collectionneur d'art ( musée soumaya mexico )

bien à vous
Cuetzpalin
naa a dit…
Bonjour,

je voulais juste signaler une petite erreur qui si elle n'est pas importante en soit mérite d'être corrigé puisque c'est en partie sur elle que repose votre argumentaire.

Je pense que vous avez oublié un 0 lors de la conversion de la somme indiquée en euros. En effet vous indiquez 1 200 000 euros environ alors qu'il s'agit probablement de 12 000 000 d'euros.

Le profane et amateur de culture mésoaméricaine que je suis, a un peu de mal a saisir le vrai fond du problème concernant cette affaire de gros sous en particulier, mais j'imagine que la somme en question doit être payés par la population au travers des impôts, ce qui parait anormal pour quelque chose qui devrait leur appartenir de droit si j'ai bien suivi.


Concernant les concerts sur le site, je ne cerne pas vraiment en quoi ils lui sont néfaste. Sont ils la source de dégradations supplémentaires par rapport aux visiteurs normaux ? Ne sont ils pas une source de revenu pour financer des recherches archéologique ? D'ailleurs à propos de l'accès au publique dont vous ne semblez pas être un fervent supporter je dois dire que bien que je garde un souvenir impérissable de ma visite intérieur d'el castillo et de son ascension extérieur où j'ai passé plusieurs heures à contempler le site, je comprendrais parfaitement que l'on en interdise complétement l'accès (il me semble d'ailleurs que c'est le cas depuis ma visite) ou du moins que l'on limite le nombre afin de respecter et conserver au mieux ce magnifique endroit. En revanche, il serait dommage de priver les amoureux de la culture d'un si beau site et d'en réserver l'exclusivité aux chercheurs ad vitam eternam. Tout est une question choix adaptés... Permettre l'accès à la culture tout en préservant au mieux ce qui peut l'être.

Pour finir, je tiens a vous remercier pour les informations régulièrement transmises sur ce blog qui souvent me renseignent d'avantage sur ces civilisations dont je suis tombé amoureux lectures après lecture et visites après visites.

Cordialement,
Valkea
Cacalotl a dit…
@ Cuetzpalin : il est que la CSM a rendu un avis favorable à la famille Thompson il y a plusieurs décennnies de cela, ne respectant pas en cela la constitution fédérale.
Mais les pouvoirs publics auraient pu éviter la vente aux Barbachano en utilisant la même loi et en demandant l'expropriation, conformément à ce que la même constitution mexicaine exige...

@ Valkea
Merci pour vos encouragements et pour votre correction que nous nous sommes empressés d'apporter.
En ce qui concerne vos doutes sur "cette affaire de gros sous", vous avez en fait parfaitement résumé la chose.
Maintenant verriez-vous d'un bon oeil la construction d'une scène à l'intérieur de Notre Dame de Paris pour qu'Elton John puisse y chanter de la musique pop ? La comparaison peut paraître grossière mais c'est de cela qu'il s'agit. Le prétendu "tourisme culturel" peut-il tout autoriser au nom de l'intérêt de l'état? Non, la loi mexicaine est très clair à ce sujet et les règles de l'UNESCO en ce qui concerne la conservation du Patrimoine mondial le sont encore plus. On ne peut dénaturer un site archéologique de son propos : montrer ET conserver un patrimoine sans en altérer sa fonction première. En l'occurence le gouvernement du Yucatan et la direction de l'INAH se fourvoient et font fi des textes fédéraux...
Le concert est d'autant plus dangereux que la scène vient de s'effondrer à proximité directe du Castillo autour duquel des fouilles ont lieux. Car si je néglige pas les dégâts humain, personne n'a parlé de dégâts au patrimoine.
Vous avez été suffisamment chanceuse pour monter sur le Castillo. Depuis deux ou trois ans déjà, le public n'y a plus accès pour des raisons de sécurité. De la même manière, on n'a plus accès au Temple des Guerriers ou au Temple supérieur des Jaguars pour ne plus accélérer. Je suis pour l'ouverture au public. Mais une ouverture modérée et responsable si on souhaite que nos petits-enfants ou nos arrières petits-enfants puissent en profiter également.
C'est exactement ce qui se passe à Pompéi en Italie. Les fresques sont touchées, dégradées par les trop nombreux visiteurs. A tel point qu'on envisage la fermeture temporaire.
Chichen Itza va-t-il sur la même voie? Non, parce qu'il constitue une réserve de ressources trop importantes pour que le gouvernement local et la fédération s'en passe. Mais qui connaît des sites encore plus impressionnants comme Calakmul ou Becan au Campeche, Coba au Quintana Roo? Peu de monde en fait...
Le thème est donc vaste et complexe.

Merci encore pour votre très intéressante réflexion, permettant ainsi un débat riche et pluriel.

Posts les plus consultés de ce blog

Découverte d'une structure sous le temple double de Teopanzolco, Morelos

Les séismes qui frappent l'axe volcanique le centre du Mexique font partie de la vie quotidienne de ses habitants depuis que l'homme parcourt cette partie du pays. Pleinement intégrés à la conception du monde et de l'univers par les anciens aztèques sous la forme du glyphe ollin, les séismes comme ceux qui causèrent mort et destruction le 19 septembre 1985 et le 19 septembre 2017 font aussi ressurgir le passé de manière imprévue. Ce fut le cas en 2006 avec la découverte du monolithe de Tlaltecuhtli et des dizaines d'offrandes qui l'accompagnaient sous l'édifice des Ajauracas, dans le centre de México.



Ce fut le cas également il y a quelques mois, suite au profond séisme l'automne dernier dont l'épicentre se trouvait à la frontière des états de Morelos, Puebla et Oaxaca. Lors d'une conférence de presse organisée par la déléguée du Centre INAH Morelos sur le site, Campos Goenaga, les archéologues Bárbara Konieczna, responsable de la zone archéologique …

Quand un projet de restauration devient un projet de fouilles à Palenque

Après le séisme révélateur d'une structure antérieure à Teopanzolco, c'est un chantier de restauration qui permet de nouvelles découvertes à Palenque, Chiapas. Inutile de décrire longuement ce site chiapanèque inscrit sur la liste du patrimoine de l'humanité de l'UNESCO. Nous vous invitons d'ailleurs à consulter nos billets avec l'étiquette correspondante et à écouter les prochains programmes de Raíces sur Radio UDEM pour en savoir plus pour vous en faire une idée plus complète.

Revenons pour l'heure à cette annonce faite personnellement par le directeur général de l'INAH, Diego Prieto, qui aura pu se mettre du baume au cœur après les critiques persistantes sur sa continuité à la tête de l'institution octogénaire. 

Résumons dans un premier le contexte des restaurations entreprises à Palenque. Le Palais du Gouverneur et les maisons qui le composent sont actuellement dans une première phase de restaurations payées par l'ambassade des États-Unis au M…

Les 80 ans de l'INAH : un anniversaire en pointillés

L'Institut National d'Anthropologie et d'Histoire (INAH) fêtait le 3 février dernier ses 80 ans. Un âge pour le moins respectable puisque le CRNS est né la même année. Pourtant dans les deux institutions, la crise est bien présente et pour des raisons relativement semblables.



Malheureusement les correspondants des médias européens et francophones ont oublié d'évoquer les conséquences désastreuses du budget voté par les députés de son parti MORENA, Mouvement de Régénération Nationale, créé de toute pièce pour lui permettre de récupérer un siège présidentielle qui lui échappait depuis 2006. À deux mois de sa prise de fonction, alors que la majorité de MORENA siège au parlement mexicain depuis le mois d'août, le président López Obrador ne semble pas clairement avoir mesuré les conséquences dramatiques de l'autorité républicaine qu'il s'est certes appliqué à lui-même, mais en entraînant avec lui celles et ceux dont les conditions de vie étaient déjà précaire…