Accéder au contenu principal

Chichen Itza vaut 220 millions de pesos

Voilà la somme déconcertante et répugnante à laquelle s'est abaissée à payer la gouverneure de l'état du Yucatan, Yvonne Ortega (PRI)... 200 millions de pesos pour 80 hectares de terrain dont 45 pour la seule zone archéologique de Chichen Itza. Tout cela pour une famille qui s'est littéralement approprié le site, au mépris de la loi organique fédérale sur le patrimoine mexicain et sa conservation. Pour vous donner un ordre de comparaison, cela représente environ 12000000 euros, soit 140 euros du m2. Bien évidemment, cela peut paraître bien peu quand on compare ce chiffre avec le prix du m2 parisien.

Il n'empêche : cet achat à prix d'or est tout simplement scandaleux. Scandaleux de voir comment les Barbachano ont littéralement détruit les abords de la zone archéologique pour construire diffférents complexes hôteliers, au mépris des lois et de la constitution mexicaine et ne pas être poursuivis pour leurs délits.

Scandaleux de voir comment Cultur, l'organisme d'état chargé d'exploiter le potentiel touristique et donc économique. On n'a donc pas fini de voir et d'entendre des concerts bidons pour les spectateurs étrangers fortunés venus "visiter" Chichen Itza. Il paraît que McCartney sera le prochain artiste à se présenter au pied du Castillo, en dépit des fouilles qui se poursuivent.

Scandaleux de voir comment les autorités fédérales, tant de l'INAH, que de la SEP ou même la présidence de la République sont restés les bras croisés, incapables de sauvegarder un patrimoine national de toute première importance des dangers du tourisme de masse. Chichen Itza est avant tout un patrimoine national si bien qu'aucun particulier ne peut revendiquer sa propriété. D'ailleurs M. Barbachano est également propriétaire des terrains sur lesquels se trouve Uxmal. Il est curieux de noter qu'au final, c'est l'état du Yucatan qui est devenu acquéreur et non l'INAH, qui s'était lancé dans de longues négociations avec M. Barbachano. Le Dr Miguel Leon-Portilla avait d'ailleurs demandé en 2007 l'expropriation des Barbachano. Il n'a malheureusement pas été écouté.

On imagine déjà la gloriole politique et médiatique que la gouverneure du Yucatan et son parti, le PRI (Parti Révolutionnaire Institutionnel, observez l'oxymore des deux derniers mots) vont essayer d'acquérir dans les prochains jours.

Vous aurez compris : Mexique Ancien désapprouve cette politique numéraire qui causera plus de préjudices à Chichen Itza que de retombées scientifiques positives. Seul (maigre) point positif : M. Barbachano n'a pas obtenu les 750 millions de pesos qu'il réclamait pour Chichen...

Sources :



3 commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…

Fouilles de sauvetage à Zacatenco, Mexico

Sur son site internet, l'INAH fait état de fouilles de sauvetage au nord de Mexico, préalables à la construction de l'aqueduc Guadalupe, à quelques encâblures de la Basilique de Guadalupe.  Après six mois de travaux dirigés à Zacatenco par la jeune Estibaliz Aguayo Ortíz, les résultats sont tout simplement surprenants. 
On dispose de peu de contextes fouillés systématiquement dans la vallée de México et datés du Préclassique. Vaillant (1930) avait fouillé à Zacatenco dès 1928 et publié ses résultats deux ans plus tard. Une des références en la matière a été le travail effectué ensuite par Piña Chan (1958) à Tlatilco.  Puis il a fallu attendre des fouilles de Sanders et Parsons à la fin des années 1960 pour en savoir un peu plus sur Zacatenco.

Les découvertes de la Direction d'Archéologie de Sauvetage de l'INAH sont de deux types. Tout d'abord les restes de 145 individus ont jusqu'à présent retrouvés. Certains enterrements comptaient jusqu'à trois individus da…