Accéder au contenu principal

80 codex mexicains de la BNF bientôt disponibles

C'est le résultat de la persévérance d'une équipe de 70 spécialistes mexicains auprès des autorités de la Bibliothèque Nationale de France. Officiant au CIESAS (Centro de Investigaciones y Estudios Superiores en Antropología Social), de l'INAH, de l'Universidad Veracruzana ou encore de l'ENAH, ils ont créé le projet Amoxcalli il y a six ans. Amoxcalli désignait autrefois en nahuatl l'édifice où étaient gardés les documents, notamment les tributs que devaient payer les vassaux de l'empire mexica.

Page du Codex Tolteca-Chichimeca,
Retrouvé le 10 juin 2010 sur 

On pourra regretter l'absence d'intérêt montré autant par les autorités de la BNF ou celle des Ministères de la Culture, de l'Education Nationale ou de la Recherche pour ce patrimoine étranger en terre française... A quand une exposition pour nous montrer ces trésors accessibles uniquement à certains chercheurs ? A quand un DVD ou des éditions papiers de tous ces codex? A quand un colloque pour nous les présenter ? Ce n'est pas tant les spécialistes français des textes qui manquent pour en proposer des études accessibles et intéressantes : Marc Thouvenot, Sybille de Pury, Patrick Johannsson ou encore Patrick Lesbre seraient certainement intéressés de nous les présenter. Il s'agit avant de volonté politique.

Le Mexique nous donne une leçon incroyable : dans le cadre du Bicentenaire de l'Indépendance et du Centenaire de la Révolution, les initiatives se multiplient pour mettre le patrimoine mexicain à la disposition de la population. Car même payant, le DVD qui sera préparé contient un patrimoine culturel dont nous ignorons parfois la présence frauduleuse en France. D'autre part la tenue du Cycle de Conférences sur les Codex Mexicains à la Bibliothèque Nationale de France, tous les lundis des mois de juin et juillet au MNA, permettra d'en savoir un peu plus sur les résultats de ce projet extraordinaire pour les études mésoaméricanistes.

Quarante-huit des quatre-vingts textes sont en outre complètement inédits. La BNF compte au total quelques 300 documents originaires de cette partie du Mexique. Il y a donc encore pas mal de travail pour les chercheurs... Parmi les plus connus, on trouve l'un des trois codex mayas encore existant, le Codex de Paris. On pourra également découvrir le Codex 20 Mazorcas, la Mapa Quinantzin, le Codex Tolteca-Chichimeca, etc. Vingt-quatre textes faisaient partie de la collection Lorenzo Boturini, du nom du voyageur chroniqueur du XVIII siècle qui avait parcouru la Nouvelle Espagne et en avait rapporté de nombreux documents et proposé une description.

La nouvelle est visible dans différents journaux mexicains comme El Universal, Milenio, ou même Publimetro. L'INAH a mis à disposition un petit diaporama sur son site. A vous de le voir. Les facsimile sont directement consultables sur la page internet du projet Amoxcalli.

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…