Accéder au contenu principal

De lecture en lecture

Je prépare actuellement une note qui résume différentes interprétations du Teocalli de la Guerre Sacrée, présenté au début de l'exposition Moctezuma II, au Museo del Templo Mayor.

Parmi les références bibliographiques que j'ai pu consulter ou retrouver sur la Toile, j'ai longuement lu un article de Michel Graulich, "Reflexiones sobre dos obras maestras del arte azteca: la Piedra del Calendario y el Teocalli de la Guerra Sagrado", publié en 1997 dans l'ouvrage De Hombres y Dioses. Dans notre précédente note, nous vous avions expliqué que cet ouvrage, placé sous la coordination de Xavier Noguez y Alfredo Lopez Austin, était entièrement et gratuitement disponible sur le site du Colegio Mexiquense.

Et puis, en consultant les références employées par Graulich, je suis tombé sur un article rédigé en 1899 par Henri Hubert et Marcel Mauss et publié en 1899 dans la revue L'année sociologique, 2, pp. 29-138. Intitulé : "Essai sur la nature et la fonction du sacrifice". A vrai dire, Graulich fait mention de sa version anglaise publiée en 1966 par l'Université de Chicago. Toujours est-il qu'un professeur de l'Université de Chicoutimi au Québec, en a proposé une version électronique, disponible en cliquant ici.

Les travaux de Mauss sont essentiels pour l'histoire comparée des religions ou des civilisations. Si certains éléments peuvent paraître dépassés, d'autres idées sont en revanche complètement applicables à nos études. Graulich a notamment repris les concepts de "sacrificateur", de "sacrifiant" et de "sacrifié" qui répondent justement à la perception et à la réalisation du sacrifice chez les Aztèques. Je ne saurai donc que trop vous recommander cet article.

En revanche, je suis beaucoup plus sceptique sur un ouvrage, autrement plus récemment proposé par Nicolas Grimal, professeur au Collège de France. Son livre Le sacrifice humain en Egypte ancienne et ailleurs, publié chez Soleb, pose problème. Certes il n'est pas correct de préjuger de la qualité d'un texte sans l'avoir lu intégralement, néanmoins le traitement du sacrifice humain laisse craindre le pire. Voici le résumé qu'on peut trouver sur la page de l'éditeur SOLEB :

Il (entendez le sacrifice) est aussi un fait de civilisation dans le monde aztèque dans le cadre d'une théâtralité du pouvoir à travers laquelle il doit impérativement se donner à voir".

Il semblerait que le sacrifice aztèque - par ailleurs le seul type de sacrifice traité en Mésoamérique alors qu'il s'agissait d'un rituel pratiqué dans toute cette partie du monde - soit intimement attaché au pouvoir, donc au politique et au temporel. Mais plus encore, le sacrifice humain mésoaméricain trouve ses racines dans la recréation d'une mythologie où l'humanité est l'énergie qui permet le fonctionnement de la machine céleste. Espérons que Grimal ait pu consulter d'autres formes d'interprétations. Car comme l'a très bien montré Graulich dans l'article susmentionné, le sacrifice humain chez les Aztèques ne peut se passer de la compréhension d'éléments symboliques, artistiques, archéologiques et religieux. Qui plus est, il était pratiqué à tous les degrés de l'échelle sociale.

4 commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…