Accéder au contenu principal

De lecture en lecture

Je prépare actuellement une note qui résume différentes interprétations du Teocalli de la Guerre Sacrée, présenté au début de l'exposition Moctezuma II, au Museo del Templo Mayor.

Parmi les références bibliographiques que j'ai pu consulter ou retrouver sur la Toile, j'ai longuement lu un article de Michel Graulich, "Reflexiones sobre dos obras maestras del arte azteca: la Piedra del Calendario y el Teocalli de la Guerra Sagrado", publié en 1997 dans l'ouvrage De Hombres y Dioses. Dans notre précédente note, nous vous avions expliqué que cet ouvrage, placé sous la coordination de Xavier Noguez y Alfredo Lopez Austin, était entièrement et gratuitement disponible sur le site du Colegio Mexiquense.

Et puis, en consultant les références employées par Graulich, je suis tombé sur un article rédigé en 1899 par Henri Hubert et Marcel Mauss et publié en 1899 dans la revue L'année sociologique, 2, pp. 29-138. Intitulé : "Essai sur la nature et la fonction du sacrifice". A vrai dire, Graulich fait mention de sa version anglaise publiée en 1966 par l'Université de Chicago. Toujours est-il qu'un professeur de l'Université de Chicoutimi au Québec, en a proposé une version électronique, disponible en cliquant ici.

Les travaux de Mauss sont essentiels pour l'histoire comparée des religions ou des civilisations. Si certains éléments peuvent paraître dépassés, d'autres idées sont en revanche complètement applicables à nos études. Graulich a notamment repris les concepts de "sacrificateur", de "sacrifiant" et de "sacrifié" qui répondent justement à la perception et à la réalisation du sacrifice chez les Aztèques. Je ne saurai donc que trop vous recommander cet article.

En revanche, je suis beaucoup plus sceptique sur un ouvrage, autrement plus récemment proposé par Nicolas Grimal, professeur au Collège de France. Son livre Le sacrifice humain en Egypte ancienne et ailleurs, publié chez Soleb, pose problème. Certes il n'est pas correct de préjuger de la qualité d'un texte sans l'avoir lu intégralement, néanmoins le traitement du sacrifice humain laisse craindre le pire. Voici le résumé qu'on peut trouver sur la page de l'éditeur SOLEB :

Il (entendez le sacrifice) est aussi un fait de civilisation dans le monde aztèque dans le cadre d'une théâtralité du pouvoir à travers laquelle il doit impérativement se donner à voir".

Il semblerait que le sacrifice aztèque - par ailleurs le seul type de sacrifice traité en Mésoamérique alors qu'il s'agissait d'un rituel pratiqué dans toute cette partie du monde - soit intimement attaché au pouvoir, donc au politique et au temporel. Mais plus encore, le sacrifice humain mésoaméricain trouve ses racines dans la recréation d'une mythologie où l'humanité est l'énergie qui permet le fonctionnement de la machine céleste. Espérons que Grimal ait pu consulter d'autres formes d'interprétations. Car comme l'a très bien montré Graulich dans l'article susmentionné, le sacrifice humain chez les Aztèques ne peut se passer de la compréhension d'éléments symboliques, artistiques, archéologiques et religieux. Qui plus est, il était pratiqué à tous les degrés de l'échelle sociale.

4 commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…

Fouilles de sauvetage à Zacatenco, Mexico

Sur son site internet, l'INAH fait état de fouilles de sauvetage au nord de Mexico, préalables à la construction de l'aqueduc Guadalupe, à quelques encâblures de la Basilique de Guadalupe.  Après six mois de travaux dirigés à Zacatenco par la jeune Estibaliz Aguayo Ortíz, les résultats sont tout simplement surprenants. 
On dispose de peu de contextes fouillés systématiquement dans la vallée de México et datés du Préclassique. Vaillant (1930) avait fouillé à Zacatenco dès 1928 et publié ses résultats deux ans plus tard. Une des références en la matière a été le travail effectué ensuite par Piña Chan (1958) à Tlatilco.  Puis il a fallu attendre des fouilles de Sanders et Parsons à la fin des années 1960 pour en savoir un peu plus sur Zacatenco.

Les découvertes de la Direction d'Archéologie de Sauvetage de l'INAH sont de deux types. Tout d'abord les restes de 145 individus ont jusqu'à présent retrouvés. Certains enterrements comptaient jusqu'à trois individus da…