Accéder au contenu principal

Un tunnel pour retrouver la tombe d'Ahuizotl

Dans le quotidien la Jornada, on apprend que Leonardo López Luján entend bien poursuivre les fouilles sous la maison des Ajaracas. C'est là que son équipe pluridisciplinaire avait découvert le monolithe de Tlaltecuhtli en octobre 2006, actuellement au Musée du Templo Mayor.


Vue des monolithes de Coyolxauhqui et de Tlaltecuhtli,
Culture Mexica, Postclassique,
Museo del Templo Mayor, Mexico.
Photo C. Cisneros, disponible le 23 juin 2010

Les fouilles qui n'ont jamais cessé depuis ont permis la mise au jour de très nombreuses offrandes, élargissant ainsi nos connaissances sur les Mexicas. Il reste cependant deux obstacles. Premièrement López Luján, soutenu par Matos Moctezuma, a rapidement affirmé l'hypothèse selon laquelle le monolithe de Tlatelcuhtli cachait la tombe du tlatoani Ahuizotl, prédecesseur de Moctezuma II. Or, jusqu'à présent, López Luján et son équipe n'a toujours pas trouvé de trace de cette tombe, même s'il considère que la multiplication et la richesse des offrandes seraient un argument tendant à prouver son existence. Deuxièmement, les fouilles atteignent des limites physiques et géologiques. Les fouilles se font en entonnoir et les archéologues ne peuvent plus accéder au matériel à fouiller et extraire. Qui plus est, on atteint les limites du périmètre autorisé pour les fouilles.

López Luján a donc annoncé que les travaux continueront mais sous une forme un peu différente. L'idée est de creuser un tunnel étroit vers l'ouest et de creuser différents puits de sondage. Jusqu'à présent les fouilles s'étaient déroulées vers le sud et l'ancienne chausée de Tacuba. Selon López Luján, les restes d'Ahuizotl ont probablement été incinérés et déposés à cet endroit. C'était du moins le modus operandi des funérailles des nobles et dirigeants de haut rang (cf. Chavez Balderas, 2006). Les sources coloniales comme Duran ont été ainsi corroborées par des fouilles antérieures : plusieurs urnes funéraires ont ainsi été retrouvées dans l'enceinte du Templo Mayor.

Dans son entretien avec Ana Mónica Rodríguez, Leonardo López Luján revient sur un élément peu clair du monolithe de Tlaltecuhtli : le trou en son centre.


Si vous observez attentivement la partie entourée en rouge, vous pourrez voir en deux pieds chaussées de sandales en obsidienne, appelées itzcactli. López Luján explique qu'elles faisaient partie d'un personnage vraisemblablement représenté de profil. Dès lors son identification est difficile : "... avec ce type de chaussures, on représentait Tonatiuh, Huitzilopochtli, Xiuhtecuhtli, Tecaztlipoca, Tláloc, Chantico, Xilomen, les dieux du pulque, Mitlanctecuhtli, Chiconahui Itzcuintli, Itztapaltótec et Xipe Tótec." Et López Luján d'ajouter malicieusement : "Moctezuma II avait l'habitude de chausser des itzcactli."

Une autre question qui se pose sur ce trou, c'est son existence même. Pourquoi cette dalle a-t-elle brisée ? Fut-ce intentionnel ou accidentel ? Si nous continuons le jeu des hypothèses, on pourrait se demander pourquoi il était nécessaire de supprimer l'image de la divinité ou du personnage représenté. Toute proportion gardée, on sait que les Egyptiens n'hésitaient pas à effacer le visage de certains personnages, comme Akhénaton, pour en supprimer l'âme.

Enfin, dernière chose à noter, Leonardo López Luján va publier deux ouvrages dans les prochaines semaines :
  • Leonardo López Luján y Colin McEwan, coordinadores. 2010. Moctezuma II: tiempo y destino de un gobernante, INAH, Mexico.
  • Leonardo López Luján. 2010. Tlaltecuhtli, Fundación conmemoraciones 2010/ INAH, Mexico.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…