Accéder au contenu principal

Discussion en ligne avec Eduardo Matos Moctezuma

A l’instar de nombreux quotidiens en ligne, comme Le Monde ou Libé en France, El Universal a effectué un entretien le 28 juin dernier avec Eduardo Matos Moctezuma, accessible en cliquant sur le titre de cette note. Mais dans ce cas, l’archéologue et spécialiste des Mexicas s’est prêté au jeu des questions-réponses avec les internautes. Malheureusement on n’en retient que peu de choses, tant les questions étaient répétitives, et donc les réponses redondantes. On notera aussi la promotion que Matos Moctezuma fait pour l’exposition sur Moctezuma II : mais comme il en est un des commissaires, cela n’est guère surprenant.

Morceaux choisis :
« Comment définiriez-vous la déesse de la Terre ? Que représente-t-elle pour vous ?
- Si tu vas à l’exposition du Museo del Templo Mayor, vous aurez (sic) l’information adécuate sur ce point »
Rien sur le sentiment personnel de Matos…

« Pourquoi ne peut-on pas visiter la pyramide des crânes et la déesse Coyolxahutli (sic) ?
- On peut parcourir cette partie au Nord du Templo Mayor dès maintenant. Si tu visites l’exposition de Moctezuma, tu peux en profiter pour voir ce que tu évoques. »
Si nos souvenirs sont bons, on peut voir la réplique de la pierre de Coyolxauhqui au pied de l’escalier du temple de Huitzilopochtli, la partie sud de la pyramide double.

« En tant que directeur du Projet Templo Mayor, que représente pour vous le fait que Tlaltecuhtli soit dans un musée, après une attente de tant d’années ?
- Il n’a pas fallu attendre beaucoup, puisqu’on l’a découverte en 2006. Maintenant on peut la voir et j’espère que tu le feras. »

« Expliquez-nous comment est organisée l’expo Moctezuma II ?
- Le mieux est que tu la parcoures parce qu’elle est très intéressante. »

Plus surprenantes sont les imprécisions de nombres d’internautes et, celles plus rares, de leur interlocuteur.
« Veuillez excuser mon ignorance mais pourquoi on parle de Tlaltecuhtli au féminin si la terminaison (sic) « tecuhtli » est utilisée pour dire « seigneur ». Et Matos de répondre succinctement « tecuhtli » correspond à une personne et peut être masculin ou féminin ». Si la réponse de Matos Moctezuma est tout à fait correcte, il aurait été judicieux de rappeler que Tlaltecuhtli peut être représenté sous des traits masculins ou féminins. L’archéologue a d’ailleurs rédigé un excellent article sur le sujet.

« Qu’est-ce qui vous a le plus surpris à propos du monolithe de Tlaltecuhtli ?
- L’information qu’il nous donne en ce qui concerne les rituels funéraires. »
Ici encore Matos Moctezuma aurait pu développer sa réponse et parler par exemple de l’offrande 125, de ses silex décorés avec les atours de Xolotl et Quetzalcoatl.
Retenons quand même la publication prochaine d’un livre sur l’histoire de l’archéologie mexicaine et celle à venir de Leonardo López Luján sur l’art monumental mexica. Enfin Matos a évoqué la préparation d’un nouvel ouvrage ayant pour thème la mort dans le Mexique préhispanique.

On appréciera particulièrement la mise au clair de Matos Moctezuma sur des questions pour le moins surprenantes :
"Le gouvernement espagnol est en train d’utiliser d’influences pour modifier l’histoire. Il cherche à faire oublier au Mexique et au monde les détails cruels de la Conquête et de la Colonie et pose en saints évangélisateurs les conquistadores.
- L’archéologie, en tant que partie de l’histoire, doit rester collée à la vérité et non pas inventer quelque chose qui aille dans un sens ou un autre. Je ne sais rien de cette campagne mondiale dont vous parlez."
De la même manière, on retiendra le début d’explication de Matos pour expliquer les différents fragments qui composent le monolithe et son trou au centre : « On pense que ce sont les Mexicas voulurent l’élever et placèrent des rondins de bois dessous, ce qui a pu provoquer la rupture de la pièce". A la différence de López Luján qui n’avait pas manqué de parler de la présence de sandales d’obsidiennes, et donc la représentation d’un personnage, Matos Moctezuma explique simplement qu’on devait certainement voir le nombril de la déesse sur la pièce manquante.
Pour conclure, le salon de discussion d’El Universal laisse un arrière-goût sans saveur. Est-ce les contraintes de temps, la succession rapide des questions ou leur manque de précisions, ce format qui privilégie l’interactivité entre le lecteur et le spécialiste laisse franchement à désirer. Un modérateur était en charge de choisir les questions. Sur les 65 proposées, Matos Moctezuma a répondu à 56.
Sa plus belle réponse est celle qu’il fait à une jeune étudiante en archéologie avide de conseils. « Qu’on ne te dise pas que tu vas mourir de faim. On doit étudier ce qu’on aime et si tu aimes l’archéologie, alors fonce ! » J’aurais aimé avoir des proches et des professeurs qui me motivent de cette manière !

Références :
MATOS MOCTEZUMA, Eduardo. 1990.
« Tlaltecuhtli señor de la tierra ». In Obras, Estudios mexicas, I (tomo 2), E. Matos Moctezuma, Colegio Nacional, Mexico, p. 3-55 [rééd. de ECN, núm 27, IIH-UNAM, Mexico p. 15-40].

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…