Accéder au contenu principal

Exposition La Ventilla, un barrio antiguo de la ciudad de Teotihuacan

Alors que l'exposition Teotihuacan, ciudad de los dioses continue son petit tour du monde, les responsables de l'INAH et de la zone archéologique de Teotihuacan ont décidé de proposer une exposition plus réduite en nombre de pièces mais pas en ce qui concerne sa qualité et son intérêt.

La Ventilla est un ancien quartier d'artisans situé au sud ouest de la zone archéologique de Teotihuacan. Son occupation remonte à 200 après Jésus Christ et se termina apparemment vers 650, probablement lors de troubles et d'incendies qui ravagèrent toute la cité. Ses habitants travaillaient la pierre, les plumes et les coquillages.

Depuis 1992, la Ventilla est régulièrement fouillée et a permis de retrouver une quantité d'objets et de peintures murales non négligeables. Parmi les objets exposés on compte des encensoirs, des caissettes, des boîtes et des figurines en céramique, des pierres vertes et des accessoires en nacre. D'autre part des reproductions des peintures murales, conservées in situ, sont proposées au public.

La Ventilla est un prototype de quartier teotihuacain si on considère son découpage de rues à angle droit, son système d'écoulement des eaux et une architecture organisée autour d'une place centrale, où les temples, les habitations et les ateliers des artisans sont clairement reconnaissables.

L'exposition est divisée en cinq parties. La première propose des maquettes qui reconstitue ce qu'aurait été le quartier de la Ventilla. La deuxième salle propose les répliques des peintures murales qui ornaient le temple principal du quartier : on peut y observer des coeurs humains sectionnés et des couteaux recourbés d'obsidienne. Mais ce sont surtout les peintures de l'Edifice aux bords rouges et la Cour des Chalchiuhuites qui sont mis en avant.

Le troisième espace de l'exposition explore les bâtiments administratifs dont la Cour des Jaguars et la Place des Glyphes sont les exemples les plus remarquables.


Jaguar, peinture murale de la Ventilla, Teotihuacan

Personnage portant une coiffe et plusieurs accessoires, La Ventilla, Teotihuacan.

Le quatrième temps de l'exposition permet d'aborder les logements et les ateliers des artisans de la Ventilla. Le visiteur peut autant voir les oeuvres de ces derniers que les outils qu'ils utilisaient pour les réaliser. C'est là également qu'on pourra faire connaissance des rituels funéraires pratiqués dans le quartier : trois des quelques trois cents enterrements retrouvés à ce jour ont ainsi été recréés à partir des données archéologiques obtenues lors des campagnes sucessives de fouilles. Mais on peut toucher la vie quotidienne de ces gens en voyant les objets qu'ils utilisaient pour conserver, préparer et conserver leurs aliments.

La dernière partie aborde le système politique qui pourrait avoir régi, non seulement le quartier de la Ventilla mais également la ville.

Au contraire de sa grande soeur, on peut regretter que l'expo la Ventilla n'ait pas bénéficié du même traitement. Elle restera ouverte jusqu'au 30 septembre prochain. Cependant on peut voir un petit diaporama sur le site de l'INAH.

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Curieuses découvertes au pied de la Pyramide de la Lune à Teotihuacan

Dans un bulletin publié hier sur le site de l'INAH, Verónica Ortega, sous-directrice de la zone archéologique de Teotihuacan, a annoncé une série de découvertes troublantes reprises dans différents médias mexicains comme la Jornada, Milenio ou El Universal. Cette partie du site est d’ailleurs le pré carré de la chercheuse mexicaine, elle qui fut notamment en charge de la supervision du Palais de Quetzalpapalotl.



“La nature a horreur du vide”, disait Aristote. Force est de constater que le vide était abhorré dans la cosmovision mésoaméricaine. En plus de cent années d’exploration à Teotihuacan, la place située au pied de la Pyramide de la Lune n’a été sondée et fouillée superficiellement que dans les années 1960 ! La Structure A qui la ferme au nord est pourtant en train de révéler des secrets trop longtemps gardés. Mesurant 25 m de côté, cette structure continue de générer de nombreuses interprétations et de polémiques entre spécialiste. Elle est composée en surface d’une dizaine …

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement le monument le plus représenté et le plus publié sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnu comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts sompteux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.


Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante à El Pañhü, Hidalgo, ou à Teteles de Ocotit…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…