Accéder au contenu principal

Annulation de l'exposition à Saint Romain du Gal

"La culture prise en otage". "La cultura secuestrada".
Cette formule revient dans les commentaires de nombreux internautes français et mexicains pour dénoncer le gigantesque combat d'egos entre les présidents Felipe Calderón et Nicolas Sarkozy. L'amitié franco-mexicaine restera diplomatiquement marquée par les turpitudes des dirigeants des pays. La culture, prise en otage par deux individus, deux gouvernements contre l'échange interculturel entre 180 000 000 de citoyens. La culture prise en otage par de petits chefs en quête de reconnaissance politique et publique, alors que de rares esprits ouverts au Mexique comme en France, demandent le maintien de l'année du Mexique en France. Ne croyez pas que j'oublie certains (ir)responsables de gauche qui montrent qu'en France comme au Mexique, on a le sang chaud et on ne tourne jamais suffisamment sa langue dans sa bouche avant de parler. Comme le dit l'écrivain mexicain et francophone Alberto Ruz-Sanchez sur son carnet, "Pensar con gatos en la panza es pensar poco". Martine Aubry a par exemple réautorisé l'exposition Drôles d'estampes. Preuve en est qu'on réagit surtout pour occuper plus le terrain politique qu'autre chose en France.
La culture prise en otage se manifeste par l'annulation d'événements majeures de l'Année du Mexique en France. On savait depuis hier que le festival Rio Loco qui devait accueillir 133 groupes et artistes mexicains à Toulouse a été annulé. Au final, les impôts des contribuables mexicains et étrangers au Mexique vont être utilisés pour rapatrier les artistes pour pas moins de 120000 euros.
Désormais c'est la plus petite des trois expositions d'art mésoaméricain qui en fait les frais. : "Trésors du Veracruz"  a été indéfiniment "suspendue" selon la conservatrice du musée  de Saint Romain. Alors que la scénographie était installée, les quelques 200 pièces olmèques, totonaques et huastèques placée, que l'ambassadeur du Mexique en France et le gouverneur de l'état du Veracruz devaient l'inaugurer, l'exposition est vouée à l'annulation.  Pire les pièces repartent au Mexique dès ce samedi, si on en croit le quotidien Libération, repris par son collègue mexicain La Jornada. Nous en avions parlé de cette exposition il y a quelques semaines dans ce carnet. Coût de l'opération : 2 000 000 d'euros à la charge de la CONACULTA, c'est-à-dire des impôts par les Mexicains... Inadmissible.
Quid des deux expos parisiennes sur les Mayas qui doivent avoir lieu à partir dans les prochains mois ? Le soufflé va-t-il retomber ? La Realpolitik reprendra-t-elle le dessus ? La culture, si souvent mise au ban, si peu appuyée par les présidents Calderón et Sarkozy pourra-t-elle reprendre son rôle fédérateur et unitaire des peuples ?

La culture, prise en otage alors que c'est la présumée séquestration d'individus qui est à l'origine de tout cet imbroglio juridico-politico-diplomatique. Ni la France, ni le Mexique ne sortent grandi de cette affaire. La France à cause des déclarations tapageuses de sa ministre des Affaires Etrangères et de son président, en quête d'une popularité depuis longtemps perdue et en dépit du clientélisme qui les caractérisent. Le Mexique à cause d'un nationalisme exarcerbé par son président qui est incapable de respecter la parole donnée à l'étranger et de légitimer un système judiciaire corrompu à tous les niveaux.
Comme le disait récemment la journaliste mexicaine et francophile Denise Maerker, rien n'est cependant perdu. Cela prendra du temps et les choses changeront en même temps que les élections présidentielles en 2012 apporteront certainement un renouvellement de la relation bilatérale. Pour l'heure, nous sommes en deuil : combien de temps les Français devront attendre pour revoir trois expositions majeures sur les peuples mésoaméricains sur leur territoire? Longtemps, très longtemps. Au Mexique, les élus commencent peut-être de mesurer l'ampleur de la décision de Calderon et l'ensemble de la chambre des députés a d'ores et déjà demandé au président mexicain de revenir sur sa décision.  Décision surprenante dans la mesure où tous les partis mexicains s'étaient rangés derrière le chef de l'exécutif pour appuyer son renoncement à l'Année du Mexique en France. Pour quelles raisons se comportent-ils comme des girouettes ?

Je termine cette note en ayant une pensée pour le fils de Sylvianne et Philippe, un des conservateurs de l'exposition de Saint Romain du Gal. Votre travail n'a pas été récompensé, pas plus que celui des conservateurs des musées mexicains, aussi déçus et désamparés que vous. Espérons que vous puissiez revivre le plaisir de revoir les pièces veracruzaines dans une nouvelle expo. C'était juste un entraînement pour la prochaine fois.
4 commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 297 - Exposición Lakii'n: poderio del oriente maya con Alfredo Barrera Rubio

Esta semana en Raíces recibimos al Dr. Alfredo Barrera Rubio, investigador yucateco reconocido por sus aportes a la arqueología y antropología de este estado. En el caso que nos concierna, el Dr. Barrera Rubio ha sido parte de la curaduría de la exposición Lakii'n: poderio del oriente maya que tiene sede en el Museo del Palacio Cantón, radicado en la ciudad de Mérida.


Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.



Créditos musicales
Referencias bibliográficas
Exposiciones Exposición Lak'iin: poderío del oriente maya, Museo Palacio Cantón, Mérida, Boletín INAH, hasta junio 2017.
Maya, das rätsel der Königsstädte, Historisches Museum der Pfalz, Domplatz, Espira, Alemania, 2/10/2016 - 23/04/2017.

Exposición Milpa, pueblos del maíz, Museo Regional de Querétaro, Querétaro, México, hasta el 5/03/2017.
Exposición Xipe Totec y la regeneración de la vida, Museo del Templo Mayor, Ciudad de México, hasta marzo 2017. 
Exposición Lo de candela: afrodescendien…