Accéder au contenu principal

Vers un dégagement progressif du temple de Quetzalcoatl-Ehecatl

Dans un de ses récents bulletins, l'INAH rapporte l'avancée de fouilles qui ont lieu dernière la cathédrale métropolitaine de Mexico. L'année dernière, le PAU (Programa de Arqueologia Urbana) avait permis la localisation d'un temple rond probablement dédié à Quetzalcoatl-Ehecatl, une des principales divinités des peuples mésoaméricains, à quelques dizaines mètres de la Pyramide double de Tlaloc et de Huitzilopochtli.

Désormais, ce sont 30 mètres de la plateforme de la pyramide ronde qui ont été dégagés par les archéologues. La longueur de la plateforme est estimée à 34 mètres. L'année dernière, Raul Barrera Rodriguez, responsable du PAU, avait proposé un diamètre de 14 mètres. En fait, il semblerait qu'il soit de 18 mètres.


Lors d'une conférence présentée à l'auditorium Eduardo Matos Moctezuma, Barrera Rodriguez a notamment insisté sur les travaux de consolidation et de restauration des stucs peints découverts sur la base de la pyramide. Diego Duran rapporte l'existence du temple de Quetzalcoatl à Cholula et les fêtes qu'on y effectuait en son honneur (2002 : vol. II, VI, 74). Il explique l'importance de cette divinité pour bon nombres de peuples mésoaméricains.

Plus amène à l'exagération et à l'imagination, Bernal Diaz del Castillo propose une vision plus fantastique du temple rond qui sera retrouvé à Tlatelolco, à quelques kilomètres de Tenochtitlan :

"(...) y un poco apartado del gran cú estaba otra torrtecilla que también era casa de ídolos o puro infierno, porque tenía la boca de la una puerta una muy espantable boca de las que pintan que dicen que están en los infiernos con la boca abierta y grandes colmillos para tragar las ánimas; y asimismo estaban unos bultos de diablos y cuerpos de sierpes juntos a la puerta (...)" (1961, chap XXXIX)

Ce passage certainement exagéré propose cependant des éléments intéressants, notamment l'existence d'une "tourelle", dont la porte était encadrée de peintures représentant des gueules de serpent. Ces propos ont ensuite constamment été réutilisés pour définir l'apparence de la pyramide de Quetzalcoatl à Tenochtitlan. L'architecte Ignacio Marquina proposa en son temps une reconstitution de cette pyramide en s'inspirant des deux textes. Mais ces informations concernent d'autres temples d'Ehecatl et non celui qui nous intéresse. Gageons que cet oubli est dû à la seule responsabilité au rédacteur de ce bulletin et non à Barrera Rodriguez.

Cependant la courte description de Diaz del Castillo peut être interprétée différemment. Récemment, Lopez Austin et Lopez Lujan rappellent l'existence d'un problème iconographique dans toute la Mésoamérique : celui de la représentation de la grotte. Celle-ci est présente depuis les Olmèques jusqu'aux Mexicas en passant par les Zapotèques, les Mayas des Hautes et Basses Terres (2009 : 255). Selon Baudez, cette représentation serpentiforme bicéphale visible sur la structure 20 du site de Chicanna n'aurait pas grand-chose à voir avec le serpent à plumes. Il s'agit du monstre terrestre, également représenté sur des poteries ou des stèles pour symboliser la mort ou la naissance d'un nouveau dirigeant assimilé au soleil (2007 : 36, ill. 7).

Bibliographie :
C.-F. Baudez.
2007. "Los dioses mayas : una aparicion tardia", in Arqueologia mexicana, vol. XV, 88, Mexico: Editorial Raices, p. 32-37.

B. Diaz del Castillo.
1961. Historia verdadera de la conquista de la Nueva España, Madrid : Fernández Editores. Disponible en ligne le 26 février 2011 sur : http://www.antorcha.net/biblioteca_virtual/historia/bernal/indice.html .

D. Duran.
2002. Historias de las Indias de Nueva España e islas de tierra firme. 2 vols. Mexico : Cien de México.

A. Lopez Austin & L. Lopez Lujan.
2009. Monte sagrado-Templo Mayor. Mexico : INAH-UNAM.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Curieuses découvertes au pied de la Pyramide de la Lune à Teotihuacan

Dans un bulletin publié hier sur le site de l'INAH, Verónica Ortega, sous-directrice de la zone archéologique de Teotihuacan, a annoncé une série de découvertes troublantes reprises dans différents médias mexicains comme la Jornada, Milenio ou El Universal. Cette partie du site est d’ailleurs le pré carré de la chercheuse mexicaine, elle qui fut notamment en charge de la supervision du Palais de Quetzalpapalotl.



“La nature a horreur du vide”, disait Aristote. Force est de constater que le vide était abhorré dans la cosmovision mésoaméricaine. En plus de cent années d’exploration à Teotihuacan, la place située au pied de la Pyramide de la Lune n’a été sondée et fouillée superficiellement que dans les années 1960 ! La Structure A qui la ferme au nord est pourtant en train de révéler des secrets trop longtemps gardés. Mesurant 25 m de côté, cette structure continue de générer de nombreuses interprétations et de polémiques entre spécialiste. Elle est composée en surface d’une dizaine …

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement le monument le plus représenté et le plus publié sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnu comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts sompteux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.


Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante à El Pañhü, Hidalgo, ou à Teteles de Ocotit…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…