Accéder au contenu principal

Vers un dégagement progressif du temple de Quetzalcoatl-Ehecatl

Dans un de ses récents bulletins, l'INAH rapporte l'avancée de fouilles qui ont lieu dernière la cathédrale métropolitaine de Mexico. L'année dernière, le PAU (Programa de Arqueologia Urbana) avait permis la localisation d'un temple rond probablement dédié à Quetzalcoatl-Ehecatl, une des principales divinités des peuples mésoaméricains, à quelques dizaines mètres de la Pyramide double de Tlaloc et de Huitzilopochtli.

Désormais, ce sont 30 mètres de la plateforme de la pyramide ronde qui ont été dégagés par les archéologues. La longueur de la plateforme est estimée à 34 mètres. L'année dernière, Raul Barrera Rodriguez, responsable du PAU, avait proposé un diamètre de 14 mètres. En fait, il semblerait qu'il soit de 18 mètres.


Lors d'une conférence présentée à l'auditorium Eduardo Matos Moctezuma, Barrera Rodriguez a notamment insisté sur les travaux de consolidation et de restauration des stucs peints découverts sur la base de la pyramide. Diego Duran rapporte l'existence du temple de Quetzalcoatl à Cholula et les fêtes qu'on y effectuait en son honneur (2002 : vol. II, VI, 74). Il explique l'importance de cette divinité pour bon nombres de peuples mésoaméricains.

Plus amène à l'exagération et à l'imagination, Bernal Diaz del Castillo propose une vision plus fantastique du temple rond qui sera retrouvé à Tlatelolco, à quelques kilomètres de Tenochtitlan :

"(...) y un poco apartado del gran cú estaba otra torrtecilla que también era casa de ídolos o puro infierno, porque tenía la boca de la una puerta una muy espantable boca de las que pintan que dicen que están en los infiernos con la boca abierta y grandes colmillos para tragar las ánimas; y asimismo estaban unos bultos de diablos y cuerpos de sierpes juntos a la puerta (...)" (1961, chap XXXIX)

Ce passage certainement exagéré propose cependant des éléments intéressants, notamment l'existence d'une "tourelle", dont la porte était encadrée de peintures représentant des gueules de serpent. Ces propos ont ensuite constamment été réutilisés pour définir l'apparence de la pyramide de Quetzalcoatl à Tenochtitlan. L'architecte Ignacio Marquina proposa en son temps une reconstitution de cette pyramide en s'inspirant des deux textes. Mais ces informations concernent d'autres temples d'Ehecatl et non celui qui nous intéresse. Gageons que cet oubli est dû à la seule responsabilité au rédacteur de ce bulletin et non à Barrera Rodriguez.

Cependant la courte description de Diaz del Castillo peut être interprétée différemment. Récemment, Lopez Austin et Lopez Lujan rappellent l'existence d'un problème iconographique dans toute la Mésoamérique : celui de la représentation de la grotte. Celle-ci est présente depuis les Olmèques jusqu'aux Mexicas en passant par les Zapotèques, les Mayas des Hautes et Basses Terres (2009 : 255). Selon Baudez, cette représentation serpentiforme bicéphale visible sur la structure 20 du site de Chicanna n'aurait pas grand-chose à voir avec le serpent à plumes. Il s'agit du monstre terrestre, également représenté sur des poteries ou des stèles pour symboliser la mort ou la naissance d'un nouveau dirigeant assimilé au soleil (2007 : 36, ill. 7).

Bibliographie :
C.-F. Baudez.
2007. "Los dioses mayas : una aparicion tardia", in Arqueologia mexicana, vol. XV, 88, Mexico: Editorial Raices, p. 32-37.

B. Diaz del Castillo.
1961. Historia verdadera de la conquista de la Nueva España, Madrid : Fernández Editores. Disponible en ligne le 26 février 2011 sur : http://www.antorcha.net/biblioteca_virtual/historia/bernal/indice.html .

D. Duran.
2002. Historias de las Indias de Nueva España e islas de tierra firme. 2 vols. Mexico : Cien de México.

A. Lopez Austin & L. Lopez Lujan.
2009. Monte sagrado-Templo Mayor. Mexico : INAH-UNAM.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Compte-rendu Arqueología mexicana 142

Arqueología mexicana nous propose une réflexion très complète et bien ficelée dans son numéro de novembre-décembre. A première vue, parler de législation pourrait paraître peu lié à ce qui constitue la raison même de la revue co-éditée par l’INAH et l’éditeur Raíces. Cependant il s’agit d’un thème qui nous plonge au coeur du mode de vie des peuples préhispaniques et l’adaptation de ces systèmes à celui importé du royaume de Castille et León.




Le dossier thématique contient huit articles. Dans le premier, rédigé par Carlos Brokmann, il est question de la diversité des systèmes juridiques dans l’ancien Mexique. Un point commun est qu’il s’agit de systèmes de lois reposant sur la tradition orale, répondant à une punition correspondant à chaque acte s’éloignant de la coutume ou de la conduite enfreinte. Si la majorité des documents font surtout référence aux lois et au système juridiques des Mexicas, il serait inapproprié que tous avaient la même organisation ou les mêmes règles de vie soci…

Décès du mayiste Erik Boot

Le nom d'Erik Boot ne vous est probablement pas très familier. Anthropologue néerlandais, diplômé de l'Université de Leyden et épigraphiste très doué, Boot était notamment un chercheur indépendant et un carnetier passionné : il en rédigeait trois en anglais depuis plus d'une dizaine d'années.

Maya News Update, un carnet présentant différentes actualités sur les groupes mayas préhispaniques.Ancien Mesoamerica News Update, carnet d'informations sur les découvertes concernant les anciennes cultures du Mexique et d'Amérique centrale.Maya Glyph Blog, un dernier carnet contenant les différentes propositions épigraphiques de Boot.Ses derniers billets concernaient une exposition sur les Mayas que le gouvernement guatémaltèque avait envoyé aux Pays-Bas en début d'année.
Mais Erik Boot n'était pas qu'un simple carnetier. Il avait notamment publié une quarantaine d'articles et d'essais qu'on peut retrouver sur la page Academia.edu. Comme tout bon may…