Accéder au contenu principal

Vers un dégagement progressif du temple de Quetzalcoatl-Ehecatl

Dans un de ses récents bulletins, l'INAH rapporte l'avancée de fouilles qui ont lieu dernière la cathédrale métropolitaine de Mexico. L'année dernière, le PAU (Programa de Arqueologia Urbana) avait permis la localisation d'un temple rond probablement dédié à Quetzalcoatl-Ehecatl, une des principales divinités des peuples mésoaméricains, à quelques dizaines mètres de la Pyramide double de Tlaloc et de Huitzilopochtli.

Désormais, ce sont 30 mètres de la plateforme de la pyramide ronde qui ont été dégagés par les archéologues. La longueur de la plateforme est estimée à 34 mètres. L'année dernière, Raul Barrera Rodriguez, responsable du PAU, avait proposé un diamètre de 14 mètres. En fait, il semblerait qu'il soit de 18 mètres.


Lors d'une conférence présentée à l'auditorium Eduardo Matos Moctezuma, Barrera Rodriguez a notamment insisté sur les travaux de consolidation et de restauration des stucs peints découverts sur la base de la pyramide. Diego Duran rapporte l'existence du temple de Quetzalcoatl à Cholula et les fêtes qu'on y effectuait en son honneur (2002 : vol. II, VI, 74). Il explique l'importance de cette divinité pour bon nombres de peuples mésoaméricains.

Plus amène à l'exagération et à l'imagination, Bernal Diaz del Castillo propose une vision plus fantastique du temple rond qui sera retrouvé à Tlatelolco, à quelques kilomètres de Tenochtitlan :

"(...) y un poco apartado del gran cú estaba otra torrtecilla que también era casa de ídolos o puro infierno, porque tenía la boca de la una puerta una muy espantable boca de las que pintan que dicen que están en los infiernos con la boca abierta y grandes colmillos para tragar las ánimas; y asimismo estaban unos bultos de diablos y cuerpos de sierpes juntos a la puerta (...)" (1961, chap XXXIX)

Ce passage certainement exagéré propose cependant des éléments intéressants, notamment l'existence d'une "tourelle", dont la porte était encadrée de peintures représentant des gueules de serpent. Ces propos ont ensuite constamment été réutilisés pour définir l'apparence de la pyramide de Quetzalcoatl à Tenochtitlan. L'architecte Ignacio Marquina proposa en son temps une reconstitution de cette pyramide en s'inspirant des deux textes. Mais ces informations concernent d'autres temples d'Ehecatl et non celui qui nous intéresse. Gageons que cet oubli est dû à la seule responsabilité au rédacteur de ce bulletin et non à Barrera Rodriguez.

Cependant la courte description de Diaz del Castillo peut être interprétée différemment. Récemment, Lopez Austin et Lopez Lujan rappellent l'existence d'un problème iconographique dans toute la Mésoamérique : celui de la représentation de la grotte. Celle-ci est présente depuis les Olmèques jusqu'aux Mexicas en passant par les Zapotèques, les Mayas des Hautes et Basses Terres (2009 : 255). Selon Baudez, cette représentation serpentiforme bicéphale visible sur la structure 20 du site de Chicanna n'aurait pas grand-chose à voir avec le serpent à plumes. Il s'agit du monstre terrestre, également représenté sur des poteries ou des stèles pour symboliser la mort ou la naissance d'un nouveau dirigeant assimilé au soleil (2007 : 36, ill. 7).

Bibliographie :
C.-F. Baudez.
2007. "Los dioses mayas : una aparicion tardia", in Arqueologia mexicana, vol. XV, 88, Mexico: Editorial Raices, p. 32-37.

B. Diaz del Castillo.
1961. Historia verdadera de la conquista de la Nueva España, Madrid : Fernández Editores. Disponible en ligne le 26 février 2011 sur : http://www.antorcha.net/biblioteca_virtual/historia/bernal/indice.html .

D. Duran.
2002. Historias de las Indias de Nueva España e islas de tierra firme. 2 vols. Mexico : Cien de México.

A. Lopez Austin & L. Lopez Lujan.
2009. Monte sagrado-Templo Mayor. Mexico : INAH-UNAM.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…