Accéder au contenu principal

Carnet du projet Seibal, Guatemala

Takeshi Inomata et Daniela Triadan, professeurs-chercheurs à l'Université d'Arizona (où officie également Michael Smith, ont commencé l'écriture d'un carnet racontant leurs fouilles sur le site maya de Seibal. Cette cité du Peten connut son acmé pendant le Classique, avant de tomber sous le joug de sa rivale Dos Pilas en 730. Néanmoins, le site continua d'être occupé jusqu'au Xe siècle, même après l'abandon de la plupart des villes mayas.

Seibal ou Ceibal connut une première grande période d'exploration dans les années 1960 et avait révélé des stèles au contenu épigraphique de premier ordre.


Inomata et Triadan rédigent quotidiennement un billet et évoquent tout autant la longue préparation du projet et sa mise en oeuvre. Ils présentent aussi longuement leur équipe.

Néanmoins, il est dommage que leurs billets soient mélangés avec ceux d'autres chercheurs travaillant sur d'autres projets. Mais cela a le mérite au moins de faire connaître au grand public les travaux qu'ils effectuent. Mais rares sont les carnets qui proposent de connaître l'avancée des fouilles presque en direct. Deux enterrements ont ainsi été catalogués au moment où nous écrivons ces lignes. Une telle lecture est possible car les lois guatémaltèques sont peut-être moins strictes que les lois mexicaines. Il est en effet difficile, voir presque impossible pour un archéologue travaillant au Mexique de rédiger un tel carnet de notes. Cela est notamment dû aux statuts de l'INAH qui exige que les informes soient avant tout remis à l'Archivo general, situé en face du Templo Mayor. L'INAH règlemente tout aussi sévèrement toute publication de tableaux analytiques, de photos ou dessins, car ils sont sa propriété.

Ce monopole est compréhensible dans la mesure où il s'agit de la sauvegarde du patrimoine mexicain. Ce type de politique est en vigueur depuis la création de l'Inspeccion general de monumentos historicos, pendant le Porfiriat. Néanmoins, à une époque qui exige la circulation de l'information, l'INAH serait bien inspiré de numériser son immense archive et de le mettre à la disposition des mésoaméricanistes du monde. Cela ne relève pas de l'impossible et permettrait sans doute de grandes avancées dans l'interprétation de données à l'accès plus que restreint.

[Note mise à jour le 1er mars 2011 par Cacalotl]
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…

Fouilles de sauvetage à Zacatenco, Mexico

Sur son site internet, l'INAH fait état de fouilles de sauvetage au nord de Mexico, préalables à la construction de l'aqueduc Guadalupe, à quelques encâblures de la Basilique de Guadalupe.  Après six mois de travaux dirigés à Zacatenco par la jeune Estibaliz Aguayo Ortíz, les résultats sont tout simplement surprenants. 
On dispose de peu de contextes fouillés systématiquement dans la vallée de México et datés du Préclassique. Vaillant (1930) avait fouillé à Zacatenco dès 1928 et publié ses résultats deux ans plus tard. Une des références en la matière a été le travail effectué ensuite par Piña Chan (1958) à Tlatilco.  Puis il a fallu attendre des fouilles de Sanders et Parsons à la fin des années 1960 pour en savoir un peu plus sur Zacatenco.

Les découvertes de la Direction d'Archéologie de Sauvetage de l'INAH sont de deux types. Tout d'abord les restes de 145 individus ont jusqu'à présent retrouvés. Certains enterrements comptaient jusqu'à trois individus da…