Accéder au contenu principal

Cent millions de pesos pour un musée

Le quotidien La Jornada propose un article très intéressant sur sa version en ligne. On y parle du gros chèque que différentes identités gouvernementales s'apprête à signer pour doter le monolithe de Tlaltecuhtli d'un écrin digne de son nom. Nous avons déjà évoqué la construction de ce musée à plusieurs reprises durant les deux dernières années, après que Leonardo Lopez Lujan nous en a parlé.

100 millions de pesos, ce n'est pas une petite somme. Cela équivaut quand même à la rondelette somme de six millions d'euros. Rien à voir évidemment avec le Musée du Quai Branly qui en son temps coûta deux cent seize millions d'euros au contribuable français. Cette dépense n'est pas anodine : la politique culturelle du gouvernement fédéral de Felipe Calderon n'est pas réputée pour étant réduite à la portion congrue, les budgets à l'éducation, à la culture et à la recherche, diminuant chaque année un peu plus.

A titre de comparaison, ce sont plus de six cents millions de pesos qui ont été dépensés en septembre 2010 pour les fêtes du Bicentenaire de l'Indépendance, ou encore plus de deux milliards six cents millions de pesos (soit 157 millions d'euros) pour la construction du nouveau sénat mexicain (livré avec plus de 6 mois de retard et de nombreux vices de construction).

On peut donc voir cette future construction comme le verre à moitié plein ou à moitié vide. Ce nouveau musée sera l'occasion de proposer des conditions optimales de conservation et de mise en valeur du patrimoine mexicain. Les investissements de ce genre sont plus que nécessaires dans un pays où l'éducation et la culture passe après la course à l'armement dans la guerre contre les cartels de la drogue ou. On peut légitimement regretter aussi la gabegie et la manipulation occulte de fonds publics à faveur d'élus ou de hauts fonctionnaires. Une meilleure gestion (plus transparente) des fonds publics permettraient certainement de construire plus d'écoles, de bibliothèques, de musées et de théâtres

D'autres critiques pointent déjà le style architecturale, résolument moderne du futur musée et regrettent qu'on fasse fi des styles coloniaux et préhispaniques du centre historique. Ce type de commentaires n'est pas sans rappeler les voix qui s'élevèrent en France après l'inauguration du Centre Pompidou en plein quartier du Marais, les colonnes Buren au Palais-Royal ou la pyramide Pei au Musée du Louvre. Ces ouvrages publics font partie désormais du paysage urbain parisien et contribue à l'identité parisienne à l'étranger.

Un autre défi sera réservé aux archéologues qui poursuivent leurs fouilles : comment faire cohabiter un chantier avec la construction d'un bâtiment si imposant ?

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…