Accéder au contenu principal

Nouvelles données à Chiapa de Corzo

Dans un article au titre trompeur et tapageur paru dans la Jornada en ligne du 13 avril 2011, les archéologues Bruce Bachand et Emiliano Gallaga sont revenus sur la série de découvertes faites sous le Monticule 11 à Chiapa de Corzo.

En lisant le titre de cet article, j'ai tout d'abord cru à de nouvelles découvertes mais il s'agit en fait de quelques précisions qui complètent les bulletins et les infographies proposés par l'INAH tout au long de 2010. Nous nous en étions d'ailleurs fait l'écho en mai et décembre de l'année dernière. On apprenait même pendant l'été que l'INAH s'était porté acquéreur des terrains où reposait le corps du Seigneur de Chiapa, information complètement omise par le reportage de la Jornada.


Revenons-en à l'entretien accordé par les co-directeurs du projet Chiapa de Corzo. On y apprend ainsi quelques détails jusqu'à présent omis ou laissés de côté. Gallaga revient longuement sur les accessoires portés par celui qui fut probablement le dirigeant de la cité. La pièce la plus impressionante est un masque rituel en coquillage. Les yeux et la bouche olmécoïdes sont en obsidienne verte. Parallèlement ce sont cent vingt haches qui ont été retrouvées horizontalement et dirigées vers les quatre points cardinaux dans les deux complexes funéraires fouillés.

Une autre satisfaction de l'article est peut-être cette très belle photo du collier de pièces en jadéite, retrouvé parmi le mobilier funéraire de la tombe du Seigneur de Chiapa.


Collier de jadéite, Monticule 11, Chiapa de Corzo, Chiapas.
Préclassique ancien, Zoque-Olmèque.
Photo d'Hector Montaño/INAH, retrouvée le 17/04/2011 sur :

Il semblerait que les analyses et les procédés de datation n'aient pas tous aboutis, laissant ouverte une certaine marge d'erreur dans les datations préliminaires.

Selon Gallaga, les monticules 11 et 12 formaient un ensemble d'observation archéoastronomique du soleil : l'orientation des deux structures mettaient apparemment en valeur les solstices, moments des semailles. "Ce patron architectural de l'observatoire et de la plateforme serait semblable à celui de La Venta.

Il faudra retenir aussi l'hypothèse risquée mais intéressante d'Emiliano Gallaga sur la culture olmèque : "La culture olmèque, considéré comme la mère des civilisations, n'a pas été un groupe humain, mais plutôt une structure religieuse. Plusieurs groupes de nature différente ont partagé un même patron religieux, et hormis cela et les structures architecturales, il ne s'est pas passé la même chose avec la langue ou la culture." Cela expliquerait notamment la présence d'autant de vestiges olmèques  dans différentes régions du Mexique."

Je vous encourage à prendre contact avec Bruce Bachand et Emilio Gallaga sur Facebook pour en savoir plus sur le sujet.

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Curieuses découvertes au pied de la Pyramide de la Lune à Teotihuacan

Dans un bulletin publié hier sur le site de l'INAH, Verónica Ortega, sous-directrice de la zone archéologique de Teotihuacan, a annoncé une série de découvertes troublantes reprises dans différents médias mexicains comme la Jornada, Milenio ou El Universal. Cette partie du site est d’ailleurs le pré carré de la chercheuse mexicaine, elle qui fut notamment en charge de la supervision du Palais de Quetzalpapalotl.



“La nature a horreur du vide”, disait Aristote. Force est de constater que le vide était abhorré dans la cosmovision mésoaméricaine. En plus de cent années d’exploration à Teotihuacan, la place située au pied de la Pyramide de la Lune n’a été sondée et fouillée superficiellement que dans les années 1960 ! La Structure A qui la ferme au nord est pourtant en train de révéler des secrets trop longtemps gardés. Mesurant 25 m de côté, cette structure continue de générer de nombreuses interprétations et de polémiques entre spécialiste. Elle est composée en surface d’une dizaine …

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…