Accéder au contenu principal

Ouvertures de nouvelles zones archéologiques au public

Le magazine Arqueologia Mexicana annonce dans plusieurs brèves l'ouverture prochaine de plusieurs sites archéologiques à travers tout le pays.

Histoire de garder les touristes prêt de Cancun ou de Tulum, l'INAH a commencé un projet de fouilles, de restauration dans le parc national de Tulum. L'année passée, les archéologues dirigés par Alejandro Martinez Muriel ont nettoyé, consolidé et topographié Tankah sur plus de 100 ha. Le site sera ouvert d'ici à trois ans aux touristes, après d'autres consolidations et fouilles.

En fait d'après le magazine ce sont dix sites qui vont être ouverts au public dans tout le pays entre l'année passée et 2012 :
Flèche Teul, Zacatecas;
Flèche Chiapa de Corzo, Lagartero et Plan de Ayutla, Chiapas;
Flèche Cañada de la Virgen et Peralta, Guanajuato;
Flèche El Pañhu, Hidalgo;
Flèche Tehuacalco, Guerrero;
Flèche Santo Nombre, Puebla;
Flèche Tancama, Queretaro.

L'INAH a signé plusieurs accords avec les collectivités locales ou les états concernés quant à l'exploitation touristique et à la sauvegarde de ces sites.
Voilà donc de nouvelles visites à prévoir pour celles et ceux qui souhaiteraient connaître l'histoire si riche du Mexique.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le Codex de Florence disponible en haute résolution

La Bibliothèque Numérique Mondiale est une alternative intéressante à la diffusion du patrimoine littéraire universel. C'est dans ce cadre que la Bibliotèque laurentienne a autorisé la numérisation de cet ouvrage si important pour les chercheurs sur le Mexique ancien. Il est désormais possible de consulter électroniquement le texte bilingue nahuatl-castillan et les illustrations qui accompagnaient chaque livre. Bonne lecture ! Références : Bernardino de Sahagún (2012). Codex de Florence . [En ligne] Disponible sur : http://www.wdl.org/fr/item/10096/#q=Codex+de+Florence&view_type=list&search_page=1&qla=fr. [Dernier accès 02/09/2013].

Arqueologia Mexicana n°99

Avec le titre "De la crónica a la arqueología: visión de cinco ciudades prehispánicas", l'editorial propose une levée bimestrielle un peu moins rutilante que son précédent numéro sur Moctezuma. En même temps, il est difficile de faire plus fort que celui qui reste une figure importante de l'identité mexicaine. Faisons donc un rapide tour du propriétaire. Après les quelques brêves rappelant les fouilles à Chichen Itza, la restauration de la petite pyramide ronde du métro Pino Suarez ou la sortie du catalogue de l'exposition Moctezuma. Azteca Ruler, co-édité par Leonardo Lopez Lujan et Colin Mc Ewan, on peut lire l'hommage rendu par Eduardo Matos Moctezuma au Dr Miguel Leon-Portilla pour les 50 ans de la publication Visión de los Vencidos: relaciones indigenas de la Conquista . Suit une présentation du Codex Ixtlilxóchitl par Manuel Hermann Lejarazu. Le titre de ce document fait référence à son illustre propriétaire, Fernando de Alva Ixtlilxochitl (1578

Huey tlamatini Miguel León-Portilla

In cuicapicqui Ninonpehua, nihuelncuica ompa ye huitz Tollanitic,  nihuelicuica, otozcuepo, motoma xochitl Huel xiccaqui ye mocuic: cuicaichtequini ¿quen ticcuiz, noyol? Timotolinia yuhquin tlacuilolli huel titlani, huel xontlapalaqui at ahihuetzian timotolinia (León-Portilla, 2012, 148-159) On n'espérait pas entendre cette annonce dans les journaux télévisés mexicains, sur les réseaux sociaux, les pages de centres de recherches. Voilà plusieurs mois que Miguel León-Portilla était hospitalisé pour des soucis bronchopulmonaires et semblait se récupérer lentement, comme l'indiquait son épouse Ascención Hernández en mai dernier au quotidien Milenio . Finalement, le chercheur mexicain probablement le plus récompensé jusqu'à présent n'a pas résisté plus longtemps. Lire son CV sur le site de l'Instituto de Investigaciones Históricas vous permettra de vous faire une idée de son importance pour les sciences mexicaines. Réduir