Accéder au contenu principal

Livre Naufragos españoles en tierra maya par Luis Barjau

À la tête de la Direction d'Études Historiques de l'Institut National d'Anthropologie et d'Histoire, Luis Barjau est une figure reconnue de l'anthropologie mexicaine. Il y a quelques années, il publiait un ouvrage de grande rigueur intitulé Naufragos españoles en tierra maya. Cet ouvrage retrace les premiers moment de ce que Barjau considère comme l'invasion castillane en territoire maya.

Au moment où nous assistons aux 500 années de ce qui sera la chute des principales puissances politiques précolombiennes, il est nécessaire de se replonger dans ces moments peu connus de l'histoire de cette région du monde et qui ont servi de fondations à différentes identités nationales en général, la mexicaine en particulier.

Dans un premier temps, le chercheur mexicain présente le contexte politique de l'Espagne avant le départ répétées de nefs castillanes vers les Antilles, le naufrage duquel survécurent finalement Jeronimo de Aguilar y Gonzalo Guerrero, les trois voyages dirigés par Hernández, Grijalva et Cortés vers le continent qui deviendra Amérique.


Statue commémorative de Gonzalo Guerrero, Raúl Ayala Arellano.
Akumal, Quintana Roo
Crédit photo: Awakened 1, (5 novembre 2006). récupéré de https://en.wikipedia.org/wiki/File:Gonzalo_Guerrero.JPG.

Dans un deuxième moment vient une interprétation plus précise des personnages et de leur manière si opposé de vivre leur naufrage et la confrontation avec une culture si différente de la leur. Barjau revient aussi sur d'autres interprétations de ces naufrages. Il s'interroge notamment sur les "effets" (notez le choix justicieux du terme) de cette rencontre fortuite qui allait déboucher sur un tournant majeur de l'histoire mondiale. Il revient notamment sur l'importance de la figure de Gonzalo Guerrero dans l'histoire locale. Mais Guerrero fut également l'objet de poèmes dès le XVIe siècle, d'écritures, de sculptures et récits au cours de l'histoire récente. Il fut même pris comme sujet d'études philosophique par l'espagnol Fernando Savater.

Luis Barjau, conscient de l'importance de diffuser la connaissance a depuis mis en ligne son ouvrage en ligne sur Scribd. 


Il a également participé à différentes présentations de cet ouvrage. Plusieurs entretiens ont également été filmés sur ce thème. Nous vous proposons celui effectué par Eduardo Matos Moctezuma et mis en ligne le 28 août 2014 sur la chaîne Youtube de l'INAH.





Références bibliographiques
Adorno, R. (1996). La estatua de Gonzalo Guerrero en Akumal: íconos culturales y la reactualización del pasado colonial. Revista iberoamericana, 62(176), 905-923, [facsimile pdf] retrouvé de http://revista-iberoamericana.pitt.edu/ojs/index.php/Iberoamericana/article/viewFile/6267/6443 

Barjau, L. (1975). El concepto casta y la guerra de Yucatán. Nueva Antropología, 1(1), 57-75.

Barjau, L. (2003). Guerra y significado: la batalla de Centla. Diario de Campo.

Barjau, L. (2009). La conquista de la Malinche: la verdad acerca de la mujer que fundó el mestizaje en MéxicoMexico: Instituto Nacional de Antropología e Historia.

Barjau, L. (2011). Náufragos españoles en tierra maya: reconstrucción del inicio de la invasión. Mexico: Instituto Nacional de Antropología e Historia.

Braham, P. (2006). El feliz cautiverio de Gonzalo Guerrero. Hispanic review, 74(1), 1-17. [facsimile pdf] 

Pellicer, R. (1992). Gonzalo Guerrero, el primer aindiado:(Historia y literatura. siglos XVI y XVII). Nuevo Texto Crítico, 5(1), 61-72.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…