Accéder au contenu principal

Découverte d'un enterrement à Bonampak, Chiapas


L'année 2010 ne pouvait pas mieux commencer. L'INAH annonce sur son site internet la découverte d'ossements sous la seconde pièce du Temple des Peintures à Bonampak, Chiapas. Du mobilier funéraire, constitué essentiellement de tessons de céramiques et d'ornements en jadéite, a été aussi retrouvé par une équipe d'archéologues dirigée par Alejandro Tovalín Ahumada.



Ossements et éléments en jadéite, Chambre 2, Bonampak, Chiapas.
Classique (vers 800 après Jésus Christ).
Photo retrouvée le 6 janvier 2010 sur http://dti.inah.gob.mx/images/stories/boletines/2010/Enero/07_enero/brazalete_jadeita_web.jpg

Les premières analyses ont permis en effet de dater l'individu de 1300 ans environ, c'est à dire l'époque Classique tardif. Les archéologues proposent deux théories quant à son identité : l'absence de glyphes sur le mobilier funéraire ne permet pas de l'identifier. Selon les informations communiquées par Tovalín Ahumada, les ossements ont été découverts dans une crypte funéraire de 2,2 mètres de long sur 70 cm de large et 75 de profondeur. Elle est surplombé d'une petite voûte stuquée en blanc haute de 35 cm.

Le crâne est manquant, sauf sa mâchoire inférieure. La présence d'un silex à proximité pourrait indiquer le statut de victime sacrificielle de l'individu. A la place de son crâne, on a retrouvé un vase en albâtre perforé. Mais l'existence de plus de 400 pièces de jadéite qui devaient faire partie d'un pectoral permet une autre hypothèse : il s'agirait d'un parent de Chan Muan II, qui a régné sur la cité entre 776 et 792 de notre ère.



Photo retrouvé le 9 janvier 2010 sur facebook à partir du site de l'INAH.

A ses pieds deux plats avaient été disposés. L'anthropologue physique Javier Montes a expliqué qu'il s'agissait d'un homme âgé entre 35 et 42 ans et ayant mesuré 1,70 m.

Selon Tovalin Ahumada, on ne peut exclure un parent de Chan Muan II, qui a régné sur la cité entre 776 et 792 de notre ère. Chaan Muan II aiurait fait couvrir cet endroit par le Temple des Peintures. Dans la deuxième pièce où se trouvait son trône, on aurait effectué un rituel d'offrandes. Des échantillons de charbons et d'ADN ont été prélevés afin d'affiner  la datation et les éventuels liens familiaux avec d'autres ossements retrouvés  lors de précédentes campagnes de fouilles. Chan Muan II appartenait à un lignage secondaire de Bonampak.

Bonampak est situé au coeur de la forêt lacandone, à une trentaine de kilomètres au sud de Yaxchilan. En 1946, deux archéologues américains, guidés par des Indiens Lacandons, purent mettre à la lumière du monde archéologique ce qui souvent considéré comme la Pompéi maya.



La dépêche a été reprise sur le site du quotidien El Universal.

Références.

Les peintures murales de Bonampak sont assez présentes sur la toile. Malheureusement, la majeure partie des informations à leur sujet est disponible en anglais ou espagnol.



Peintures murales de la structure 1, Bonampak, Maya, Classique.
In situ. Photo retrouvée le 7 janvier 2010 sur

Consultez donc le projet de l'université de Yale. Nous ajouterons d'ailleurs ce lien dans la liste des centre de recherches mais aussi dans les banques de données iconographiques.
On peut retrouver une galerie de photos sur le site de l'Université du Michigan mais l'accès semble restreint. Le site redescolar propose une galerie plus accessible mais réalisé à partir de photos scannées dans la revue National Geographic. L'Université de Tulane en Louisiane, propose également quelques clichés intéressants.

La revue Arqueología Mexicana s'est souvent faite l'écho des découvertes et des peintures murales de Bonampak si on en juge la liste suivante de numéros contenant un article à son sujet : 9: 69. 16: 48. 19: 73. 30: 50. 36: 73. 47: 36. 51: 12. 55: 44, 54. 93: 28.

On pourra lire également les deux ouvrages pour se faire une idée plus précise de Bonampak :
Ruppert, Karl, J. Eric S. Thompson and Tatiana Proskouriakoff. 
1955. Bonampak, Chiapas, Mexico, Pub. 602, Carnegie Institute of Washington, Washington.

Miller, Mary Ellen. 
1986. The murals of Bonampak. Princeton University Press, Princetown.


Mise à jour du 15 janvier 2010.
Via le blog d'Erik Boot, nous avons trouvé trace de clichés de l'agence Notimex publiés sur le site du quotidien en ligne La Crónica de Hoy, le 7 juillet dernier. 





 

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Curieuses découvertes au pied de la Pyramide de la Lune à Teotihuacan

Dans un bulletin publié hier sur le site de l'INAH, Verónica Ortega, sous-directrice de la zone archéologique de Teotihuacan, a annoncé une série de découvertes troublantes reprises dans différents médias mexicains comme la Jornada, Milenio ou El Universal. Cette partie du site est d’ailleurs le pré carré de la chercheuse mexicaine, elle qui fut notamment en charge de la supervision du Palais de Quetzalpapalotl.



“La nature a horreur du vide”, disait Aristote. Force est de constater que le vide était abhorré dans la cosmovision mésoaméricaine. En plus de cent années d’exploration à Teotihuacan, la place située au pied de la Pyramide de la Lune n’a été sondée et fouillée superficiellement que dans les années 1960 ! La Structure A qui la ferme au nord est pourtant en train de révéler des secrets trop longtemps gardés. Mesurant 25 m de côté, cette structure continue de générer de nombreuses interprétations et de polémiques entre spécialiste. Elle est composée en surface d’une dizaine …

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement le monument le plus représenté et le plus publié sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnu comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts sompteux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.


Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante à El Pañhü, Hidalgo, ou à Teteles de Ocotit…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…