Accéder au contenu principal

De l'adjectif "aztèque" et des dissensions dans l'AAA

Nous avons déjà évoqué le travail du Dr. Michael Smith, archéologue responsable du Projet Calixtlahuaca et professeur à l'Université d'Arizona. C'est également un féru de publications en ligne : auteur de deux carnets, il présente régulièrement, non sans humour, les vicissitudes de ses recherches comme celle de la Recherche anthropologique (avec une majuscule, s'il vous plaît) aux Etats-Unis.

Deux de ses dernières notes ont récemment attiré notre attention. La première propose une réflexion sur le terme "aztèque". Smith se distingue de la définition communément admise de ce terme et montre qu'il peut s'appliquer aux habitants de Calixtlahuaca, pour peu qu'on soit un peu ouvert d'esprit et qu'on cesse d'utiliser exclusivement le terme aztèque pour désigner les habitants de Tenochtitlan. Par le passé, certains chercheurs avaient tenté d'établir une différenciation entre les termes "mésoaméricain", "mexica", "nahua" et "aztèque". Graulich donne une limite temporelle et géographique à cet adjectif  : il estime qu'il peut être appliqué aux différents "peuples qui vécurent au Mexique central pendant la période Postclassique récent (soit de 1200 environ à 1521) ou firent partie de l'empire créé par les Mexicas" (1987: 13). Dans sa note, Smith précise que  le terme "aztèque" n'est certainement pas très en usage avant l'arrivée des Espagnols. Mais il se rapproche de Graulich en plaisantant sur le titre de son ouvrage publié chez Blackwell.

Dans son carnet d'aide à la publication scientifique, Smith revient longuement sur les querelles de clochers au sein de la prestigieuse AAA (acronyme d'American Anthropological Association, et nom d'une fameuse association qui aide à devenir sobre). On y apprend ainsi le diktat des anthropologues dits "socioculturels" sur d'autres branches de cette discipline comme l'anthropologie physique ou l'archéologie. Ce type de raisonnement, auquel nous ne sommes pas vraiment familiers, nous fait réfléchir sur la matière propre de ce carnet. Il nous est tout bonnement impossible de la hiérarchiser dans la mesure où, pour étudier et interpréter l'homme, il nous faut consulter une multitude de couleurs qui vont s'additionner pour former la lumière d'une idée. Cette dernière métaphore d'optique étant, la vision des responsables de l'AAA semble plus que réductrice et ostracisante, faisant de l'archéologie une simple banque de données...

Ressources :
Graulich, Michel. 

1987. Mythes et rituels du Mexique ancien préhispanique. Classe de Lettres, Académie Royale des Lettres, Bruxelles.

Smith, Michael. 
2003. The Aztecs. Series: "The Peoples of America", Blackwell Publishers, Oxford. (2e édition).

2011. "The Aztecs at Calixtlahuaca". In Calixtlahuaca Archaeological Project (blog), retrouvé le 9 janvier 2011 sur http://calixtlahuaca.blogspot.com/2011/01/aztecs-of-calixtlahuaca.html.


2011. "American Anthropologist implies that archaeology is not part of anthropology". In Publishing archaeology (blog), retrouvé le 9 janvier 2011 sur http://publishingarchaeology.blogspot.com/2011/01/american-anthropologist-implies-that.html.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Curieuses découvertes au pied de la Pyramide de la Lune à Teotihuacan

Dans un bulletin publié hier sur le site de l'INAH, Verónica Ortega, sous-directrice de la zone archéologique de Teotihuacan, a annoncé une série de découvertes troublantes reprises dans différents médias mexicains comme la Jornada, Milenio ou El Universal. Cette partie du site est d’ailleurs le pré carré de la chercheuse mexicaine, elle qui fut notamment en charge de la supervision du Palais de Quetzalpapalotl.



“La nature a horreur du vide”, disait Aristote. Force est de constater que le vide était abhorré dans la cosmovision mésoaméricaine. En plus de cent années d’exploration à Teotihuacan, la place située au pied de la Pyramide de la Lune n’a été sondée et fouillée superficiellement que dans les années 1960 ! La Structure A qui la ferme au nord est pourtant en train de révéler des secrets trop longtemps gardés. Mesurant 25 m de côté, cette structure continue de générer de nombreuses interprétations et de polémiques entre spécialiste. Elle est composée en surface d’une dizaine …

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…