Accéder au contenu principal

Un artiste saint-quentinois en terres mexicaines.

Il y a des coïncidences qui ne trompent pas.  Édouard Henri Théophile Pingret était un peintre originaire de Saint Quentin, dans l'Aisne (tout comme votre serviteur). De famille bourgeoise, Pingret a été formé à l'école de Jacques-Louis David, à Paris au début du 19e siècle.

Daguerrotype d'Edouard Henri Théophile Pingret, sans date, ni auteur.
Disponible le 13 janvier 2011 sur : 

Mais notre origine picarde et notre intérêt pour le Mexique (au point d'y vivre) semble là être les seuls points commun. C'est en tout cas ce que je peux en déduire quand je lis ce très bel article à quatre mains de Marie-France Fauvet-Berthelot et Leonardo López Luján : "La Piedra del Sol ¿en París?". Consultable partiellement sur le site de la revue Arqueologia Mexicana, ce papier nous montre également la manière dont certains explorateurs, artistes ou autoproclamés chercheurs ont pu causer plus de mal à ce pays en exploitant son patrimoine à des fins commerciales.

En fouillant dans une partie de sa correspondance inédite et retrouvée à la Réunion des Musées Nationaux, Fauvet-Berthelot et López Luján ont notamment découvert que Pingret avait un projet de Musée des antiquités mexicaines pour le Louvre. Nombre de ses lettres ont d'ailleurs été rédigées durant son séjour sur le sol mexicain, entre 1850 et 1855. D'autres furent envoyées entre 1863 et 1866. C'est d'ailleurs durant ce séjour que Pingret accumula plus de 2000 pièces en bois, métal et céramiques. Malheureusement pour lui, la plupart se sont révélés être des faux. Les auteurs soulignent également cette ironie de l'histoire : Pingret était persuadé de pouvoir acquérir des artefacts préhispaniques à bon prix car les Mexicains ne s'intéressaient guère à leur histoire !

Le musée d'antiquités mexicaines du Louvre inaugurée en 1850, Pingret proposa aux autorités la fabrication et le moulage de trois grands monolithes : la Pierre du Soleil, celle de Tizoc et la Coatlicue, toutes trois conservées actuellement au Museo Nacional de Antropologia à Mexico. Malheureusement pour différentes raisons, le projet ne vit pas le jour.

Pingret sut saisir une nouvelle opportunité lors de l'Intervention française au Mexique. Apprenant par la presse mexicaine l'état de conservation de la Pierre du Soleil, il décida de monter un projet de sauvetage dont la finalité peut nous paraître surprenante : utiliser la présence de l'armée française pour transporter le fameux monolithe jusqu'au port de Veracruz et l'envoyer en France pour qu'il y soit conservé.

L'idée de Pingret ne fut heureusement pas soutenue par le gouvernement français de Napoléon III. Qui plus est, l'empereur Maximilien, soutenu par le même Napoléon III, avait demandé la création d'un nouveau musée d'histoire où la Pierre du Soleil jouerait un rôle prépondérant. L'admnistration impériale mexicaine fit tout pour faire obstacle à cette idée, en dépit de l'instabilité politique du pays. Maximilien de Habsbourg, bien qu'autrichien, était parfaitement conscient de la valeur de ce monolithe. La commission scientifique napoléonienne put seulement compter sur des moulages effectués par Louis-Eugène Méhédin. Dans la débâcle française, Méhédin revint avec ses moulages dont certains furent exposés au Musée de l'Homme jusqu'en 2009.

Nous avons trouvé cet article de caractère historiographique particulièrement révélateur. Il donne également une image positive de l'empereur Maximilien. L'histoire officielle actuellement enseignée aux jeunes Mexicains n'insiste pas sur ce profond respect de Maximilien pour le passé préhispanique et comment il souhaitait le mettre à la disposition de la population.  Quant aux artistes saint-quentinois, je préfère me contenter de Quentin de la Tour ou d'Henri Martin.

En complément à cet article, vous pouvez voir les oeuvres de Pingret sur le site du Louvre en cliquant directement sur ce lien.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…