Accéder au contenu principal

Un artiste saint-quentinois en terres mexicaines.

Il y a des coïncidences qui ne trompent pas.  Édouard Henri Théophile Pingret était un peintre originaire de Saint Quentin, dans l'Aisne (tout comme votre serviteur). De famille bourgeoise, Pingret a été formé à l'école de Jacques-Louis David, à Paris au début du 19e siècle.

Daguerrotype d'Edouard Henri Théophile Pingret, sans date, ni auteur.
Disponible le 13 janvier 2011 sur : 

Mais notre origine picarde et notre intérêt pour le Mexique (au point d'y vivre) semble là être les seuls points commun. C'est en tout cas ce que je peux en déduire quand je lis ce très bel article à quatre mains de Marie-France Fauvet-Berthelot et Leonardo López Luján : "La Piedra del Sol ¿en París?". Consultable partiellement sur le site de la revue Arqueologia Mexicana, ce papier nous montre également la manière dont certains explorateurs, artistes ou autoproclamés chercheurs ont pu causer plus de mal à ce pays en exploitant son patrimoine à des fins commerciales.

En fouillant dans une partie de sa correspondance inédite et retrouvée à la Réunion des Musées Nationaux, Fauvet-Berthelot et López Luján ont notamment découvert que Pingret avait un projet de Musée des antiquités mexicaines pour le Louvre. Nombre de ses lettres ont d'ailleurs été rédigées durant son séjour sur le sol mexicain, entre 1850 et 1855. D'autres furent envoyées entre 1863 et 1866. C'est d'ailleurs durant ce séjour que Pingret accumula plus de 2000 pièces en bois, métal et céramiques. Malheureusement pour lui, la plupart se sont révélés être des faux. Les auteurs soulignent également cette ironie de l'histoire : Pingret était persuadé de pouvoir acquérir des artefacts préhispaniques à bon prix car les Mexicains ne s'intéressaient guère à leur histoire !

Le musée d'antiquités mexicaines du Louvre inaugurée en 1850, Pingret proposa aux autorités la fabrication et le moulage de trois grands monolithes : la Pierre du Soleil, celle de Tizoc et la Coatlicue, toutes trois conservées actuellement au Museo Nacional de Antropologia à Mexico. Malheureusement pour différentes raisons, le projet ne vit pas le jour.

Pingret sut saisir une nouvelle opportunité lors de l'Intervention française au Mexique. Apprenant par la presse mexicaine l'état de conservation de la Pierre du Soleil, il décida de monter un projet de sauvetage dont la finalité peut nous paraître surprenante : utiliser la présence de l'armée française pour transporter le fameux monolithe jusqu'au port de Veracruz et l'envoyer en France pour qu'il y soit conservé.

L'idée de Pingret ne fut heureusement pas soutenue par le gouvernement français de Napoléon III. Qui plus est, l'empereur Maximilien, soutenu par le même Napoléon III, avait demandé la création d'un nouveau musée d'histoire où la Pierre du Soleil jouerait un rôle prépondérant. L'admnistration impériale mexicaine fit tout pour faire obstacle à cette idée, en dépit de l'instabilité politique du pays. Maximilien de Habsbourg, bien qu'autrichien, était parfaitement conscient de la valeur de ce monolithe. La commission scientifique napoléonienne put seulement compter sur des moulages effectués par Louis-Eugène Méhédin. Dans la débâcle française, Méhédin revint avec ses moulages dont certains furent exposés au Musée de l'Homme jusqu'en 2009.

Nous avons trouvé cet article de caractère historiographique particulièrement révélateur. Il donne également une image positive de l'empereur Maximilien. L'histoire officielle actuellement enseignée aux jeunes Mexicains n'insiste pas sur ce profond respect de Maximilien pour le passé préhispanique et comment il souhaitait le mettre à la disposition de la population.  Quant aux artistes saint-quentinois, je préfère me contenter de Quentin de la Tour ou d'Henri Martin.

En complément à cet article, vous pouvez voir les oeuvres de Pingret sur le site du Louvre en cliquant directement sur ce lien.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…

Fouilles de sauvetage à Zacatenco, Mexico

Sur son site internet, l'INAH fait état de fouilles de sauvetage au nord de Mexico, préalables à la construction de l'aqueduc Guadalupe, à quelques encâblures de la Basilique de Guadalupe.  Après six mois de travaux dirigés à Zacatenco par la jeune Estibaliz Aguayo Ortíz, les résultats sont tout simplement surprenants. 
On dispose de peu de contextes fouillés systématiquement dans la vallée de México et datés du Préclassique. Vaillant (1930) avait fouillé à Zacatenco dès 1928 et publié ses résultats deux ans plus tard. Une des références en la matière a été le travail effectué ensuite par Piña Chan (1958) à Tlatilco.  Puis il a fallu attendre des fouilles de Sanders et Parsons à la fin des années 1960 pour en savoir un peu plus sur Zacatenco.

Les découvertes de la Direction d'Archéologie de Sauvetage de l'INAH sont de deux types. Tout d'abord les restes de 145 individus ont jusqu'à présent retrouvés. Certains enterrements comptaient jusqu'à trois individus da…